Tahiti Infos

Recomposition au sein du congrès de la Nouvelle-Calédonie


Nouméa, France | AFP | jeudi 16/07/2015 - L’éclatement du parti de l’Union pour la Calédonie dans la France (UCF) a entraîné une recomposition des groupes politiques non indépendantistes représentés au Congrès de la Nouvelle-Calédonie, a constaté jeudi l’AFP.

Deux élus de l’UCF, Sonia Backès et Isabelle Lafleur, ont rejoint la semaine dernière le groupe Les Républicains, en majorité composé d’élus Rassemblement-UMP. Mercredi, une autre élue UCF, Nicole Robineau, a annoncé qu’elle rejoignait les rangs de Calédonie Ensemble.

Le groupe Calédonie ensemble (centre-droit, proche de l'UDI) passe de quinze à seize membres, l’ex-groupe Rassemblement-FPU, devenu Les Républicains, passe de huit à dix. Les trois élus restants de ce qui fut l’UCF siègent en tant que non-inscrits. Les indépendantistes sont représentés par deux groupes: l’UC-FLNKS et nationalistes (15 sièges) et l’Union pour l’Indépendance (UNI, 9 sièges).

Faisant suite aux demandes de Nicolas Sarkozy pour que les querelles entre les différentes chapelles de l'ex-UMP s'apaisent, le groupe Les Républicains avait été créé vendredi dernier au Congrès.

En Nouvelle-Calédonie, le parti de Nicolas Sarkozy est représenté par le Rassemblement-UMP, présidé par le sénateur Pierre Frogier, et par l'Union pour la Calédonie dans la France (UCF), qui regroupe trois sous-formations. Les querelles sont vives entre ces différents partis et morcellent le camp non indépendantiste, dont la première force est Calédonie ensemble.

"En Métropole, Les Républicains rassemblent plusieurs tendances. Il doit en aller de même en Calédonie", avait déclaré Sonia Backés, qui a démissionné du gouvernement local pour revenir au Congrès et prendre la tête du groupe LR. Elle a été remplacée au gouvernement par Isabelle Champmoreau, la suppléante du sénateur Pierre Frogier (LR).

Un processus de décolonisation progressif est en cours en Nouvelle-Calédonie depuis l'accord de Nouméa (1998). Il doit aboutir, au plus tard en 2018, à l'organisation d'un référendum d'autodétermination.

Rédigé par () le Jeudi 16 Juillet 2015 à 06:20 | Lu 348 fois