Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Procès Fiona: 20 ans de réclusion pour Cécile Bourgeon et 18 pour son ex-compagnon



Procès Fiona: 20 ans de réclusion pour Cécile Bourgeon et 18 pour son ex-compagnon
Lyon, France | AFP | mercredi 16/12/2020 - La cour d'assises du Rhône a condamné mercredi Cécile Bourgeon, la mère de la petite Fiona morte en 2013, à 20 ans de réclusion criminelle et son ex-compagnon Berkane Makhlouf à 18 ans pour des coups fatals portés à la fillette, à l'issue d'un nouveau procès en appel à Lyon qui pourrait ne pas être le dernier.

A l'énoncé du verdict, les deux condamnés n'ont pas eu de réaction visible. Cécile Bourgeon, qui comparaissait libre, avait été condamnée à 5 ans de prison en 2016 en première instance et Berkane Makhlouf à 20 ans de prison. Il est incarcéré depuis 2013.  

C'est la première fois, au cours de ce feuilleton judiciaire de sept ans - et quatre procès - que Cécile Bourgeon, 33 ans, est condamnée plus lourdement que son ancien compagnon âgé de 39 ans. 

La cour a également prononcé à l'encontre de la mère de Fiona le retrait total de l'autorité parentale pour ses trois autres enfants pendant dix ans.

Tous deux étaient accusés d'avoir porté des coups fatals à la fillette de cinq ans et d'avoir dissimulé son corps, jamais retrouvé.

Les deux condamnés disposent d'un délai de 5 jours pour interjeter un nouveau pourvoi en cassation. 

Sans attendre, Me Renaud Portejoie, l'avocat de Cécile Bourgeon, a annoncé devant la presse avoir l'intention de se pourvoir en cassation "dès demain" (jeudi). "Il y aura un cinquième procès", a-t-il affirmé, estimant ce verdict "incompréhensible".

"Cécile Bourgeon est sous le choc. Dans quelques semaines, nous allons demander une mise en liberté", a poursuivi Me Portejoie. Selon lui, la mère de Fiona "cristallise aujourd'hui tous les fantasmes. On ne lui pardonne pas ses mensonges et on la punit pour ça".

Berkane Makhlouf, lui, estime "qu'il a dit tout ce qu'il avait à dire et son souhait serait que ça s'arrête", a déclaré aux journalistes son conseil Me Jean-Félix Luciani.

Depuis sept ans en maison d'arrêt, "il est fatigué, il est seul, il est isolé, ça compte aussi dans sa décision d'en rester là" et de ne pas se pourvoir en cassation. "Mais il faudra attendre 5 jours pour que sa décision puisse être confirmée".

La responsabilité d'une mère

Comment expliquer la différence de peine entre les deux condamnés ? "La première hypothèse, selon Me Luciani, c'est que l'un est le beau-père et l'autre la mère. La seconde, c'est que ce qu'il a pu dire à la cour d'assises a fait passer, me semble-t-il, une certaine forme de sincérité". 

"C'est aussi, peut-être, son enfance particulièrement malheureuse qui a fait que les jurés et les juges ont tenu compte de ce parcours de vie très difficile et très douloureux", a avancé son avocat.

Le père de Fiona Nicolas Chafoulais s'est pour sa part déclaré "satisfait qu'ils se retrouvent tous les deux à dormir en prison. Ne pas la savoir dehors, c'est une victoire".

Ce verdict, "c'est une victoire pour la justice, pour Fiona, pour les parties civiles", a réagi Me Rodolphe Costantino, représentant l'association Enfance et partage, partie civile au procès. L'important "c'est que la responsabilité d'une mère (...) a été reconnue".

Mardi, le ministère public avait requis 30 ans de réclusion criminelle contre l'ancien couple, estimant que Berkane Makhlouf avait frappé la fillette et que le procès avait mis au jour "toutes les preuves de la complicité de Cécile Bourgeon" et souligné sa personnalité trouble et son manque d'affect.

Le couple, toxicomane à l'époque, avait signalé la disparition de Fiona le dimanche 12 mai 2013, faisant croire à un enlèvement dans un parc de Clermont-Ferrand. 

Quatre mois plus tard, Cécile Bourgeon avait fini par avouer que sa fille était décédée après un coup mortel porté, selon elle, par son ex-compagnon et qu'ils l'avaient enterrée près d'un lac. 

Un premier procès en appel devant les Assises de Haute-Loire avait tourné court en octobre 2017, autour d'accusations de subornation de témoin. Au cours du deuxième en février 2018, les deux accusés avaient été condamnés à 20 ans de réclusion criminelle pour coups mortels aggravés sur Fiona. Mais la Cour de cassation avait cassé ce verdict en février 2019.

le Mercredi 16 Décembre 2020 à 11:42 | Lu 187 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus