Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Plus de 4 millions de Fcfp pour améliorer le quotidien des patients atteints de cancer



PAPEETE, le 3 août 2017 - L'association sportive courir en Polynésie (ASCP) a remis ce jeudi matin la somme de 4 171 167 Fcfp à l'association polynésienne d'aide aux personnes atteintes du cancer (Apac). Les fonds proviennent des inscriptions à La Tahitienne, ils serviront à améliorer le quotidien des patients atteints de cancer.

Voilà 16 ans que la course La Tahitienne existe. Seize ans aussi que l'association sportive courir en Polynésie (ASCP) qui l'organise reverse une partie des fonds aux patients atteints de cancer. L'argent est donné à l'association polynésienne d'aide aux personnes atteintes du cancer (Apac).

Évelyne Ramond, présidente de l'ASCP, précise : "nous donnons les bénéfices de la course, chaque année depuis la création de l'événement. Nous avons commencé avec 250 inscrits", se rappelle-t-elle. "Ce nombre a rapidement augmenté. Nous tournons depuis entre 4 500 et 5 300 participants." L'année 2017 a battu tous les records : 6 166 inscrits. "Toutes les femmes de l'administration y ont participé, c'est la première fois et cela a contribué à faire de cette année, une année exceptionnelle."

En plus de 4 171 167 Fcfp, deux ordinateurs ont été remis au service pédiatrie. "Ils pourront être utilisés par les enfants qui suivent des chimiothérapie d'entretien en hôpital de jour."

Tous les cancers

"Au début nous avons organisé la Tahitienne pour améliorer la prise en charge et le confort des femmes atteintes de cancers gynécologiques, cancer du sein, de l'utérus et du col de l'utérus. À Mama'o d'abord puis au Taaone." Aujourd'hui l'argent est utilisé pour tous les patients atteints de cancer.

Grâce aux sommes récoltées, les chambres ont pu être aménagés, des bibliothèques ont été montées, des ordinateurs ont été donnés, un coin enfant a été mis en place dans l'espace de prise en charge des adultes pour leur faire passer le temps lorsque leurs parents sont en soin, des cadeaux sont distribués à noël et le jour de l'an, deux masseuses-esthéticiennes ont pu être embauchées.

Les masseuses-esthéticiennes, au-delà du bien-être qu'elles apportent sont des sortes de relais entre les patients et le monde médical. En passant du temps avec les malades elles ressentent un certain nombre d'émotions, entendent les doutes, notent les craintes qu'elles font remonter, en partie, au corps médical quand cela peut améliorer la prise en charge.

"La prise en charge du cancer et les remboursements ont beaucoup évolué en 16 ans, quand nous avons commencé, nous prenions aussi en charge la course de taxi pour ramener les patients chez eux après une chimiothérapie, car cela n'était pas remboursé par la caisse de prévoyance sociale. Les gens rentraient en bus ou en scooter."

500 nouveaux cas de cancer par an

Aujourd'hui le service oncologie reçoit quotidiennement 25 patients en hôpital de jour. Christophe Alle, chef du service gynécologie de l'hôpital et trésorier de l'Apac précise : "500 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués chaque année, 110 nouveaux cas de cancer du sein par an, une quarantaine de cas de cancer de l'utérus et une vingtaine de cancers de col de l'utérus".

Il profite de l'occasion pour envoyer un message à l'attention des patientes, encourageant au dépistage. "Nous recevons des cancers qui sont déjà avancés car il n'y a pas de dépistage systématique et obligatoire. Nous n'avons pas d'autre moyen que le courrier pour les inviter au dépistage et toutes n'ont pas de boîte postale." Plus le stade de la maladie est avancé, plus les traitements sont lourds, plus les chances de survie diminuent.

Le docteur Sajjid Nunhuck reste l'oncologue du service. Aucune solution pérenne n'a été trouvée pour remplacer le docteur Bertrand Billemont. Les remplacements s'enchainent. Si cela n'a aucun impact sur le fonctionnement technique tu service, l'impact humain n'est pas négligeable. "Les patients s'attachent à leur médecin, ils ont besoin de tisser un lien de confiance durable."



Rédigé par Delphine Barrais le Jeudi 3 Août 2017 à 11:49 | Lu 2621 fois






Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Septembre 2018 - 19:17 Angélo Frébault exclu du Tahoera'a Huiraatira

Lundi 24 Septembre 2018 - 18:30 Un cas de tuberculose au lycée Gauguin

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués