Tahiti Infos

Planchers effondrés dans des fare MTR : une mission d'architectes à Huahine


Mathieu Ambert, le président de l'ordre des architectes de Polynésie et David Chauvin, architecte expert auprès du tribunal de Papeete sont les deux architectes envoyés en mission à Huahine dès ce week-end. Leur pré-rapport sera remis au ministère du logement dès ce lundi.
Mathieu Ambert, le président de l'ordre des architectes de Polynésie et David Chauvin, architecte expert auprès du tribunal de Papeete sont les deux architectes envoyés en mission à Huahine dès ce week-end. Leur pré-rapport sera remis au ministère du logement dès ce lundi.
PAPEETE, le 27 novembre 2015. Le ministre du logement a souhaité réagir ce vendredi, après l'article de témoignages publié par Tahiti Infos, le 25 novembre dernier concernant des effondrements de planchers survenus dans des fare MTR à Huahine.

Tearii Alpha annonce que des fonds pourraient être débloqués dans le budget 2016, qui sera discuté prochainement à l'assemblée de Polynésie, afin d'engager une enveloppe pour des travaux de réhabilitation s'il advient que ces effondrements de planchers sont dus "soit à un défaut du matériau des planchers ou du choix du matériau d'origine" de ces fare MTR a précisé le ministre du logement. Deux architectes indépendants : Mathieu Ambert, le président de l'ordre des architectes de Polynésie et David Chauvin, architecte expert au tribunal de Papeete sont dépêchés dès ce week-end à Huahine pour aller à la rencontre des propriétaires de fare MTR où ces problèmes d'effondrement de planchers se sont produits, causant parfois de sévères blessures en raison de la présence d'un carrelage posé sur le plancher.

"Notre volonté c'est avant tout de comprendre ce qui s'est passé et de faire une expertise de ces fare et de réparer si nous le devons". Même si le FDA est dissous depuis janvier 2013, avec la "garantie décennale le Pays est encore redevable de réparations" précise encore Tearii Alpha qui s'est engagé à créer dans le budget 2016 un programme d'aides en matériaux "pour refaire ces planchers vétustes ou dangereux". Dans le même temps, un recensement via les tavana des îles est lancé afin de répertorier tous ces fare MTR dont les planchers sont recouverts de carreaux, les propriétaires de ces fare MTR sont donc invités à se faire connaître auprès des mairies.

Le ministre insiste néanmoins sur le fait que ces fare MTR, montés dans les îles depuis une trentaine d'années étaient distribués et vendus exclusivement par l'ex FDA (fonds de développement des archipels). Ces constructions en bois et au plancher en bois ne concernent absolument pas l'OPH qui n'intervenait pas dans les îles jusqu'en 2014. "Les fare OPH à Tahiti et Moorea sont de conception similaire mais sont réalisés dans des matériaux différents : ils ont des planchers en fibro-ciment et ne sont jamais carrelés d'origine. Maintenant que l'OPH intervient dans les îles nous avons uniformisé tous les fare OPH sur le même modèle de ceux faits à Tahiti avec une terrasse et des matériaux différents" a poursuivi Tearii Alpha.

"On va tout examiner du point de vue technique, les deux architectes vont aller sur place pour tout vérifier à Huahine dans les fare MTR où les problèmes se sont produits. Il y a de nombreuses hypothèses à vérifier". Si les effondrements s'avèrent causés a posteriori par une transformation effectuée par les propriétaires des fare MTR ou par un manque d'entretien "on ne paiera pas" indique encore le ministre. Selon la directrice par intérim de l'OPH présente ce vendredi après-midi aux côtés du ministre, il n'y avait eu, avant l'article paru dans Tahiti Infos, aucune alerte lancée par des propriétaires de fare MTR sur ces effondrements dangereux des planchers. Il y aurait actuellement près de 8 000 fare MTR et OPH en Polynésie française.

Pour lire le communiqué du ministère du logement, CLIQUER ICI

Un fare MTR à Makemo
Un fare MTR à Makemo
Le fare OPH : "un produit sécurisant"

Conçu au début des années 1980 après le passage de cyclones dévastateurs dans les îles polynésiennes pour reloger rapidement des populations qui s'étaient retrouvées sans toit, le fare MTR puis fare OPH aujourd'hui ne doit néanmoins pas souffrir de cette "affaire" dont il convient encore de vérifier les causes, expliquent les deux architectes indépendants missionnés à Huahine pour une expertise. "C'est un produit sécurisant, bon marché, facile à mettre en oeuvre. Comme tout produit fabriqué en série il a pu, peut-être souffrir de ratés, d'erreurs mais ça ne doit pas remettre en cause le principe de cette construction" réputée solide face à la vigueur d'un cyclone et particulièrement adaptée au climat polynésien, explique David Chauvin membre de l'ordre des architectes de Polynésie.

Lors des récentes Assises de l'habitat, la conception même de ces fare OPH a été présentée très positivement. "C'est très bien conçu et c'est un succès technique considérable" renchérit Mathieu Ambert, président de l'ordre des architectes. Le fare OPH d'aujourd'hui reste de plus une alternative très intéressante à la construction en dur "nous défendons la filière bois pour l'avenir, cela représente beaucoup d'avantages pour la Polynésie" concluait David Chauvin.

Les nouveaux fare OPH (conception bois avec plancher en fibro-ciment) sont distribués depuis 2013. 37 ont été livrés en 2014, 180 environ au cours de l'année 2015 en cours et près de 250 devraient l'être en 2016. Leurs coûts varient de 6,5 à 8,5 millions de Fcfp (du F3 au F5) livrés et montés à Tahiti. Dans les îles il faut rajouter le tarif du fret.



Rédigé par Mireille Loubet le Vendredi 27 Novembre 2015 à 15:32 | Lu 5306 fois