Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Peine de mort : Fidji veut éliminer le dernier bastion



SUVA, mardi 10 février 2015 (Flash d’Océanie) – Le gouvernement fidjien a pris en début de semaine les premières mesures législatives afin de débarrasser définitivement cet archipel de toute référence à la peine de mort.

Ces dernières années, dans le cadre de réformes législatives et constitutionnelles, la notion de peine capitale a été progressivement supprimée des textes fidjiens.
Dans la nouvelle Constitution fidjienne, promulguée en 2013 par le Président de la République, il est stipulé à l’article 8 que toute personne a le droit à la vie.

La peine de mort a été prononcée pour la dernière fois au terme du procès du putschiste George Speight, qui a mené un coup d’État en mai 2000 avant que d’être finalement arrêté, jugé et reconnu coupable de haute trahison.
Le mode d’exécution envisagé alors était le peloton d’exécution.
Mais la peine avait ensuite été commuée en prison à vie.
Désormais, toutefois, il reste encore une référence, hors du domaine civil, qui concerne le domaine spécifique des condamnations prévues dans le code des armées, rapporte lundi le site local Fijilive.

C’est cet article du Code des Armées qui doit faire l’objet d’un amendement à l’issue de débats prévus pour le courant de cette semaine, a annoncé lundi Aiyaz Sayed-Khaiyum, Attorney General (Garde des Sceaux).
Selon M. Sayed-Khaiyum, ce toilettage législatif correspond à un engagement pris auprès du Conseil des Droits Humains des Nations-Unis, à l’occasion d’un examen du cas de Fidji, en 2014, à Genève.

La prochaine session concernant Fidji est prévue pour mars 2015.
Paradoxe : cette suppression de la dernière référence à la peine de mort a suscité, lundi, de vives protestations dans les rangs de l’opposition, dont la députée Tupou Draunidalo, qui estime que la peine de mort doit rester applicable aux militaires en cas de faits de sédition ou de rébellion, ceci afin de dissuader toute éventualité d’un nouveau coup d’État.

Fidji en a connu quatre (1987 -deux-, 2000, 2006) depuis son indépendance en 1970.

pad

Rédigé par PAD le Mardi 10 Février 2015 à 11:08 | Lu 401 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués