Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Pédophilie: l'attente du verdict pour l'ex-chirurgien Joël Le Scouarnec



Saintes, France | AFP | jeudi 03/12/2020 - Après avoir échappé pendant 30 ans à la justice, l'ex-chirurgien Joël Le Scouarnec, accusé de viols et d'agressions sexuelles sur quatre mineures à l'époque des faits, connaîtra son sort jeudi soir devant les assises de Charente-Maritime.

L'homme, qui fête ce jour-même ses 70 ans, encourt la peine maximale de 20 ans de réclusion criminelle. La décision de la cour et du jury composé de quatre femmes et deux hommes est attendue dans la soirée, après le réquisitoire de l'avocat général et les plaidoiries de la défense. "Cette peine, il l'attend, il sait qu'il va être déclaré coupable (...) mais il attend un verdict juste", dit son avocat Thibaut Kurzawa.

Joël Le Scouarnec comparait depuis lundi à huis clos devant la cour d'assises à Saintes, devant laquelle il a reconnu contre toute attente des faits de viols, mais au compte-gouttes, oscillant, selon des avocats de parties civiles, entre "amnésie" et "aveux stratégiques" pour ce premier volet d'une affaire de pédophilie hors normes sur 30 ans.

Le médecin autrefois respecté, père de trois fils, est en effet également mis en examen depuis octobre à Lorient (Morbihan), dans une deuxième procédure, pour viols et agressions sexuelles sur 312 victimes potentielles identifiées à la lumière de ses écrits glaçants découverts en 2017. Des tableaux et des "carnets" - un journal intime - dans lesquels il a consigné des récits d'agressions, principalement dans son activité professionnelle. 

A Saintes, l'ancien chirurgien digestif est jugé pour des agressions sexuelles sur sa nièce Aurélie* dans les années 90 à Loches (Indre-et-Loire) et sur une patiente, Amélie* et des fais de viols (pénétrations digitales), à la même période, sur Helena*, une autre nièce, et sur Lucie*, sa petite voisine à Jonzac (Charente-Maritime). C'est cette fillette qui, en dénonçant ce voisin, avait permis l'arrestation de Le Scouarnec en mai 2017. 

Depuis, il reconnaissait des agressions sexuelles, mais niait en bloc les faits plus graves de viols, dans ce volet qui plonge dans la dimension "intrafamiliale" de son itinéraire pédophile, entre secrets de famille et une "omerta" dénoncés à l'unisson par les parties civiles. 

Dès les années 90, son ex-femme, qui le conteste aujourd'hui, l'avait questionné sur ses penchants, puis sa soeur avait reçu les confidences de ces filles. Il n'avait jamais été dénoncé. 

"Coup de poignard"

Confronté à ses victimes et à des pièces "insoutenables" mêlant photos et écrits, l'accusé a fini par lâcher des aveux partiels de viols. Mardi, il a ainsi reconnu des faits sur trois victimes anciennes dans les années 80, des aveux toutefois sans conséquences : leurs cas avaient été écartés au stade de l'enquête car prescrits. Puis, confronté mercredi à l'aînée des deux nièces, il a reconnu les avoir violées elle et sa soeur. Agées aujourd'hui de 30 et 35 ans, Helena* et Aurélie* avaient été photographiées par leur oncle en train de les agresser.

"Tout ce qu'elles disent est vrai", a reconnu l'accusé, selon des propos rapportés par des avocats dans la salle des pas perdus du palais de justice, là où s'ébruitent les bribes d'audience.

Le "soulagement" des nièces après ces aveux a pourtant été  de courte durée. A ce stade de la procédure, selon plusieurs avocats, la cour ne peut pas retenir ces aveux concernant l'aînée puisqu'elle n'était pas saisie de ces faits dans l'acte de renvoi du juge d'instruction. "C'est un coup de poignard dans le dos" d'Aurélie*, a réagi, ulcérée, Me Delphine Driguez, l'avocate des deux nièces. 

Sa déception s'est ajoutée à celle de la mère et de l'avocate de la petite voisine de Jonzac, qui ne sont pas parvenues à tirer des aveux sur le viol digital de la fillette, 10 ans aujourd'hui. 

"Ses aveux sont stratégiques", estime Céline Astolfe, avocate de la fondation pour l'Enfance. "Il a acquiescé à tout ce qui est mentionné dans ses écrits (les abus, ndlr), sans pour autant les narrer lui-même et conteste les faits qu'il n'a pas consignés par écrit", affirme-t-elle, en référence aux "carnets" du chirurgien, qui ne mentionnent pas cet acte de viol. Il n'en a "pas le souvenir", a assuré son avocat Me Thibaut Kurzawa.

le Jeudi 3 Décembre 2020 à 05:24 | Lu 165 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus