Tahiti Infos

Martinique: la bataille des drapeaux


Martinique: la bataille des drapeaux
Fort-de-France, France | AFP | vendredi 26/03/2021 - En Martinique, les partisans du populaire drapeau rouge vert noir, qui symbolise la révolte et la liberté, aimeraient voir disparaître de l'espace public celui aux 4 serpents, qui flotte depuis plus de deux siècles sur l'île, mais est pour nombre de contestataires un souvenir de la période esclavagiste.

Le Tribunal Correctionnel de Fort-de-France a condamné jeudi à des peines de 4 à 14 mois de prison avec sursis quatre militants martiniquais jugés pour des dégradations. Les 12 et 13 février, ils avaient saccagé la boutique de la distillerie JM au Macouba, dans le nord de la Martinique et menacé les salariés. Ils exigeaient le retrait immédiat, sur certaines bouteilles, du drapeau 4 serpents.

Ce drapeau est le pavillon de la marine marchande de Martinique et de l'île voisine, Sainte Lucie, instauré en 1766. Blanc, il porte dans chaque coin un carré bleu sur lequel est dessiné un trigonocéphale, serpent endémique des deux îles.

Mais pour les militants martiniquais qui se mobilisent contre l'empoisonnement des terres et de l'eau au chlordécone (pesticide) et contre la puissance béké (descendants des colons) sur l'île, ce pavillon est surtout le symbole de la traite négrière.

Dès 2017, le MIR, le Mouvement International pour les Réparations avait porté plainte contre le président de la République, le Premier ministre et la ministre des Outre-mer de l'époque et exigé le retrait de ce pavillon de l'espace public: "hôtel de police de Fort-de-France, écusson des gendarmes, drapeau à l'entrée des distilleries, produits touristiques dans le commerce, émoticônes et images représentants la Martinique sur internet...", précisait-il dans un communiqué.  

Un an plus tard, Emmanuel Macron demandait aux gendarmes d'arborer un écusson plus neutre. Mais le problème reste entier. 

Emblème indépendantiste

Dans un courrier au Président de la République, le 10 mars 2021, le député de Fort-de-France, Serge Letchimy (Parti progressiste martiniquais et apparenté PS) a déploré qu'il "n'existe aucun décret ou texte règlementaire consacré à l'interdiction, quelle qu'en soit la forme, de le porter, de l'afficher et de l'utiliser en Martinique". 

Il demande alors à Emmanuel Macron de "combler rapidement ce vide juridique, en consacrant le retrait et l'interdiction sans délai, de toute forme d'affichage et d'utilisation de cet emblème, vestige d'une époque révolue". Un emblème qui rappelle selon lui "sans cesse, à un grand nombre de Martiniquais, la barbarie de la traite négrière et la violence de la colonisation".

Les contestataires du drapeau 4 serpents ont choisi d'autres couleurs: rouge-vert-noir. Un étendard aux histoires multiples et qui alimente depuis longtemps les causes anticolonialistes.  

Si certains veulent faire remonter ses origines aux premières révoltes d'esclaves et à l'insurrection du Sud en 1870, l'historien Gilbert Pago explique que cette combinaison de couleurs "est née en 1958 dans le Parti progressiste martiniquais (celui d'Aimé Césaire, NDLR)". 

Ensuite, "ces couleurs ont été reprises par l'OJAM, l'Organisation de la Jeunesse Anticolonialiste de la Martinique et cet emblème, Césairiste à l'origine, est devenu indépendantiste", explique-t-il.

Ce drapeau rouge vert noir, du haut de ses 60 ans d'histoire, est aujourd'hui pour certains Martiniquais celui d'une Martinique libre. 

Mais deux autres drapeaux existent sur l'île: le tricolore français bien sûr et un petit dernier, né de la quête d'identité visuelle des Martiniquais, orné d'un coquillage et baptisé "ipséité". Issu d'un concours, il a été choisi par le Président du Conseil exécutif de la collectivité territoriale de Martinique, Alfred Marie-Jeanne. 

Cet étendard bleu, vert et blanc orné d'un lambi, coquillage important dans la culture martiniquaise, est utilisé depuis 2019 pour représenter l'île lors de manifestations sportives internationales et de rencontres diplomatiques. 

Mais ce drapeau n'a pas encore réussi à convaincre et à rassembler les Martiniquais derrière un seul et même jeu de couleurs.

le Lundi 29 Mars 2021 à 05:53 | Lu 814 fois