Tahiti Infos

Les surveillants pénitentiaires affectés en métropole demandent leur retour au fenua


Crédit photo : Archive TI.
Crédit photo : Archive TI.
Tahiti, le 6 juin 2023 - Ce mardi, un collectif de surveillants pénitentiaires polynésiens affectés dans l'Hexagone a adressé une lettre ouverte au haut-commissaire. Dans ce texte, ils demandent des solutions concrètes face au refus de leur mutation dans leur fenua natal.
 
La colère monte chez les surveillants pénitentiaires polynésiens affectés dans l'Hexagone. En effet, ils demandent depuis de nombreuses années la mise en place de mesures afin de faciliter leur retour au fenua, alors que depuis 2019, aucun surveillant polynésien travaillant en métropole n'a vu sa demande de mutation aboutir. Ceux-ci ont donc, à travers un collectif, adressé ce mardi une lettre ouverte au haut-commissaire, afin d'attirer l'attention sur cette problématique. "Nous, surveillants pénitentiaires originaires de Polynésie française, avons passé le concours national de surveillants pénitentiaires et sommes actuellement en fonction en métropole. Nous sommes heureux de faire partie de cette grande famille de l'Etat et sommes fiers de cette profession. Cependant, nous sommes également attachés à notre culture et à notre île d'origine, et souhaitons pouvoir y retourner pour contribuer à son développement", écrivent-ils. A noter que la date de l'envoi de cette lettre, quelques jours après la fête des mères, n'est pas fortuite : "Cette lettre est rédigée volontairement le jour de la fête des mères pour honorer nos mères qui vivent si loin de nous. Nos mères méritent (...) qu'un jour nous puisons être auprès d'elles".
 
Pas de mutation
 
Tout d'abord, il faut savoir qu'il existe deux commissions administratives qui chapeautent les mutations organisées pour les surveillants pénitentiaires. Chaque demande est ainsi prise en compte sur une liste d'attente qui définit "les centres d'intérêt moraux et matériels et les particularités de chaque agent (rapprochement de conjoint, cas social, ancienneté, situation personnelle et familiale...)". Une liste qui devrait normalement favoriser les polynésiens qui souhaitent se rapprocher de leur famille et de leur culture. " Elle nous permet de nous projeter sur un retour chez nous, au fenua". Cependant, dans sa lettre ouverte, le collectif a soulevé un constat alarmant, "depuis 2019, aucun poste n'a été proposé lors de ces commissions". "Nous souhaiterions comprendre pourquoi cette situation persiste ?" demandent-ils au haut-commissaire.
 
Conscient des difficultés en matière de coût de la vie et d'adaptation à un nouvel environnement de travail et à l'impossibilité d'un retour massif des originaires, ils se disent tout de même prêt "à relever les défis et à revenir petit à petit comme il est possible dans les autres départements d'outre-mer". "La diversification de nos postes et les formations qualifiantes que nous avons acquises tout au long de nos années en métropole se révéleront bénéfiques (...). Nous sommes convaincus que cela ajoutera une valeur supplémentaire à la gestion humaine de la population carcérale ainsi qu'à nos relations professionnelles en Polynésie". Avec ce message adressé au plus haut représentant de l'Etat au fenua, les surveillants pénitentiaires polynésiens affectés en métropole espèrent que leur situation sera enfin prise en compte pour apporter des solutions concrètes à leur demande de mutation.
 

Rédigé par Thibault Segalard le Mardi 6 Juin 2023 à 14:50 | Lu 3076 fois