Tahiti Infos

Les débuts à l’Assemblée nationale de Moerani Frébault en soutien à Emmanuel Macron


Paris, le 10 juillet 2024 - Le premier député Marquisien a pris ses quartiers ce mercredi 10 juillet au Palais Bourbon : arrivé la veille du Fenua, il a déjà rencontré le Premier ministre Gabriel Attal ainsi que le directeur de cabinet du président de la République, à l'Élysée. Moerani Frébault compte siéger dans un groupe politique centriste.
 
Il est un peu en retard parce qu'il devait s'acheter un costume. C'est “fatigué par le voyage mais heureux” et surtout concentré que le député de Polynésie Moerani Frébault a fait sa rentrée parlementaire, en même temps que des dizaines de ses collègues du Palais Bourbon, à Paris, ce mercredi 10 juillet. “C'est un grand moment parce que nous attendons cette rentrée depuis le premier tour et que nous avons senti une très forte attente de la population”, explique-t-il en souriant. “Nous allons en priorité travailler sur la vie chère, le pouvoir d'achat et le logement.”
 
Le Marquisien arrive dans une Assemblée nationale à la composition renouvelée et fragmentée, où aucun bloc politique ne domine franchement, même si la gauche du Nouveau front populaire (NFP) dispose d'une très courte et relative majorité avec 182 élus sur 577.
 
Groupe centriste
 
Contrairement à son prédécesseur, l'élu Tavini Tematai Le Gayic, membre d'un groupe politique d'opposition de gauche, Moerani Frébault siégera avec des députés favorables au gouvernement actuel et au parti du président Emmanuel Macron. “Lors de ma campagne électorale, nous nous sommes engagés à ne pas siéger dans les extrêmes”, précise-t-il. “Je n'ai pas encore décidé et je continue de consulter, mais mon choix se portera sur le groupe Ensemble, Modem ou Horizons.”
 
Même s'il s'agira de toute façon d'un groupe centriste, Moerani Frébault ne s'interdit rien et certainement pas de discuter avec les élus du groupe Liberté Outre-mer et territoires (LIOT), ancré plus à droite et en ce moment à la recherche active de députés ultramarins à intégrer à leur groupe politique. Le choix de Nicole Sanquer, l'autre députée ‘Āmui Tātou élue à l'occasion de ces législatives anticipées, attendue ce jeudi dans la capitale, devrait également peser dans la balance.
 
“C'est l'année des Marquises !”
 
Instantanément plongé dans le bain des intenses tractations politiques en vue de la formation d'un gouvernement, Moerani Frébault se dit “un peu éloigné de ces enjeux. Nous réfléchissons avec un prisme polynésien et nous voulons travailler avec l'ensemble des groupes pour faire avancer les dossiers quelle que soit la configuration politique nationale”.
 
C'est dans cet état d'esprit que Moerani Frébault a rencontré mardi le Premier ministre Gabriel Attal. Il s'est ensuite rendu au palais de l'Élysée ce mercredi pour y rencontrer le directeur de cabinet du président de la République. “Le premier rendez-vous était très politique et le deuxième plus technique”, assure le parlementaire, à l'issue de ces deux entretiens.
 
Dans un coin de sa tête, Moerani Frébault n'oublie pas de faire avancer la cause des communes marquisiennes aux velléités d'autonomie au sein du Pays. “Un député à l'Assemblée nationale, le classement au patrimoine mondial de l'Unesco que nous attendons à New Delhi : c'est l'année des Marquises !”, s'exclame-t-il en souriant.
 
Ce mardi 16 juillet, l'ensemble des groupes politiques seront constitués et on connaîtra le profil définitif de cette Assemblée nationale recomposée. La session parlementaire de la 17e législature commencera officiellement le jeudi 18 juillet.

Rédigé par Julien Sartre le Mercredi 10 Juillet 2024 à 17:26 | Lu 2433 fois