Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Le mono’i à l’honneur pendant quatre jours



Crédit : Fred Payet/GIMT
Crédit : Fred Payet/GIMT
PAPEETE, le 15 novembre 2016 - La semaine du mono’i, Monoi here, est organisée tous les deux ans à l’initiative de l’Institut du mono’i. Elle aura lieu du 17 au 20 novembre à la Maison de la culture, invitant les visiteurs, mamas, chercheurs, fabricants et autre acteurs du secteur à "célébrer ces plantes qui font le mono’i". Rencontre avec Éric Vaxelaire, le directeur de l’Institut du mono’i.

Tahiti infos : Qu’est-ce que Monoi here, la semaine du mono’i ?
Éric Vaxelaire : "C’est un événement à l’initiative de l’Institut du mono’i qui a pour objectif de rassembler tous les polynésiens de toutes les générations autour de ce produit ancestral."

De quand date la première édition ?

"De 2007. L’idée alors était vraiment de remettre le mono’i dans le paysage car, à force de voir ce produit chez eux tous les jours, les gens ne le voyaient plus finalement. Les jeunes surtout. Nous avons choisi d’inscrire cet événement au mois de novembre car il y a de nombreux autres rendez-vous à cette époque. On voulait participer à garder une certaine dynamique à une période de l’année où il y avait moins de touristes. La semaine du mono’i invite les acteurs et consommateurs locaux en premier lieu, mais il a aussi une vocation internationale."

La semaine du mono’i a lieu une fois tous les deux ans, alors qu’elle se tenait tous les ans au départ, pourquoi ce changement ?
"Il a plusieurs raisons à cela, trois pour être précis. Il y a une question de budget. Tous les acteurs de la filière mono’i mettent la main à la pâte. Nous avons des partenariats grâce auxquels nous pouvons bénéficier de certains avantages dans le cadre de l’organisation de cette semaine. Nous ne voulons pas que les partenaires nous donnent de l’argent pour garder une certaine liberté. Cela reste donc un poids pour tous. Par ailleurs, nous voulons nous laisser de temps de lancer et de trouver des nouveautés. Le secteur évolue, surement mais doucement et avec une édition tous les ans, il n’y avait pas assez de nouveautés. Enfin, dernière chose la rareté. Nous voulions maintenir un certain intérêt. Tout ce qui est rare suscite et maintient un engouement. Cela ne veut pas dire que nous ne sommes pas présent le reste du temps."

C’est-à-dire, que faites-vous ?

"Nous avons par exemple créé les routes du mono’i, en 2010 à Tahiti et en 2013 à Moorea, nous éditons des cartes de cette route du mono’i chaque année, à raison de 80 000 exemplaires. Ils sont distribués sur les stops de la route, mais aussi dans les hôtels et autres lieux de passage des touristes. Les 80 000 exemplaires sont écoulés à chaque fois."

Quoi de neuf cette année à la semaine du mono’i ?
"Beaucoup de choses. Nous avons de nouveaux artisans dont un qui vient des Tuamotu et qui fabrique du mono’i cuit. À la semaine du mono’i on essaie de montrer un maximum de savoir, d’utilisation, de fabrication aux visiteurs de se faire leur avis et de choisir. On demande aux participants de montrer sans juger. Nous avons aussi invité un jeune masseur patenté qui travaille dans les spa et auprès des particuliers. Ce qui n’est pas courant car le personnel des spas est souvent formé par et pour ces établissements. On pensait les mondes cloisonnés alors qu’ils ne le sont pas. La nouveauté c’est aussi la table ronde sur la revalorisation de la cocoteraie et la réunion publique sur la mise en place d’un conservatoire du tiare."

À qui s’adresse cet événement, les particuliers, les professionnels, les enfants, les parents ?
"À tout le monde. Chacun trouveras ce qui lui convient. Pour les enfants, dans le cadre de l’école ou s’ils viennent en famille, nous avons installé des stands conçus spécialement à leur attention. Nous avons travaillé sur une mallette pédagogique. Des mamas expliqueront au jeune public la fabrication et les usages du mono’i. Ils pourront en fabriquer eux-mêmes."

PRATIQUE

La semaine du mono’i se découpe en 4 espaces :

Utilisation : espace découverte de la médecine traditionnelle les ra’au Tahiti, démonstration de massage traditionnel (taurumi) et spa au Monoï de Tahiti.
Création : toute la journée, démonstrations de fabrication de mono’i traditionnels
Autour du monoï : ateliers de fabrication de mono’i traditionnel, de soins, espace dédié à la biodiversité (sensibilisation, espace pour enfants) …
Culture & Education
Jeudi, samedi et dimanche, découvrez les films et documentaires sélectionnés par l’Institut du mono’i.
Le vendredi 18 : conférences et visites.
Une réunion d’information publique: "projet de création du 1er conservatoire du Tiare Tahiti" de 9 heures à 10 heures organisée par le Service des parcs et jardins et de la propreté et le Groupement interprofessionnel du monoï de Tahiti.
Une table ronde sur le thème de la cocoteraie "Plan de valorisation de la cocoteraie, ou comment passer d’une politique du tout coprah à une stratégie de (re)valorisation de la cocoteraie polynésienne ?" aura lieu de 10h30 à midi. Une dizaine d’experts, élus et entrepreneurs privés des secteurs alimentaires, cosmétiques… sera présente.
Matinée porte ouverte à l’Huilerie de Tahiti à Motu Uta de 9 heures à 11h30 : Visite guidée. Navettes gratuites au départ de la Maison de la culture toutes les 30 minutes

Jeudi 17 au dimanche 20 novembre 2016
De 9 heures à 18 heures
Entrée libre

CONTACTS

www.monoiaddict.com
Facebook : Monoï Here, la semaine du Monoï
Renseignements : 40 54 45 44



Rédigé par Delphine Barrais le Mardi 15 Novembre 2016 à 10:46 | Lu 1657 fois





Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance