Tahiti Infos

Le Pays affirme vouloir conserver l'initiative dans le capital d'ATN


PAPEETE, 12 juin 2015 - Le gouvernement affirme ne pas souhaiter ouvrir le capital d’Air Tahiti à des investisseurs étrangers, sauf dans le cadre d’un développement futur de sa flotte aérienne et en gardant le contrôle sur la compagnie.

L’information a été donnée par Jean-Christophe Bouissou, en réponse à une question orale posée jeudi par le représentant Moehau Teriitahi, en préambule de l’examen d’un collectif budgétaire.

Le président Fritch a signé lors de sa visite officielle en Chine, début juin, un accord de coopération économique avec la compagnie Hainan Airlines. Et dans ce contexte, alors que l’aménagement du budget 2015 de la collectivité s’apprêtait à constater la dévaluation comptable de 10,6 milliards Fcfp de ses 85% de parts dans le capital d’Air Tahiti Nui, l’élu Tapura Huira’atira de la section des Tuamotu de l’Ouest a semblé redouter que la dépréciation de 1000 à 125 Fcfp de la valeur nominale des 12,9 millions d’actions du capital de la compagnie aérienne polynésienne, ne permette une entrée à vil prix de capitaux chinois dans la compagnie aérienne au Tiare.

"Le gouvernement n’a aucune intention de céder tout ou partie de ses actions ATN. La compagnie, qui a traversé de nombreuses périodes de turbulence, est, depuis maintenant trois ans dans une situation économique et financière favorable", a déclaré le ministre de tutelle de la société d’économie mixte ATN, avant de tempérer : "Si, dans le futur, l’ouverture de nouvelles routes aériennes s’avérait nécessaire au développement du Pays, ATN devra alors avoir recours à l’emprunt ou ouvrir son capital à de nouveaux actionnaires, la Polynésie française conservant la majorité absolue".

En 2015, la situation financière d’ATN a permis, pour la première fois depuis sa création, la distribution de dividendes à ses actionnaires. Le collectif budgétaire examiné jeudi par l’Assemblée a notamment constaté l’inscription d’un dividende complémentaire de 300 millions Fcfp libéré en faveur de la collectivité.

La compagnie aérienne prévoit de renouveler progressivement les quatre avions de sa flotte à partir de 2019 par des Boeing 787-900 Dreamliner, dont deux seront exploités en location.

Pour ATN, l'investissement devrait in fine tourner autour de 50 à 60 milliards Fcfp et le Pays détient déjà 85% du capital de la SEM, soit le maximum autorisé par la loi.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Vendredi 12 Juin 2015 à 11:05 | Lu 2115 fois