Tahiti Infos

Le FLNKS reporte son congrès troublé après un différend avec la CCAT


Thomas BERNARDI / AFP
Thomas BERNARDI / AFP
Koné, France | AFP | samedi 15/06/2024 - A la veille du dépôt des candidatures pour les législatives, le parti indépendantiste calédonien FLNKS a renoncé à tenir son congrès annuel samedi, après un différend autour de la CCAT, ce collectif derrière la mobilisation émaillée de troubles qui secouent le Caillou depuis plus d'un mois.

Le 43e congrès annuel du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS) était particulièrement attendu à Koné, sur les terres de la tribu de Netchaot, dans le nord de l'archipel du Pacifique sud, théâtre depuis le 13 mai de violentes tensions qui ont fait neuf morts, suite au projet gouvernemental de dégel électoral. 

Un dispositif de sécurité presque inédit avait été mis en place, assuré par des militants mais aussi des gendarmes qui filtraient et fouillaient les véhicules en amont sur la route menant à la tribu, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Les délégations des différentes composantes du FLNKS sont arrivées samedi en fin de matinée. Après avoir procédé aux coutumes kanaks, les hommes forts des différents groupes -les présidents de l'Union calédonienne (UC), du Congrès de Nouvelle-Calédonie Roch Wamytan, du Rassemblement démocratique océanien Aloisio Sako, de l'Union progressiste en Mélanésie Victor Tutugoro et le vice-président de l'UC Gilbert Tyuienon- se sont mis à l'écart.

De longues discussions entre représentants coutumiers de la tribu et différentes composantes du front indépendantiste ont débuté et les quelques journalistes présents sur place ont dû quitter les lieux. 

Le Congrès a finalement été reporté en fin d'après-midi, trop de militants de la Cellule de coordination des actions de terrain (CCAT) souhaitant y participer, selon une source proche du FLNKS, alors que les organisateurs avaient décidé de limiter la participation pour chaque formation politique.

Les militants de la CCAT étaient en effet particulièrement nombreux à patienter en amont de Netchaot, dans des dizaines de voitures à l'arrêt le long de la route vers Koné, espérant pouvoir intégrer le congrès. 

Les questions à l'ordre du jour, consulté par l'AFP, étaient la question du dégel électoral et les suites à donner à la contestation, les élections législatives et la possibilité de désigner des candidats soutenus par le FLNKS. Mais aussi la reconnaissance par le FLNKS de la CCAT comme outil de mobilisation. 

- "On s'est réveillé" -

Jeudi et vendredi, les militants de la CCAT s'étaient réunis lors de leur première assemblée générale à Azareu, dans la commune de Bourail (centre ouest de l'archipel), afin de préparer leur participation au congrès. 

La tribu d’Azareu est un lieu symbolique où l’UC (principale composante du FLNKS) s’est positionnée pour la première fois en faveur de l'indépendance en 1977.

"On est venu pour faire entendre notre voix, nous les jeunes, c’est notre lutte qui se passe, l’avenir de notre pays. On veut notre pleine souveraineté", a expliqué Sarah, 23 ans, lors de l'AG.

A ses côtés, Vanessa, 24 ans, lui emboîte le pas: "Nous les jeunes, on n'a pas de travail, on va terminer le combat de nos vieux. On s'est réveillé".

L'AG, qui comptait environ 300 personnes, a été l'occasion de mettre en place des ateliers de discussion et de réflexion pour préparer "l'indépendance de la Kanaky" (la Nouvelle-Calédonie en kanak), que la CCAT projette de déclarer le 24 septembre 2025. Une date choisie sciemment: la France a pris possession du territoire le 24 septembre 1853.

Pour ce faire, ils veulent être pérennisés au sein du FLNKS, même si certains sont remontés contre le parti. "Je demande aux gens du FLNKS: qu'avez-vous fait ? On est dans la merde aujourd'hui!" a lancé un homme lors de l'AG.

La CCAT, créée en novembre 2023 et portée par Christian Tein, regroupe des représentants d'organisations syndicales, politiques ou associatives indépendantistes.

Initiée notamment par l'UC, composante la plus radicale du FLNKS, ce collectif est associé à la contestation en Nouvelle-Calédonie, provoquée par l’adoption par l’Assemblée nationale d’un projet de loi de réforme constitutionnelle permettant un dégel du corps électoral, qui, selon ses opposants, marginaliserait davantage le peuple autochtone kanak.

Le projet de loi a été suspendu mercredi par le président Emmanuel Macron, trois jours après sa décision de dissoudre l'Assemblée nationale.

Interrogé par l'AFP, aucun responsable du FLNKS n'a voulu aborder les différents points à l'ordre du jour après l'annonce du report du congrès. Le dépôt des candidatures pour les législatives est fixé à dimanche 18H00 (heure locale).

le Dimanche 16 Juin 2024 à 09:08 | Lu 753 fois