Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


La justice britannique refuse d'extrader Assange vers les Etats-Unis



Londres, Royaume-Uni | AFP | lundi 04/01/2021 - "Victoire" de Julian Assange dans sa bataille contre les Etats-Unis: invoquant un risque de suicide, une juge britannique a refusé lundi de remettre le fondateur de Wikileaks à la justice américaine, qui le réclame pour la publication de centaines de milliers de documents confidentiels.

Le feuilleton en cours depuis une décennie autour de l'Australien de 49 ans, devenu pour ses soutiens un symbole du combat pour la liberté d'informer, ne s'arrêtera sans doute pas là. Les autorités américaines ont notifié le tribunal de leur intention de faire appel de la décision rendue par la juge Vanessa Baraitser.

Si cette dernière a rejeté les arguments relevant de la défense de la liberté d'expression, elle a estimé que "les procédures décrites par les Etats-Unis ne vont pas l'empêcher de se suicider". Elle a donc refusé l'extradition "pour des raisons de santé mentale".

Assange reste dans l'immédiat détenu dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, à l'est de Londres, avant une audience mercredi pour examiner une demande de mise en liberté.

Dans la salle d'audience, Julian Assange, vêtu d'un costume bleu, masqué, s'est essuyé le front. L'avocate Stella Moris, avec qui il a eu deux enfants pendant sa réclusion à l'ambassade d'Equateur à Londres, a fondu en larmes.

"Aujourd'hui marque une victoire pour Julian (...), un premier pas vers la justice dans cette affaire", a déclaré Mme Moris à sa sortie de la cour de l'Old Bailey, devant des dizaines de soutiens réunis. Mais "nous célèbrerons le jour où il rentrera à la maison", a-t-elle ajouté, appelant le gouvernement américain à "mettre fin" aux poursuites visant l'Australien.  

Julian Assange se trouve sous le coup de poursuites lancées sous la présidence de Donald Trump. Sous son prédécesseur Barack Obama, qui avait Joe Biden pour vice-président, la justice américaine avait renoncé à poursuivre le fondateur de WikiLeaks.

"Le combat n'est pas terminé", a insisté le rédacteur en chef de Wikileaks Kristinn Hrafnsson, retenant cependant "un moment d'espoir pour commencer la nouvelle année".

Le lanceur d'alerte et ex-consultant du renseignement américain Edward Snowden a dit espérer que cette décision marquera "la fin" de l'affaire. Amnesty International l'a saluée, tout en avertissant qu'elle "n'absout pas le Royaume-Uni de s'être lancé dans cette procédure politiquement motivée".

"Preuves insuffisantes" de pressions 

L'Australien risque aux Etats-Unis 175 ans de prison pour avoir diffusé, à partir de 2010, plus de 700.000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Irak et en Afghanistan.

Les Etats-Unis lui reprochent d'avoir mis en danger des sources des services américains, accusation qu'il conteste. Parmi les documents publiés figurait une vidéo montrant des civils tués par les tirs d'un hélicoptère de combat américain en Irak en juillet 2007, dont deux journalistes de l'agence Reuters.

Il revenait à la justice britannique de déterminer si la demande américaine d'extradition respectait un certain nombre de critères légaux, et notamment si elle n'était pas disproportionnée ou incompatible avec les droits humains.

Pendant les cinq semaines d'audience en février et en septembre, un psychiatre ayant examiné Assange avait évoqué un risque de suicide "très élevé" s'il devait être extradé vers les États-Unis. Ses avocats avaient dénoncé une procédure "politique" fondée sur des "mensonges".

Dans sa décision, la juge britannique a relevé "des preuves insuffisantes de pressions de l'administration Trump sur les procureurs" et "peu ou pas de preuves évoquant une hostilité du président Trump envers M. Assange ou Wilileaks".

Elle a estimé que l'accord passé par Assange avec des groupes de hackers pour obtenir des documents l'a "fait aller au-delà du rôle lié au journalisme d'investigation".

Julian Assange a été arrêté en avril 2019 après avoir passé sept ans reclus à l'ambassade d'Equateur à Londres, où il s'était réfugié après avoir enfreint les conditions de sa liberté sous caution. Il craignait une extradition vers les Etats-Unis ou la Suède, où il a fait l'objet de poursuites pour viol qui ont depuis été abandonnées.

Ses conditions de détention ont été dénoncées par le rapporteur de l'ONU sur la torture Niels Melzer. Dans une lettre ouverte à Donald Trump le 22 décembre, il avait demandé au président sortant de le gracier.

le Lundi 4 Janvier 2021 à 04:52 | Lu 162 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus