Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



La Française des Jeux souhaite accélérer sa mue numérique



Paris, France | AFP | mardi 30/06/2015 - Gratter son smartphone plutôt que son ticket: la pratique, encore marginale, est appelée à se développer au sein de la Française des Jeux (FDJ), qui souhaite accélérer sa mutation numérique face à la concurrence des jeux en ligne et au vieillissement de sa clientèle.

Portails adaptés aux téléphones mobiles, nouveau site internet et nouveaux jeux "online"... L'héritière de la Loterie nationale française a engagé ces derniers mois une série d'innovations, sous l'impulsion de sa présidente Stéphane Pallez, aux manettes du groupe depuis novembre 2014.

Objectif: mieux répondre aux attentes des clients et préparer l'avenir du groupe, selon Mme Pallez, qui soumettra au conseil d'administration de la FDJ début juillet un "plan stratégique", destiné à initier un "nouveau cycle de transformation" pour l'entreprise.

"Aujourd'hui, le chiffre d'affaires de la FDJ est encore essentiellement constitué par le réseau terrestre", rappelle Jean-Pierre Martignoni, sociologue à l'université Lyon 2. "Ce réseau reste stratégique, mais il y a la volonté de le doubler d'une proximité numérique", ajoute-t-il.

Depuis le début de la numérisation du réseau FDJ en 2010, les mises en ligne ont augmenté de 16,7%, à 478 millions d'euros. Un chiffre qui reste limité au regard des ventes totales du groupe, qui ont atteint en 2014 le chiffre record de 13 milliards d'euros.

"La FDJ s'était fixé 10% de chiffre d'affaires dans le numérique. Or elle est à peine à 4%", détaille Jean-Pierre Martignoni, qui évoque "un retard sur la montée en puissance" du web. "La culture du jeu, les habitudes, ne se transforment pas du jour au lendemain", ajoute-t-il.

- Toucher les 25-34 ans -

Pour l'entreprise, l'enjeu est de taille. Car même si ses résultats pharaoniques placent la FDJ dans une situation a priori très confortable, le groupe doit préparer l'avenir, dans un contexte de concurrence accrue de la part de sites de paris en ligne.

"Plusieurs sites français ont mis la clé sous la porte, à cause de la réglementation française, qui est stricte. Mais les joueurs vont sur des sites étrangers, qui prospèrent. Pour la FDJ, c'est une perte nette", note Francis Merlin, auteur de plusieurs études sur le sujet.

Autre menace que l'entreprise désire anticiper: le vieillissement de sa clientèle, dont l'âge moyen tourne actuellement autour de 45 ans. "La FDJ sait que pour se maintenir, elle doit renouveler son public, en touchant notamment les 25-34 ans", souligne Jean-Pierre Martignoni.

Une évolution qui passe par de nouvelles pratiques, plus adaptées à l'air du temps. Au printemps, la FDJ a ainsi lancé de nouveaux jeux mobiles: Morpion, Bingo ou encore Astro - qui propose aux joueurs, pour la première fois, de "gratter" un ticket virtuel sur son écran.

En octobre, deux autres jeux seront lancés, basés en partie sur le hasard -- recette traditionnelle de l'entreprise -- mais aussi sur une part de stratégie. "Ce seront des jeux très différents de ceux qui existent aujourd'hui", a promis Stéphane Pallez lors d'un récent colloque.

En parallèle, la FDJ souhaite généraliser la "dématérialisation de la prise de jeu", actuellement réservée aux paris sportifs. En d'autres termes: permettre aux parieurs de récupérer l'argent gagné en utilisant leur smartphone sur des machines prévues à cet effet.

Pour cela, l'entreprise entend moderniser ses points de vente, avec de nouveaux terminaux mais aussi des tablettes tactiles, accessibles au grand public. Une façon de renforcer les connexions entre son réseau physique - le plus vaste de France avec 32.700 points de vente - et son réseau digital.

"Il ne s'agit pas de remplacer les points de vente par des bornes", mais de "simplifier le jeu", a récemment assuré Stéphane Pallez, qui entend jouer la carte de la complémentarité entre les deux secteurs. L'occasion pour la FDJ de "mieux connaître" ses clients pour prendre en compte leurs attentes.

"L'enjeu, pour la FDJ, c'est de se moderniser, sans se couper de son histoire", résume Jean-Pierre Martignoni. Une révolution en douceur pour l'ex-Loterie nationale, qui fête cette année ses 82 ans.

Rédigé par () le Mardi 30 Juin 2015 à 06:15 | Lu 329 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies