Tahiti Infos

"L'interdiction de circuler devient la règle"


Tahiti, le 21 août 2021 - Le haut-commissaire et le président du Pays ont annoncé vendredi soir la mise en place pour deux semaines d'un confinement sur l'archipel de la Société, avec fermeture des écoles mais maintien du travail et de l'ouverture des commerces "essentiels". Une mesure extrême qui pourra être reconduite en fonction de la situation dans les hôpitaux.
 
"C'est un peu la limite de nos mesures", a résumé vendredi soir le haut-commissaire, Dominique Sorain, à l'issue d'une quatrième allocution commune en trois semaines avec le président Edouard Fritch sur l'évolution de la situation sanitaire en Polynésie française. Au terme d'une montée en puissance des restrictions sanitaires appliquées au fenua, les représentants de l'Etat et du Pays ont finalement dégainé l'ultime mesure : le confinement pour deux semaines sur l'ensemble de l'archipel de la Société, associé à une extension du couvre-feu de 20 heures le soir à 4 heures du matin. Un confinement néanmoins différent de celui prononcé en mars 2020 au fenua, "face à une maladie que nous ne connaissions pas et contre laquelle nous ne savions pas lutter", a expliqué le haut-commissaire. En effet, si les écoles vont bien fermer, il sera toujours possible de travailler pendant cette période qui s'étalera, pour l'heure, du 23 août au 6 septembre.
 
Les autorités ont-elles trop attendu pour en arriver à cette extrémité ? "Nous sommes allés très vite", s'est défendu le haut-commissaire, qui a réaffirmé que les mesures d'interdiction de rassemblement, de couvre-feu, puis de confinement les week-ends "n'étaient pas des mesures faibles". Sur la comparaison avec les Antilles, qui ont décrété le confinement depuis maintenant trois semaines avec des taux d'incidences moins élevés qu'en Polynésie, le représentant de l'Etat a affirmé "qu'aucun territoire n'était vraiment comparable à un autre" et que la Polynésie avait pour elle un meilleur taux de vaccination que la Martinique et la Guadeloupe.
 
Déplacements d'agrément suspendus
 
Concrètement, cette nouvelle organisation de l'archipel de la Société obéit à un principe résumé par Dominique Sorain : "L’interdiction de circulation devient, provisoirement, la règle". Mais à cette règle, il y a toujours des exceptions. Premièrement, il est toujours possible de se rendre au travail et en formation. Le télétravail est encouragé, mais pas obligatoire. Les autorités insistent davantage sur le respect des gestes barrières sur le lieu de travail. Deuxièmement, les déplacements pour se soigner et surtout se faire vacciner sont évidemment possibles. La campagne de vaccination doit continuer, ont insisté -et même "exhorté"- le haut-commissaire et le président. Troisièmement, les déplacements sont autorisés pour des motifs familiaux, pour récupérer un enfant, réaliser des achats de première nécessité, des retraits de commande et des achats de fourniture nécessaire à l'activité professionnelle dans les commerces autorisés à rester ouverts. 
 
Conséquence, les commerces de biens non essentiels, les activités de loisir, les restaurants et les bars devront cesser provisoirement leur activité. Mais la livraison et le retrait de commande à emporter sera possible, notamment pour les restaurateurs, dans la limite du nouveau couvre-feu avancé à 20 heures à compter du lundi 23 août au soir. Enfin, des déplacements seront également possibles pour se rendre à l'aéroport ou à la gare maritime pour les résidents en transfert ou transit, mais uniquement dans les trois cas de figure cités précédemment. "Les voyages d’agrément seront donc suspendus temporairement". Pour ce qui concerne les touristes, ils ne seront autorisés qu'à se déplacer entre leurs différents lieux d'accueil -hôtels, pensions- mais devront y rester confinés.
 
Les neuf communes des Tuamotu et Gambier concernées par le confinement du week-end ne seront pas soumises au confinement en semaine. Et les mesures ne s'appliquent pas pour l'heure aux Australes et aux Marquises. Sur ces territoires "rien n’est acquis et nous pourrons prendre des mesures complémentaires", a néanmoins mis en garde le haut-commissaire.
 
Ecoles, collèges et lycées fermés
 
Pour ce qui concerne les écoles, le président Edouard Fritch a confirmé les annonces faîtes à l'assemblée vendredi matin, en raison de la situation problématique dans les établissements scolaires : "Près de 40% d’absentéisme des élèves dans le primaire et près de 30% dans le secondaire. Plus de 20% d’absentéisme chez les enseignants du 1er et du 2nd degrés." Les écoles maternelles, primaires, collèges et lycées sont donc fermés. Les élèves en internat y resteront pendant toute cette période. 
 
Une continuité pédagogique sera mise en place dès lundi, mais elle sera évidemment plus difficile à organiser en raison de la poursuite du travail pour les parents des élèves. "Des documents seront mis à disposition des élèves qui n'ont pas accès à Internet. Le ministère de l'Education le prépare depuis quelques temps", a précisé Edouard Fritch. "Reste le problème d'organisation pour les couples. D'où le fait que les garderies et crèches resteront ouvertes". Le président l'a en revanche précisé : "Pour certains, il faudra que le mari ou l'épouse prenne congé pendant cette période."
 
Les mesures sont supposées durer deux semaines, mais elles pourront être reconduites. "Notre boussole sera l'hôpital, le nombre de personnes en réanimation et aussi malheureusement le, nombre de décès", a insisté le haut-commissaire.
 

Les mesures annoncées

  • Le confinement en semaine et le week-end pour l'archipel de la Société à partir du lundi 23 août et pour une durée de deux semaines, soit jusqu'au 6 septembre. Il est toujours possible de se rendre au travail et de se former, les déplacements professionnels restent un motif impérieux pour se déplacer.  Il sera également possible de se déplacer pour se faire soigner ou vacciner. Autre motif, les motifs familiaux, pour récupérer un enfant, ou réaliser des achats de première nécessité (l’accès aux commerces alimentaires), des retraits de commande et des achats de fourniture nécessaire à l'activité professionnelle dans les commerces autorisés à rester ouverts. Les déplacements pour se rendre à l'aéroport ou à la gare maritime pour un transfert ou un transit ne seront autorisés pour les résidents que lorsqu’ils correspondent à l’une de ces catégories et devront être justifiés précisément lors des contrôles. Les voyages d’agrément seront donc suspendus temporairement.
 
  • Le couvre-feu en soirée à partir de lundi passe à 20 heures.
 
  • Les commerces de bien non-essentiels, activités de loisirs, les bars et les restaurant seront fermés pendant cette période. Mais les livraisons et la vente de plat à emporter sont toujours autorisées. 
 
  • Pour les autres archipels, pas de restrictions de déplacement en semaine. Cependant le confinement le week-end est toujours maintenu pour neuf communes des Tuamotu et des Gambier. Il s'agit des îles de Arutua, Fakarava, Mangareva, Makemo, Manihi, Napuka, Rangiroa, Takaroa et Tureia. Pas de restrictions de déplacement pour les Australes et les Marquises.
 
  • Les hôtels et les pensions ne seront pas fermés. Les autorités ne demandent pas aux touristes de quitter le territoire mais ils devront rester dans leurs hôtels et seront soumis au confinement et ne pourront pas sortir. Les activités au sein des hôtels des zones soumises aux restrictions peuvent se poursuivre mais uniquement pour la clientèle disposant d’une chambre de l’établissement. les touristes dont le séjour implique un changement d’hébergement seront autorisés à déplacer et à effectuer le vol domestique sur lequel ils ont une réservation. De la même façon les croisières devront être suspendues, conformément à la réglementation mais les passagers pourront rester logés dans leur cabine s’ils le souhaitent.
 
Plus d'infos et de précisions à venir....

Rédigé par Antoine Samoyeau le Vendredi 20 Août 2021 à 16:54 | Lu 13136 fois