Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Jetman vole à Dubaï avec une aile baptisée "Manu Ura"



TAHITI, le 29 juillet 2020 - Matthieu Courtois travaille depuis 2016 pour le projet Jetman. Une équipe réduite d’ingénieurs a cherché le moyen de réaliser un vol humain 100% autonome. Elle a réussi ! Les coulisses de cet exploit sont en ligne.

Le 14 février 2020, Vincent Reffet a effectué le premier vol humain 100 % autonome au départ du sol. Il était équipé d’une aile en fibre de carbone propulsée par quatre mini-réacteurs. C’est un véritable exploit dans la perspective d’un vol humain autonome !

Vincent Reffet a prouvé qu’un homme pouvait s’élever dans les airs sans élan, sans plateforme. Matthieu Courtois, ex-technicien aéronautique chez Air Tahiti Nui (ATN) est ingénieur en chef de l’équipe Jetman depuis décembre 2019, il insiste : "Ce qui est remarquable c’est qu’il ait pu décoller les pieds au sol ! On se rapproche à grand pas du vol humain accessible à tous ! "

Vincent Reffet s’est lancé dans les airs depuis la piste du Skydive de Dubaï et a volé jusqu’à 1 800 mètres d’altitude. Dans les airs, évoluant à 400 kilomètres heure, il a pu planer, changer de direction, effectuer des boucles.

Il a volé cinq mètres au-dessus des eaux du golfe Persique pendant 100 secondes. Puis, après la démonstration, il a atterri en douceur sur son point de départ. C’est une première dans l’histoire de Jetman. Une première qui est le fruit d’un travail d’équipe.

20 années de recherches et de tests

Jetman est un projet lancé par un Suisse au début des années 2000. Ce projet consiste à développer le vol humain 100% autonome avec une aile rigide munie de réacteurs. Plusieurs vols ont été effectués depuis cette époque mais toujours après largage d’un avion.

Matthieu Courtois a intégré les effectifs d’ATN à Tahiti en 2007 en tant que technicien aéronautique. En 2015, il reconnaît un ami sur la vidéo d’un vol de Jetman autour d’un Airbus A380. "Je lui ai écrit pour le féliciter, je lui ai dit également que tout cela me faisait rêver, il a fait passer mon CV." En 2016, Matthieu Courtois a pris une disponibilité pour rejoindre l’équipe Jetman à Dubaï et participer au développement du projet.

Plusieurs vols ont pu être effectués avant que le projet ne perde de la vitesse. De retour chez ATN en 2017, Matthieu Courtois a occupé durant deux ans un poste qui venait de se créer dans le cadre de la transition Boeing, le MCC : Maintenance Control Center.

Fin 2018, Jetman a repris de l’élan grâce à de nouveaux sponsorings dans le cadre de l’expo 2020 de Dubaï (en raison de la Covid 19, cet événement a été reporté à octobre 2021. Il durera jusqu’en mars 2022).

En 2019 les équipes Jetman et notamment les deux pilotes des ailes Vincent Reffet et Fred Fugen ont demandé à Matthieu Courtois de réintégrer l’équipe. Après 13 années passées à Tahiti, employé chez ATN, il a intégré définitivement l’équipe de Jetman le 1er décembre en tant que Chief Engineer.

Sa mission prioritaire ? Faire décoller Jetman du sol. "Depuis le début du projet, les vols ne descendaient jamais à moins de 200 mètres d’altitude, car c’était trop dangereux, on ne voulait pas prendre trop de risques."

Le travail de l’équipe a permis de contourner les obstacles, petit à petit, non sans doutes, échecs, efforts, impasses parfois à contourner. Mais nul n’est tenu à l’impossible.

Le 14 février, Vincent Reffet a volé avec l’aile qui avait été montée par Matthieu Courtois. Cette aile, à la demande du Polynésien d’adoption, a été baptisée "Manu Ura" en hommage aux îles. "J’ai un attachement fort au territoire polynésien et à sa culture."

Il reste encore à faire avant que tout un chacun puisse effectuer ses trajets personnels avec une aile en carbone !

Il faudrait permettre au pilote de contrôler tous les mouvements (aujourd’hui il ne peut pas tourner sur lui-même à la verticale par exemple), réduire l’impact du système sur l’environnement en passant au fonctionnement électrique, entre autres. Le travail ne manque pas. Heureusement, la volonté et la passion non plus.




Rédigé par Delphine Barrais le Mercredi 29 Juillet 2020 à 10:43 | Lu 2714 fois





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Août 2020 - 11:26 Cinq nouveaux cas Covid confirmés depuis mardi

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus