Tahiti Infos

JO-2012 - Taekwondo - Anne-Caroline Graffe: "C'est une belle histoire"


JO-2012 - Taekwondo - Anne-Caroline Graffe: "C'est une belle histoire"
LONDRES, 11 août 2012 (AFP) - La Polynésienne Anne-Caroline Graffe a vécu "une belle histoire" lors des jeux Olympiques de Londres, où elle a décroché la médaille d'argent en taekwondo (+67 kg), alors qu'elle était encore remplaçante un mois auparavant.

Q: Quel sentiment prédomine ?

R: "Un sentiment un peu mitigé parce que cette médaille d'or, je la voulais. C'est une médaille quand même donc je garde le sourire mais c'est un sourire en demi-teinte. C'est un combat où personne ne voulait lâcher. On se donnait coup pour coup. Et puis finalement c'est pour elle que ça a basculé. Je suis tombée sur la fille qui était plus forte que moi. Ca s'est joué jusqu'à la fin. Voilà. Jusqu'à la dernière seconde j'y ai cru. Franchement, elle était vraiment plus forte. On avait analysé cette fille. On savait comment la prendre. Sauf si c'était la meilleure aujourd'hui, elle ne pouvait pas me battre. Mais c'était la meilleure ! Maintenant je n'ai plus le choix, je suis bien obligée d'aller jusqu'à Rio".

Q: Il y a un mois, vous n'étiez pas titulaire pour les Jeux. C'est une belle histoire que vous venez de vivre ?

R: "Exactement, c'est une belle histoire. D'ailleurs, il y avait beaucoup d'attentes sur moi pour ces jeux Olympiques parce que je remplaçais une réelle chance de médaille en la personne de Gwladys Epangue (forfait sur blessure). Je savais très bien qu'on m'attendait et qu'on espérait de moi que je la représente dignement et que je représente le taekwondo dignement. C'est pour ça que j'exigeais de moi de viser cette médaille d'or. Je viens de très loin. 18.000 kilomètres ! Je suis la première Polynésienne à arriver à ce niveau-là. Vous ne pouvez pas savoir l'émulation qu'il y a en Polynésie. Je suis contente parce que ça ouvre des voies".

Q: Avez-vous un mot à dire à Jacques Chirac qui a permis en 2003 que vous veniez vous entraîner en France ?

R: "Je ne voudrais pas l'embêter le pauvre ! Mais oui, un grand merci à ce monsieur qui a tout débloqué et qui a permis que je sois là aujourd'hui."

sc/el

© 1994-2012 Agence France-Presse

Rédigé par AFP le Samedi 11 Août 2012 à 19:06 | Lu 1087 fois