Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Hépatite C: les associations veulent élargir l'accès aux traitements



Paris, France | AFP | mardi 15/12/2015 - Plusieurs associations réclament que les nouveaux médicaments efficaces mais très couteux contre l'hépatite C puissent être prescrits à toutes les personnes infectées par le virus et pas seulement aux patients les plus sévèrement atteints, dans une lettre adressée à la ministre de la Santé Marisol Touraine.

Dans cette lettre rendue publique mardi, les associations, parmi lesquelles Médecins du monde et SOS Hépatites Fédération, demandent "une véritable stratégie nationale de lutte contre l’hépatite C, reposant prioritairement sur la prise en charge des nouveaux traitements par l’assurance-maladie pour toutes les personnes infectées par le virus et nécessitant un traitement, quel que soit leur stade".

Elles rappellent que la lutte contre l’hépatite C a connu "une véritable révolution" avec l’arrivée de nouveaux traitements comme le Sovaldi (molécule sofosbuvir, du laboratoire Gilead) qui permettent des "taux de guérison spectaculaires".

Mais en raison de leur coût très élevé (41.000 euros pour un traitement standard de sofosbuvir de 12 semaines), les autorités sanitaires françaises ont décidé de les réserver aux patients les plus sévèrement atteint par le virus (ceux développant cirrhose ou fibrose du foie).

"Ces prix prohibitifs ont obligé les pouvoirs publics - pour la première fois en France - à rationner l'accès aux soins, provoquant une perte de chance pour les malades", notent les associations.

Selon le Dr Jean-François Corty de Médecins du monde, 120.000 à 150.000 patients nécessitent un traitement alors qu'on est actuellement "sur une montée en charge de l'ordre de 15.000 patients par an".

Les associations rappellent que le gouvernement dispose d'outils "pour fixer unilatéralement des prix supportables par notre système solidaire d'assurance-maladie", comme le recours à la "licence d'office". Prévue par le code de la propriété intellectuelle, celle-ci permettrait l'arrivée rapide de génériques "vendus à des prix au moins 40 fois moins chers et qui peuvent être importés immédiatement".

Elles déplorent enfin que le système actuel de prise en charge soit "artificiellement embouteillé par le passage obligé de tous les dossiers" devant des "réunions de concertation pluridisciplinaires" (RCP).

La lettre a également été signée par les associations le Collectif inter associatif sur la santé (Ciss), Aides, CHV,TRT-5 et le Comité pour la santé des exilés (Comede).

Rédigé par () le Mardi 15 Décembre 2015 à 05:41 | Lu 841 fois






1.Posté par Ariitaia le 15/12/2015 09:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est de la non assistance à personne en danger.
On abandonne des milliards pour effacer la dettes de pays étrangers et on ne sauve pas la vie de ressortissants Français !
Il faudrait demander à Laurent Fabius de mettre la main à la poche, Il porte la responsabilité de pas mal de contaminations.

Signaler un abus

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies