Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Guyane: quatre personnes renvoyées en correctionnelle pour dégradation de la préfecture



Cayenne, France | AFP | samedi 06/03/2021 - Quatre hommes ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel pour "destruction ou dégradation volontaire par incendie" de la façade de la préfecture de Cayenne en Guyane en juillet, a-t-on appris auprès du parquet samedi.

"J'ai pris la décision de renvoi devant le tribunal correctionnel (...) suite à une enquête préliminaire de la police. Ils devront répondre de destruction ou dégradation volontaire par incendie devant le tribunal", a indiqué le procureur de Cayenne, Samuel Finielz, à l'AFP.

Les faits ont eu lieu le 21 juillet dernier en marge d'une manifestation d'une centaine de personnes demandant davantage de moyens dans la lutte anti-Covid.

"Des pneus et des palettes de bois brûlaient devant la préfecture. Nous avons été à deux doigts d'un incendie généralisé. C'est un acte inacceptable qui aurait pu avoir des conséquences gravissimes", avait alors relaté le préfet de l'époque, Marc Del Grande, à l'AFP.

Trois personnes ont été interpellées et placées en garde à vue mercredi dans cette affaire. Parmi eux figurent Gilles Beaudi, syndicaliste UTG (Union des travailleurs guyanais, principal syndicat de Guyane) de la mairie de Cayenne, ainsi que Stéphane Palmot et Richard Cimonard, deux militants du collectif des 500 Frères contre la délinquance. 

Richard Cimonard avait déjà été condamné pour "violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique" pour avoir projeté à terre en 2018 un policier au cours d'une manifestation.

Selon l'avocat guyanais Alex Leblanc, qui a assisté MM. Cimonard et Palmot en garde à vue mercredi, "les policiers essayaient de savoir si la personne cagoulée (protagoniste du départ de feu, ndlr) était Stéphane Palmot. Monsieur Palmot nie. Monsieur Cimonard dit qu'il n'est pas au courant, qu'il n'a pas vu Palmot. Le troisième non plus".

Mais, de source judiciaire, un quatrième suspect interpellé, pour sa part jeudi, et renvoyé lui aussi en correctionnelle, aurait été "bavard" au cours de sa garde à vue. Pour Me Leblanc, "nous remettons ça en cause. Il était seul, sans avocat, face à la pression des policiers".

L'audience est prévue le 14 octobre.

le Dimanche 7 Mars 2021 à 12:23 | Lu 98 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus