Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Finale Nouvelle-Zélande - Australie : les All Blacks jouent pour l'histoire



Finale Nouvelle-Zélande - Australie : les All Blacks jouent pour l'histoire
Twickenham, Royaume-Uni, samedi 31/10/2015 - Les All Blacks, qui affrontent l'Australie en finale de la Coupe du monde samedi à Twickenham (17h00 locale, 6h00 à Tahiti), ont l'occasion de décrocher un deuxième titre mondial consécutif, ce qui scellerait leur réputation de meilleure équipe de l'histoire.

Plus de 78% de victoires depuis 1903... Et même 90,5% depuis le titre de 2011. Les All Blacks dominent la planète ovale depuis la nuit des temps. Mais ils n'ont, pour l'instant, décroché que deux titres mondiaux, en 1987 et 2011; comme l'Australie (1991, 1999) et les Springboks (1995, 2007). Et encore, les Néo-Zélandais se sont-ils imposés à chaque fois à domicile.

Voilà donc l'occasion de se détacher pour de bon ; de devenir la première équipe triple championne du monde et de tuer une bonne fois pour toutes cette réputation de "looser" qui leur colle au maillot depuis les éliminations prématurées en 1991, 1999 (demi-finale) et surtout 2007 (quart de finale).

Ce rendez-vous particulier coïncide avec la fin d'une génération dorée, incarnée par l'emblématique capitaine Richie McCaw. Si le troisième ligne refuse obstinément de confirmer que cette 148e sélection (un record) sera sa dernière, ses coéquipiers Dan Carter (111 sél.), Ma'a Nonu (102 sél.), Conrad Smith (93 sél.) et Keven Mealamu (130 sél.) tireront à coup sûr leur révérence internationale.

Le rebond des Wallabies

Cette immense expérience s'est révélée extrêmement précieuse durant la compétition, notamment lors d'une demi-finale qu'il a fallu patiemment déverrouiller face à l'Afrique du Sud (20-18). Elle sera encore indispensable samedi pour contrer le rebond des Wallabies, encore moribonds à l'automne 2014 avant de reverdir sous la houlette du sélectionneur à poigne Michael Cheika.

Car ces Wallabies, eux aussi en quête d'une troisième couronne mondiale, possèdent de sérieux arguments qui leur ont permis de terminer devant le pays de Galles et l'Angleterre au premier tour. Puis d'éliminer l'Ecosse (35-34) et l'Argentine (29-15) sur la route de la finale.

Les Australiens comptent notamment dans leurs rangs deux troisièmes lignes, David Pocock et Michael Hooper, capables d'enrayer les enchaînements adverses par leur seule activité sur les points de rencontre (rucks). Leur défense, particulièrement hermétique, et quelques individualités (l'ouvreur Bernard Foley, le centre Matt Giteau, l'ailier Drew Mitchell ou l'arrière Israel Folau) sont, elles aussi, capables d'un exploit pour déposer la Coupe William Webb Ellis dans la corbeille wallaby.

"Biggest and best ever"

Au lendemain du match pour la 3e place, remporté par l'Afrique du Sud face à l'Argentine (24-13), ce 48e match clôturera la 8e édition du Mondial, proclamé avant même le match d'ouverture comme "The biggest and best ever" (le plus grand et le meilleur jamais organisé).

Cette Coupe du monde a notamment permis d'établir un record de fréquentation ; puisque quelque 2,4 millions de spectateurs au total se sont rendus dans les stades (contre 2,2 en France en 2007), avec en prime un record pour un match de Coupe du monde (89.267 pour Irlande-Roumanie à Wembley le 27 septembre).

Sans compter la foule qui s'est pressée dans les "fanzone" pour suivre les matches sur écran géant (1,5 million). Le Mondial a permis d'injecter 2,5 milliards de livres (296 milliards Fcfp) dans l'économie anglaise qui a enregistré 1,9% de hausse dans le domaine des ventes de détail en septembre.

La finale, pour laquelle les 80.125 places disponibles à Twickenham ont été vendues, sera précédée par un survol des Red Arrows, l'équivalent britannique de la Patrouille de France. A la fin du match, le drapeau de la nation gagnante s'affichera sur la "London Eye", la grande roue plantée sur les bords de la Tamise à proximité du centre de la capitale anglaise.

Enfin, dimanche, au lendemain du match, World Rugby dévoilera le nom du "joueur de l'année", récompense pour laquelle sont notamment en course quatre joueurs qui prendront part à la finale ; les All Blacks Daniel Carter et Julian Savea, ainsi que les Australiens David Pocock et Michael Hooper.

Rédigé par AFP le Vendredi 30 Octobre 2015 à 19:12 | Lu 938 fois






1.Posté par etienne le 31/10/2015 08:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comment peut-on parler de "réputation de looser" puisqu'ils sont les champions en titre (2011)? On n'a pas la même conception de ce mot alors!!!
De plus, l'Australie part à égalité avec les All Blacks puisque s'ils remportent ce match, ils seront les seuls a être triple champion du monde!!! C'est très clairement un article orienté!!!

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués