Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Droits des femmes: plusieurs milliers de manifestants à Paris



Paris, France | AFP | lundi 08/03/2021 - Plusieurs milliers de personnes, en majorité des femmes, ont commencé à défiler lundi à Paris pour réclamer davantage d'égalité entre les sexes, à l'occasion de la journée internationale pour les droits des femmes, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Les manifestantes marchaient derrière une banderole proclamant "Premières de corvées en grève féministe", le mot d'ordre cette année étant de dénoncer les injustices subies par les femmes, accentuées par la crise sanitaire.

Le collectif des 37 mouvements syndicaux, féministes et politiques organisateurs avait appelé à manifester pour "mettre fin aux discriminations et aux violences sexistes et sexuelles" et pour "refuser (...) de payer le prix de la crise avec notre travail, notre salaire, notre corps".

Parmi les slogans sur les banderoles, on pouvait lire: "Premières de corvées, sous-payées, dévalorisées, ça suffit !", "Rage against the machism", ou encore "Le féminisme n'a jamais tué personne, le machisme tue tous les jours".

"C'est dommage qu'on soit toujours en train de manifester en 2021 pour réclamer l'égalité des droits", a dit à l'AFP Lucie, 22 ans, étudiante à la Sorbonne, pour qui "la pandémie a beaucoup fait reculer" les droits des femmes.

Lola, 30 ans, est venue de son côté manifester pour une "meilleure reconnaissance" de son métier de sage-femme, "essentiellement constitué de femmes et au service des femmes".

Parti de Port-Royal sous un froid soleil, en direction de la place de la République, le cortège a marqué plusieurs arrêts symboliques, dont l'un devant un restaurant McDonald's - où un collectif de salariés et d'anciens salariés de la chaîne de restauration rapide dénonce une politique de discrimination sexiste "systémique". Devant la Sorbonne, des militantes ont ensuite lu des témoignages d'étudiantes qui se disent victimes de violences sexistes.

D'autres arrêts étaient prévus devant l'ancien palais de justice de Paris, pour "interpeller la justice", ou place du Châtelet, un lieu symbolique de la culture dans la capitale, où les manifestantes entendaient sensibiliser au statut des intermittentes du spectacle. 

le Lundi 8 Mars 2021 à 05:30 | Lu 87 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus