Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Dormir moins de 6 heures par nuit augmente la probabilité de mort prématurée


LONDRES, 5 mai 2010 (AFP) - Les personnes qui dorment moins de six heures par nuit ont environ 12% de chances supplémentaires de mourir de manière prématurée par rapport à celles dormant entre six et huit heures, indique mercredi une étude de l'Université de Warwick (centre).


Dormir moins de 6 heures par nuit augmente la probabilité de mort prématurée
"L'étude offre des preuves irréfutables sur le lien direct entre une brève durée du sommeil (moins de six heures par nuit) et une augmentation de la probabilité de mourir prématurément. La recherche note cependant aussi qu'un sommeil régulièrement trop long (plus de neuf heures par nuit) peut représenter un souci", indique un communiqué de l'Université.

Le sommeil trop long "n'augmente pas en soi les risques de mortalité, mais il peut être le symptôme révélateur d'une maladie grave et potentiellement mortelle", ajoute le communiqué.

L'étude a pris en compte les résultats de 16 recherches conduites en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis, dans d'autres pays européens et de l'Asie de l'Est, portant sur 1,3 millions de participants qui ont été suivis pendant 25 ans au cours desquels plus de 100.000 morts ont été enregistrées, selon la même source.

"Un sommeil trop court peut être la cause d'une maladie, tandis qu'un sommeil trop long peut représenter le symptôme d'une maladie", a résumé dans le communiqué le professeur Francesco Cappuccio, chef du programme Sommeil, Santé et Société à l'Université de Warwick.

"Dormir régulièrement entre six et huit heures par nuit pourrait être l'idéal pour la santé", a conclu l'expert, selon la même source.

"Si vous dormez peu, vous pouvez tomber malade du diabète, avoir de l'hypertension et trop de cholestérol ou devenir obèse", a précisé à l'AFP le professeur Cappuccio.

"Nous pensons que le lien entre le peu de sommeil et les maladies est causé par une série de mécanismes hormonaux et de métabolisme", a-t-il ajouté, rappelant que "la société nous pousse à dormir de moins en moins".

Rédigé par N M le Mercredi 5 Mai 2010 à 04:50 | Lu 255 fois






Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Avril 2021 - 05:55 AstraZeneca, le vaccin mal-aimé

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies