Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Documentaires en réalité virtuelle: un pari sur l'avenir d'un marché balbutiant



La Rochelle, France | AFP | samedi 25/06/2016 - Au marché du film documentaire Sunny side of the doc, qui s'est refermé jeudi à La Rochelle, l'espace de présentation de la réalité virtuelle à 360 degrés a été pris d'assaut, mais les professionnels de l'audiovisuel sont encore peu nombreux à investir dans un marché balbutiant.

"Combien de personnes ont un casque de réalité virtuelle? Quasiment personne", répond à l'AFP le producteur Nicolas Lesoult, venu présenter à La Rochelle les premiers plans d'un documentaire en réalité virtuelle, "Pompéi le mauvais jour".

Difficulté supplémentaire pour ces documentaires d'un nouveau genre, le prix: "Un film en réalité virtuelle coûte 15.000 euros la minute, quand un tournage classique revient à 5.000 euros par minute", souligne-t-il.

Pourquoi dès lors investir dans de telles productions en "VR 360"? "On se met en risque, oui, reconnaît Nicolas Lesoult, mais un risque qui me paraît intelligent. A Cannes comme à La Rochelle et ailleurs, la réalité virtuelle est très représentée. Tout un écosystème se met en place dans le monde", insiste-t-il.

Imaginée de longue date, la réalité virtuelle est aujourd'hui technologiquement mature et tous les géants du secteur ont investi le créneau. Facebook, après avoir racheté le fabricant de casque Oculus rift, s'est associé avec Samsung pour produire le Gear VR, compatible avec les smartphones Samsung les plus puissants. Google, HTC, Microsoft, consoles de jeux Playstation de Sony, personne ne veut rater le train de la réalité virtuelle.

Un souci désormais partagé par un nombre croissant de financiers de programmes, publics ou privés.

- 'Stratégie de long terme' -
"En France, le Centre national du Cinéma propose des aides pour les Nouvelles technologies en production" (NPP), relève Nicolas Lesoult. "Ensuite, il s'agit d'un financement classique. Des diffuseurs internationaux m'ont acheté en amont ou ont coproduit avec nous un ensemble de treize documentaires en animation, mais pas en réalité virtuelle." Avec des subventions de l'ancienne Région Languedoc-Roussillon et l'accompagnement de l'institut bancaire Cofiloisirs, spécialisé dans l'accompagnement de projets audiovisuel et cinéma, "ce projet nous a permis de financer notre film en réalité virtuelle", détaille le producteur.

Investisseur dans les documentaires de Nicolas Lesoult, la chaîne culturelle franco-allemande Arte croit beaucoup à la coproduction pour partager les surcoûts entraînés par la réalité virtuelle à 360 degrés. "Arte investit avec un partenaire canadien, Deep Inc.", spécialisé dans ces technologies, explique à l'AFP Kay Meseberg, responsable de la réalité virtuelle au sein de la chaîne.

"Nous avons déjà cofinancé 14 projets courts, de 5 à 15 minutes, et une quinzaine d'autres est en cours. Mais cela nous revient moins cher que de produire un documentaire de 90 minutes. Cela nous coûte moins de 100.000 euros", résume-t-il.

En procédant de la sorte, "nous sommes en train de créer une stratégie de long terme, comme beaucoup d'autres chaînes en Europe, en Asie ou en Amérique", assure Kay Meseberg.

En attendant de battre des records d'audience et de recettes, la VR a remporté un vif succès auprès des professionnels qui ont fait la queue pour chausser les gros casques et tester les programmes présentés à La Rochelle.

Selon eux, l'effet est saisissant, au point que le spectateur ressent la pression de l'eau lorsqu'un plongeur en apnée descend par 50 mètres de fond ou a l'impression qu'il va se faire prendre en étau par les vagues en même temps que le surfeur...

Rédigé par AFP le Vendredi 24 Juin 2016 à 21:10 | Lu 614 fois





Dans la même rubrique :
< >

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies