Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Dissolution du CCIF par le Conseil des ministres



Paris, France | AFP | mercredi 02/12/2020 - Le gouvernement a dissous mercredi en Conseil des ministres le Collectif contre islamophobie en France (CCIF), accusé de faire de la "propagande islamiste", a annoncé Gérald Darmanin.

Vendredi dernier, le collectif avait décidé de prendre les devants en annonçant s'être "auto-dissous". Il avait déjà redéployé peu auparavant ses activités et son siège à l'étranger.

Le ministre de l'Intérieur a fait valoir mercredi dans un tweet que "depuis plusieurs années, le CCIF a conduit avec constance une action de propagande islamiste".

Sa dissolution avait été annoncée par le gouvernement dans la foulée de la décapitation, le 16 octobre, de Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie dans un collège de Conflans-Saint-Honorine (Yvelines).

Lors de la notification du projet de dissolution, le CCIF avait reproché au ministre de l'Intérieur d'avoir "cédé aux appels de l'extrême droite" et assuré qu'il continuerait "à apporter son assistance juridique aux personnes victimes d'islamophobie et informera(it) les instances internationales de l'état d'avancement de la lutte contre les discriminations et pour l'égalité en France".

Depuis octobre, deux structures ont déjà fait l'objet de dissolution en Conseil des ministres pour des motifs semblables.

Il s'agit de BarakaCity, accusée de "propager des idées prônant l'islam radical", et du collectif "Cheik Yassine" dont le président Abdelhakim Sefrioui a été mis en examen dans l'attentat de Conflans pour "complicité d'attentat terroriste".

Les responsables de BarakaCity et son fondateur, Driss Yemmou, dit Idriss Sihamedi, ont demandé "l'asile politique" au président turc, Recep Erdogan.

Le gouvernement a également ordonné la fermeture administrative pour six mois de la mosquée de Pantin, au motif qu'elle avait relayé une vidéo dénonçant le cours de Samuel Paty sur la liberté d'expression au cours duquel le professeur d'histoire avait montré des caricatures de Mahomet.

Le Conseil d'Etat a confirmé la dissolution de BarakaCity et la fermeture de la mosquée de Pantin.

le Mercredi 2 Décembre 2020 à 04:52 | Lu 159 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus