Tahiti Infos

Des médecins de nouveau en grève en Angleterre, dans des hôpitaux déjà sous pression


Crédit Ben Stansall / AFP
Crédit Ben Stansall / AFP
Londres, Royaume-Uni | AFP | mercredi 20/12/2023 - Les "junior doctors", médecins au statut proche de celui des internes en France, ont entamé mercredi en Angleterre neuf jours de grève, prévus en deux temps, pour obtenir une augmentation des salaires qui disent-ils aiderait à juguler l'hémorragie dans la profession.

Cette nouvelle grève, après de précédents mouvements ces derniers mois et l'échec des négociations avec le gouvernement, a lieu au moment où le système de santé public, le NHS, peine à résorber les gigantesques listes d'attente où languissent subissent les patients.

Interrogé par l'AFP sur un piquet de grève, Sumi Manirajan, médecin de 29 ans et membre du syndicat BMA (British Medical Association) a "plein de collègues" qui ont quitté le Royaume-Uni pour l'Australie ou la Nouvelle-Zélande.

Les "salaires sont faibles", "les conditions de travail sont mauvaises et on n'a pas assez de médecins", explique-t-il, citant le chiffre de 50.000 médecins manquant par rapport aux autres pays d'Europe. 

"Il y a une fuite massive de cerveaux" et un "vrai sentiment d'abandon par le pays", explique quant à lui Joseph Kendall, médecin en psychiatrie, "comme si notre contrat social avait été déchiré".

"On a besoin de payer nos médecins de manière juste" pour les garder, souligne Lili Hwong, médecin en ORL.

Un "junior doctor" gagne environ 32.000 livres sterling (37.000 euros) lors de sa première année d'exercice, selon le gouvernement.

Le débrayage a débuté à 7H00 GMT, pour durer jusqu'à 7H00 GMT samedi matin. Puis les médecins s'arrêteront de nouveau de travailler durant six jours du 3 au 9 janvier, ce qui sera la grève la plus longue dans l'histoire du NHS.

"Après cinq semaines de négociations intenses, le gouvernement ne s'est pas montré capable de produire une offre crédible sur les salaires", a expliqué le syndicat de médecins BMA (British Medical association) début décembre, dans le communiqué annonçant ce nouveau mouvement.

Les "junior doctors" se sont vu proposer une hausse de 3% en plus de celle de 8,8% en moyenne déjà accordée cet été mais, selon le syndicat BMA, ces propositions reviennent toujours à une baisse du pouvoir d'achat pour nombre de médecins.

"Enormes perturbations" 

Cette nouvelle grève est "très décevante" a estimé le Premier ministre Rishi Sunak mardi lors d'une audition au Parlement, soulignant que les "juniors doctors" étaient désormais "les seuls" agents publics avec qui aucun accord salarial n'avait été conclu.

Il a également prévenu que cette grève allait aggraver les listes d'attente subies par les patients.

Pour Stephen Powis, directeur médical national de NHS England, "ces débrayages interviennent à un moment où ils causeront d'énormes perturbations au sein du NHS, dont les services ressentent déjà la pression hivernale".

"La pire crainte des responsables (des hôpitaux) se réalise" avec cette grève, a pour sa part regretté Julian Hartley, président de NHS Providers, organisme qui regroupe les centres hospitaliers.

A la veille de la grève, la ministre de la Santé Victoria Atkins a voulu rassurer, soulignant que "des mesures d'urgence importantes" avaient été prises pour atténuer les perturbations, ajoutant que sa porte "reste ouverte" aux négociations sous réserve de l'arrêt du mouvement.

Souffrant de sous-effectifs et de listes d'attente à rallonge, le système de santé britannique a été marqué ces derniers mois par une série de grèves de diverses catégories de personnel, notamment un mouvement inédit des infirmières.

Une catégorie de médecins expérimentés, les "consultants", a obtenu récemment une augmentation allant de 6% à 19,6%, sur laquelle les membres du syndicat BMA doivent encore voter.

Le Royaume-Uni a connu de très nombreuses grèves depuis la mi-2022, en raison de la crise du pouvoir d'achat. Longtemps bloquée au-dessus de 10%, l'inflation, en baisse récemment, s'est établie à 4,6% en octobre.

le Mercredi 20 Décembre 2023 à 05:41 | Lu 163 fois