Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Des claviers d'ordinateurs revisités pour mieux écrire le français



Paris, France | AFP | vendredi 22/01/2016 - Pas facile de respecter l'orthographe française avec les claviers "azerty" actuels. Bien souvent, ils ne permettent pas d'accentuer les lettres en capitale ou de gratifier le c majuscule d'une cédille. Fleur Pellerin entend leur apporter des améliorations.

La ministre de la Culture a chargé l'Afnor (Association française de normalisation) de s'attaquer au problème, en concertation avec les fabricants de claviers d'ordinateurs, les éditeurs de logiciels, mais aussi avec des linguistes et l'Imprimerie nationale.

"Il ne s'agit pas de tout bouleverser. Nous voulons seulement rajouter des possibilités" pour les utilisateurs, "de la façon la plus indolore possible", explique à l'AFP Philippe Magnabosco, chef de projet à l'Afnor.

"Ce que l'on veut, c'est définir une norme qui marche et qui soit adoptée par le plus grand nombre", ajoute-t-il.

La disposition "azerty" (du nom des six premières touches alphabétiques du clavier) est une variante francophone de la disposition "qwerty", utilisée dans le monde entier par les anglophones et brevetée depuis 1868 pour les machines à écrire.

Les ordinateurs ont repris cette disposition, avec quelques aménagements au fil du temps.

"Il n'est pas question évidemment de changer le clavier +azerty+ (...) mais simplement d'améliorer quelques fonctionnalités", a déclaré mercredi la ministre.

Le groupe de travail se fixe pour objectif d'avoir un projet de norme pour l'été.

Une enquête publique, d'une durée de deux mois, sera ensuite lancée afin que chacun puisse s'exprimer. La norme définissant le nouveau modèle de clavier pourrait être publiée "au premier semestre 2017", indique M. Magnabosco.

Elle ne sera pas contraignante. "Mais la conformité des matériels à cette norme pourrait être exigée dans le cadre de marchés publics de l'administration", a averti la Délégation générale à la langue française et aux langues de France.

Contrairement à la plupart de ses voisins européens, même francophones, la France ne dispose pas d'une norme pour les claviers.

Du coup, c'est un peu la pagaille. Selon que l'on utilise tel ou tel système d'exploitation et selon le fabricant de clavier, les touches ne sont pas au même endroit (par exemple le fameux arobase @) ou bien elles ne sont pas disponibles, notamment les lettres capitales accentuées.

- Les langues régionales aussi -

Avez-vous déjà essayé de taper un E majuscule avec un accent aigu? Avec certains systèmes d'exploitation, c'est quasiment impossible.

Pourtant un texte non accentué peut prêter à confusion. Etre interne ou interné, même en lettres capitales, cela n'est pas la même chose. Légitime ou légitimé non plus.

De même, les patronymes sont de plus en souvent écrits en capitales dans les administrations, par exemple sur la carte d'identité.

"En français, l'accent a pleine valeur orthographique", répète depuis longtemps l'Académie française. Il faut donc "en bonne typographie, utiliser systématiquement les capitales accentuées", y compris le A accent grave, ajoute-t-elle.

Les claviers actuels ne permettent pas non plus de bien orthographier les langues régionales. Ainsi en occitan, il devrait être possible d'ajouter des accents graves ou aigus sur les voyelles, en majuscules comme en minuscules.

Le clavier revisité devra permettre de prendre en compte les spécificités des langues régionales et des langues européennes voisines comme l'espagnol.

"On a le paradoxe d'avoir désormais plein de caractères disponibles dans les polices de caractères des systèmes d'exploitation et de ne pas y avoir accès aisément", constate M. Magnabosco.

Le nouveau clavier ressemblera beaucoup à l'actuel. "On ne revient pas sur sa forme géométrique. Ce que nous voulons améliorer, c'est sa disposition, c'est-à-dire la façon dont les caractères, les symboles, les chiffres, sont répartis", indique l'expert. "On veut faire des modifications à la marge".

"Les pays avec des francophones comme la Belgique, la Suisse et le Canada ont tous trouvé des solutions - qui ne sont pas les mêmes - pour écrire le français correctement, en tout cas avec toutes les capitales accentuées", relève-t-il.

Ces changements pourront se faire "à des coûts assez faibles", estime-t-il. Pour les tablettes et les téléphones, les éventuelles modifications seront aisées car le clavier est dématérialisé.

pcm/na/pad

Rédigé par () le Vendredi 22 Janvier 2016 à 06:10 | Lu 627 fois






1.Posté par Ariitaia le 22/01/2016 09:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voilà bien la première décision intelligente de ce gouvernement depuis qu'il a été élu !
N'oubliez pas l'@ !

2.Posté par Just biou le 22/01/2016 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C’est un sujet bien plus sérieux qu’il n’y paraît.
La disposition des lettres (clavier français, clavier anglais, etc.) date de la fin du XIXème siècle. !
A cette époque les machines à écrire avaient de longues tiges terminées par une lettre de l’alphabet. Toute la réflexion a porté sur un point essentiel : éviter qu’en tapant assez vite deux tiges se croisent et se coincent l’une allant frapper et l’autre revenant de frapper. Pour cela on tenait, plus ou moins, compte de la fréquence et de la répétitivité des lettres dans la langue concernée (français, anglais, etc.)

Cette réflexion n’a plus la moindre justification aujourd’hui. Qui utilise encore une « machine à écrire » avec des tiges ???

Il est DÉRISOIRE de faire une réforme « à la marge », comme le dit le ministre, en se basant sur une réflexion datant de 150 ans concernant une technologie MORTE.

De l’audace, diantre !!

3.Posté par Just Biou le 22/01/2016 10:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une question FONDAMENTALE, dont j’ignore la réponse. On distribue dans les écoles des milliers de tablettes et instruments similaires.
EST-CE U’EN MEME TEMPS ON ENSEIGNE LA DACTYLOGRAPHIE ?
C’est-à-dire apprendre à utiliser le clavier avec ses dix doigts et non avec deux doigts ou à peine quelques-uns de plus ?

Il y a vingt ou trente ans quand on conseillait à quelqu’un d’apprendre à «taper à la machine», la réponse fusait immédiatement : «Je ne suis pas une sténodactylo», ceci avec un mépris marqué pour cette profession.
Aujourd’hui la grande majorité des professionnels de tout niveau sont des «dactylos». En conséquence, autant apprendre très tôt = à l’école élémentaire à placer ses dix doigts. Ce n’est pas à vingt ou trente ans que l’on apprend le piano, de même pour la dactylographie.
Dans un cycle de formation à la dactylographie il existe parfois des claviers totalement aveugles que l’on utilise une fois les premières parties de la formation assimilées.

Quelqu’un peut-il apporter la réponse à ma question du début : la dactylographie (à 10 doigts) est-elle enseignée dans le cycle scolaire ? Si oui, vers quel âge environ ? Quelqu’un sait-il ce qu’il en est dans d’autres pays, par...

4.Posté par Just Biou le 22/01/2016 12:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les innombrables particularités orthographiques ne sont plus du tout un obstacle au XXIème siècle. Il est ridicule que cela fasse partie du travail demandé à l’AFNOR. Espérons que cet organisme travaillera très étroitement avec les informaticiens et avec les ergonomistes.
Tous les fabricants de logiciels et d’ordinateurs savent intégrer des dizaines, voire des centaines d’alphabets différents.
Le chinois et le japonais existent sur tous les iPhone et sur des milliers d’autres appareils. Est-ce que l’occitan sera plus difficile à ajouter ?
Non seulement, Madame le Ministre de la Culture ne lit pas de littérature mais, en plus, l’ancienne ministre du numérique ne semble pas connaître les possibilités des ordinateurs.

Il faut laisser le claver azerty mourir de sa belle mort, tout comme les machines à écrire mécaniques et faire quelque chose novateur adapté au XXIème siècle, indépendamment de l’azerty.

Remarque supplémentaire : nos voisins qui ont à faire avec plusieurs langues ont des claviers bilingues. Sur le « vieux » matériel actuel avec une manipulation extrêmement simple on peut passer tout de suite d’un courrier en français à un texte écrit en allemand (Suisse) ou en néerlandais...

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies