Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Dénicher des talents: Deezer et Spotify pourront-ils un jour concurrencer les Trans Musicales?



Paris, France | AFP | mercredi 03/12/2014 - Stromae ou Nirvana ont percé aux Trans Musicales, festival dédié aux découvertes dont la 36e édition débute mercredi à Rennes, mais les sites de streaming comme Deezer ou Spotify revendiquent aussi désormais un rôle de dénicheur de talents aux côtés des radios.

Afin d'élargir leur audience, ces plateformes de streaming "humanisent" leurs algorithmes pour cerner toujours mieux les goûts des utilisateurs et leur proposer les nouvelles voix qui les feront rester.

Chez le français Deezer, on estime avoir désormais fait le plein chez les plus férus de musique.

L'objectif est maintenant de "s'attaquer à d'autres auditeurs, ceux qu'on appelle les auditeurs +casuals+, qui mettent la radio en voiture et à la maison, mais qui n'ont soit pas le temps, soit pas l'envie d'aller découvrir les choses tout seuls", explique à l'AFP Alexandre Croiseaux, directeur produit.

Pour les attirer, le site aux 16 millions de visiteurs uniques et 6 millions d'abonnés payants, affine constamment ses algorithmes.

Il étudie notamment des "milliers de radios pour voir comment elles gèrent leur programmation", "analyse les textes" des chansons et consulte les articles de Wikipedia. Tout cela lui permettra de répondre toujours mieux aux attentes identifiées chez les utilisateurs.

L'utilisation de tels algorithmes pour recommander des oeuvres soulève toutefois des craintes: le président du Conseil supérieur de l'audiovisuel, Olivier Schrameck, a ainsi mis en garde mardi contre le risque d'"enfermer dans ses propres goûts" l'auditeur "au détriment de la découverte" voire de "standardiser la création" pour se plier aux demandes du public.

En réponse, Deezer mise sur une "touche humaine": une cinquantaine d'experts chargés de repérer et de recommander de nouveaux morceaux.

"Ils ont un rôle très important, car si on n'utilise qu'une machine on peut en effet très vite enfermer le gens dans ce qu'ils écoutent tout le temps" et donc les lasser et les faire fuir, explique Alexandre Croiseaux.

- "Cuisiner en musique" -


Depuis plusieurs mois, Deezer propose donc à ses utilisateurs, sur un simple clic, une radio totalement personnalisée, "Flow", tenant compte de leurs goûts, de leurs écoutes passées mais aussi du moment de la journée et même du jour de la semaine...

Son concurrent suédois Spotify - 50 millions d'utilisateurs par mois pour 12,5 millions abonnés - propose aussi de nombreuses "recommandations" à travers des sélections thématiques ("Trajet du soir", "cuisiner en musique", "motivation pour le sport"...) et les "playlists" publiques établies par les utilisateurs, dont des célébrités comme les Daft Punk.

Si le site suédois "n'a pas vocation à se substituer aux radios, beaucoup d'artistes ont commencé à rayonner grâce à Spotify", estime une porte-parole.

Et de citer le cas de la prodige néo-zélandaise Lorde, révélée par la liste personnalisée de Sean Parker, cofondateur du site de partage de musique Napster et ex-président de Facebook et suivie par plus de 825.000 utilisateurs.

Du côté des radios musicales, on affirme ne pas redouter cette concurrence.

"Sur ces plateformes, il faut savoir ce que l'on veut écouter. Nos marques restent prescriptrices, on a une histoire, un lien avec les auditeurs", souligne Tristan Jurgensen, directeur de RTL2 et Fun Radio, les musicales du groupe RTL, qui indique que "94% des titres" diffusés sur Fun Radio ont "moins de 12 mois".

"C'est chez nous que les auditeurs vont découvrir de nouveaux sons. Ensuite ils vont chez Deezer ou Spotify. Le top 40 de Deezer ou Spotify, c'est la playlist de NRJ!", renchérit Morgan Serrano, directeur des programmes de cette radio. Les acteurs du streaming, assure-t-il, "ne pourront jamais faire ce qu'on fait", faute de moyens et d'animateurs vedettes.

"De façon ultime, on deviendra concurrent de la radio", affirme néanmoins Alexandre Croiseaux chez Deezer.

La plateforme vient d'acheter la start-up Stitcher, spécialisée dans la compilation de contenus radios personnalisables. Cela lui permettra de proposer prochainement des podcasts, comme des bulletins d'information ou des émissions issus de stations traditionnelles, en plus de la musique.

Rédigé par () le Mercredi 3 Décembre 2014 à 05:40 | Lu 141 fois






Dans la même rubrique :
< >

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies