Tahiti Infos

Danemark: sur quatre petites îles chacun peut désormais s'improviser chauffeur de taxi


JEANNE KORNUM / SCANPIX / AFP
JEANNE KORNUM / SCANPIX / AFP
Copenhague, Danemark | AFP | jeudi 04/07/2024 - Les habitants de quatre petites îles du Danemark peuvent s'improviser chauffeurs de taxis depuis le 1er juillet, grâce à l'abrogation de la réglementation sur les transports de personnes.

Les résidents danois peuvent offrir sur les îles de Bågø, Endelave, Hjarnø et Orø, dans le centre du pays, des services de conduite sans restriction spécifique, au-delà du fait d'avoir son permis, et de payer des impôts sur les revenus issus de cette activité.

"Il s'agit de zones où il n'est pas possible de prendre un taxi", explique le ministre des Transports danois Thomas Danielsen dans un communiqué publié 1er juillet, désignant des îles sans pont ou enclavées.

"Avec le système de taxis insulaires, nous assurons une mobilité maximale (...) de sorte que tout le monde puisse conduire n'importe qui sans avoir besoin de licence, de capteur de siège (permettant l'activation d'airbag, ndlr) ou de taximètre".

Après l'annonce de cette mesure, Lars Møller, habitant de l'île d'Endelave, qui se traverse à pied en un peu moins de deux heures, s'est empressé d'offrir sur Facebook ses services de chauffeur au tarif normal d'un taxi.

Ce retraité qui a fait toute sa carrière dans l'informatique se réjouit de "l'assouplissement" des règles, qui profitera aussi bien aux habitants de l'île, notamment aux personnes âgées, qu'aux touristes qui commenceront à arriver à partir de la semaine prochaine avec les vacances d'été.

"Les gens ont besoin de transports, que ce soit pour aller au port prendre le bateau, pour aller à l'église", explique à l'AFP, ce résident de l'île d'un peu plus de 150 âmes. "Je n'ai pas entendu de retour négatif [sur cette mesure]".

"Au Danemark, la loi sur les taxis est très stricte, encore plus depuis l'interdiction de Uber en 2017", ajoute l'insulaire, sur place depuis 25 ans. 

Il y a sept ans, une réforme des conditions d'exercice de la profession avait été adoptée par le Parlement danois, exigeant des chauffeurs particuliers qu'ils soient équipés d'un taximètre et de détecteurs d'occupation de sièges.

Dansk Transport Person, l'organisation de défense des intérêts des chauffeurs de bus et de taxis, est critique vis-à-vis de la déréglementation en cours dans les petites îles danoises, s'inquiétant de l'absence de vérification du casier judiciaire ou de contrôle du paiement des taxes par le conducteur.

L'organisation craint, dans un communiqué, que le pays ne s'engage "sur une pente glissante où les gens sont amenés à croire que cela peut aussi fonctionner dans les zones rurales du Danemark continental".

le Jeudi 4 Juillet 2024 à 08:16 | Lu 318 fois