Tahiti Infos

Convention RST : "Nous devions faire preuve de pragmatisme", explique Richard Tuheiava


Le représentant souverainiste Richard Tuheiava
Le représentant souverainiste Richard Tuheiava
PAPEETE, 2 avril 2015 – Très partagé jusqu’au dernier moment face à la convention-cadre sur le RST défendue par le gouvernent Fritch, le groupe UPLD s’est décidé en faveur d’un soutien à la mi-journée, après une brève concertation avec les représentants de l’exécutif.

Questionnés en début de matinée, plusieurs membres du groupe UPLD assuraient défendre les amendements proposés par la commission de l’économie et des finances, modifiant profondément le projet de convention du gouvernement. Une position confirmée par Eliane Tevaitua lors de son allocution en ouverture de séance. A ce moment-là encore, l’issue d’un vote aurait donné raison aux aspirations des pro-Flosse du groupe Tahoera'a.

Puis il a été question, en milieu de matinée, d’une possible abstention des onze représentants du groupe souverainiste.

Mais c’est finalement à l’occasion d’une brève suspension de séance, organisée à la demande d’Antony Géros pour obtenir des précisions du ministre de la Santé, que le vote des 11 représentants UPLD s’est mis au diapason de celui des pro-Fritch et du groupe A Tia Porinetia, permettant de dégager une très large majorité de 35 élus en faveur du projet de texte défendu par le gouvernement. Que s’est-il dit lors de cette entrevue : mystère ; même si Richard Tuheiava assure qu'il s'agit simplement d'une question de "pragmatisme"

Vous votez finalement en faveur des amendements voulus par le gouvernement. Que s’est-il passé lors de la suspension de séance ?

Richard Tuheiava : Il y a eu effectivement une rencontre qui s’est produite à la suspension. Nous avons eu des explications, des clarifications faites par le ministre de la santé et le vice-président, qui nous ont rassurées. Un sous-amendement a été déposé à notre demande et celle du groupe A Tia Porinetia. On s’aperçoit encore une fois que l’opposition a été l’actrice de ce matin.

Peut-on dire qu’il y a un rapprochement entre l’UPLD et le gouvernement ?

Richard Tuheiava : Non, il n’y a pas de rapprochement particulier. C’est juste que lorsqu’une question dépasse les clivages, comme celle-là, je crois qu’il faut savoir arrêter de jouer sur les mots. Il y a un intérêt général qui prime. Il s’agit des 80000 ressortissants du RST. On maintient notre analyse sur la posture de l’Etat dans ce dossier. Mais aujourd’hui nous devions faire preuve de pragmatisme.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Jeudi 2 Avril 2015 à 17:04 | Lu 2568 fois