Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Commerces: l'AMF critique Le Maire, Faure (PS) dénonce l'"incohérence" du gouvernement



Paris, France | AFP | lundi 02/11/2020 - Le patron de l'Association des maires de France (AMF) a exigé lundi du ministre Bruno Le Maire qu'il "retire ses propos" sur les élus qui prennent des arrêtés d'ouverture des petits commerces en plein confinement, tandis que le PS a dénoncé l'"incohérence" du gouvernement sur ce sujet.

Le ministre de l'Economie a dénoncé dimanche "cette poignée de maires irresponsables qui prennent des arrêtés contraires aux décisions prises par l'Etat pour protéger la sécurité sanitaire des Français". Ces élus "pensent qu'ils soutiennent les commerçants. En réalité, ils menacent la santé des Français", avait-il affirmé.

"Je demande à M. Le Maire de retirer ces propos", a réagi lundi Philippe Laurent, maire (UDI) de Sceaux et secrétaire général de l'AMF, "extrêmement choqué". "Traiter ainsi les maires (...), qui sont auprès des populations, c'est une faute politique", a-t-il ajouté sur Sud Radio.

"Ce gouvernement ne sait pas faire confiance". Or "il faut faire confiance aux acteurs locaux" qui sont en mesure, selon lui, de "mettre en place des processus qui permettraient de rouvrir, dans certaines conditions, les commerces de centre-ville".

Il a salué la décision de fermeture des rayons dits non essentiels des grandes surfaces, annoncée dimanche soir par le Premier ministre Jean Castex, qui "rétablit au moins une partie de l'équité" avec les petits commerces, en soulignant toutefois que la question du "commerce en ligne, qui va probablement prospérer", reste entière.

M. Laurent a à cet égard souligné les difficultés sur le plan juridique d'une "interdiction de la vente en ligne" pure et simple, qui empêcherait les petits commerçants de déployer le système de "click and collect", et a plaidé plutôt pour l'instauration d'une "taxation à la livraison".

En Ile-de-France, la présidente de région (Libres!) Valérie Pécresse a demandé sur Europe 1 que "très vite, si le contexte sanitaire le permet, les préfets puissent prendre des dérogations pour des réouvertures de petits commerces".

A gauche, le premier secrétaire du PS Olivier Faure a dénoncé sur France 2 "l'incohérence" de la décision du Premier ministre Jean Castex de laisser fermés les petits commerces mais de bloquer l'accès aux rayons de produits non-essentiels dans les grandes surfaces, au seul profit d'Amazon selon lui.

M. Faure s'est interrogé sur la définition des produits essentiels en prenant l'exemple des vêtements pour les enfants et des livres, et a réclamé la réouverture des librairies.

Questionné sur les maires qui ont pris des arrêtés, il a jugé que "ça n'est pas la bonne solution" mais a dit "comprendre le geste" qui vise à "créer le débat et pousser le gouvernement à prendre les bonnes décisions".

Il a aussi plaidé pour que le gouvernement laisse aux préfets la possibilité d'ouvrir des petits commerces, et a proposé d'instaurer "une taxe exceptionnelle sur les Gafa qui permette d'aller abonder un fonds de solidarité en faveur de ceux qui sont obligés de fermer aujourd'hui".

A l'Assemblée nationale, les députés PS ont déposé une proposition de résolution réclamant l'instauration d'une "contribution exceptionnelle" des entreprises d'e-commerce, qui profitent "d’une situation de concurrence inéquitable puisqu’elles peuvent continuer à vendre leurs produits quand les commerces de centre-ville ne le peuvent plus".

Cette contribution, qui pourrait être inscrite dans le cadre du 4e projet de budget rectificatif présenté la semaine prochaine, "pourrait utilement abonder le fonds de solidarité en direction des commerçants des centres-villes", selon le groupe de Valérie Rabault.

le Lundi 2 Novembre 2020 à 05:28 | Lu 203 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus