Tahiti Infos

Cinq conseils pour une rentrée des classes sereine


Tahiti, le 7 août 2022 – Dans quelques jours, c’est la rentrée des classes. Pour l’aborder sereinement, il est nécessaire de se préparer en famille. Voici les cinq conseils de Sara Aline, présidente de l’association Parent autrement à Tahiti, pour une reprise en douceur.
 
Ça y est, c’est la semaine de la rentrée scolaire. Certains attendent ce moment avec impatience pour retrouver leur établissement et leurs amis mais pour d’autres, cette période peut être source de stress ou d’angoisse. En tant que parent, comment peut-on aider son enfant à aborder sereinement cette étape ? Sara Aline, présidente de l’association Parent autrement à Tahiti et formatrice en communication et discipline positive, nous donne quelques conseils pour bien se préparer aux changements.
 
  • On se couche plus tôt
Il est intéressant de commencer à se remettre dans le rythme quelques jours avant la rentrée des classes. Une quantité de sommeil suffisante est nécessaire pour favoriser les apprentissages. “Idéalement, il faut compter 8 à 10 heures de sommeil pour les enfants. Il faut adapter la routine du matin à l’heure du lever. Si l’enfant a du mal à se réveiller, il faut essayer de le lever le plus tard possible. Il vaut mieux rogner sur la routine que sur le sommeil. Il pourra par exemple prendre son petit déjeuner dans la voiture, même si ce n’est pas l’idéal.”
 
  • On est attentif au premier repas de la journée
Un bon petit déjeuner est primordial pour recharger ses batteries après une nuit de sommeil et rester en forme toute la matinée. “On bannit les céréales, ce n’est que du sucre rapide, ça ne tient pas du tout au corps. Le pain blanc, c’est à peine mieux, mais il y a une réalité du pouvoir d’achat qui fait que la baguette a sa place sur les tables des familles polynésiennes. Le top, c’est quelque chose comme de l’avoine ou du porridge, mais c’est rare que les familles optent pour ce petit déjeuner là ! Donc ça, c’est la base, et ensuite, on ajoute des protéines comme des yaourts, des œufs ou du fromage. Puis des fruits, de préférence locaux.”
 
  • On prépare ses affaires
Si on a envie d’impliquer son enfant dans la préparation de ses affaires de rentrée, notamment dans l’achat des fournitures, il faut tout de même faire attention à ne pas le laisser choisir n’importe quoi. “Les enfants vont opter pour des produits à l’effigie de leurs personnages préférés qui, en général, coûtent deux fois plus cher. Pour éviter cela, les parents peuvent choisir d’acheter des autocollants pour qu’ils puissent décorer leurs trousses ou leurs cahiers, et ainsi s’approprier leurs affaires. Ça coûtera moins cher !”
 
  • On lit des histoires ou on regarde des dessins animés sur l’école
Évoquer l’école par le biais du divertissement est une bonne manière d’aborder la rentrée de manière ludique, surtout si les parents ne peuvent pas se rendre dans les locaux, par manque de temps ou parce que c’est interdit. “Lire une histoire va permettre à l’enfant de se représenter le lieu. Il faut faire davantage attention quand il s’agit de dessins animés car certains peuvent véhiculer des stéréotypes, notamment sur les jeux de récré. Le mieux, c’est que le parent soit à côté pour garder un œil sur ce que regarde son enfant et intervenir si besoin, que ce soit pour souligner les bonnes ou les mauvaises choses. On peut faire la même chose avec les adolescents qui regardent des émissions sur YouTube ou écoutent des podcasts. Ce sont des repères socio-culturels pour les jeunes alors le parent peut commenter ce que son enfant regarde. L’idée est de stimuler son regard critique. Mais attention, la règle, c’est pas d’écran le matin.”
 
  • On communique en famille
Quel que soit l’âge de son enfant, la clé réside dans la communication. Pourtant, lorsqu’on demande à son enfant ce qu’il a fait dans la journée, le parent n’obtient pas toujours de réponse. Ou alors à la question “est-ce que ta journée s’est bien passée ?”, il obtient un simple “oui”. “C’est parce que c’est trop vague. Il faut poser des questions plus précises. Par exemple, pour un petit : ‘est-ce que tu as mangé de l’ananas ou une banane au goûter ?’, ou à son ado : ‘qu’avez-vous travaillé en géographie aujourd’hui ?’. À ce moment-là, la communication de surface est enclenchée. On peut ensuite espérer que son enfant raconte des choses plus personnelles. Mais pour cela, il faut créer un temps pour parler, soit en voiture pendant les embouteillages, soit à table au dîner ou alors, au moment du coucher, dans le lit de l’enfant, avant l’histoire du soir. C’est mieux de parler avant la lecture car si l’enfant raconte des choses qui lui pèsent, il ne faut pas qu’il s’endorme avec ensuite.”
 

Et si c’est une première ?

Une première rentrée des classes peut être angoissante pour un tout-petit. “S’il a des craintes, on peut essayer de le raisonner, mais l’important, c’est d’entendre ses inquiétudes. Certains parents pensent que ça va accentuer les peurs mais au contraire, plus on va entendre ses émotions, plus vite elles vont disparaître.” Selon les établissements, l’intégration se fera de manière plus ou moins échelonnée, en présence ou pas des parents. Si cela est possible, l’idéal est que le parent puisse se libérer quelques jours pour accompagner son enfant dans cette nouvelle étape. Voire même de découvrir l’établissement et l’équipe scolaire en amont, pour pouvoir s’approprier les lieux. Un objet transitionnel comme un doudou peut également aider le tout-petit à se sentir en confiance.

Chez les plus grands, chaque changement d’établissement peut également générer du stress. “Le plus difficile, c’est le passage en 6e. L’enfant, qui n’a généralement pas encore franchi le cap de la puberté, passe d’un environnement cocooning à quelque chose de beaucoup plus grand, c’est très particulier. C’est l’âge des copains, du sentiment d’appartenance, alors il faut que l’enfant arrive à repérer très rapidement un ami. En Amérique, ils appellent ça un budy. Les professeurs eux-mêmes créent ces binômes à la rentrée, pour éviter le harcèlement scolaire par exemple.”
 

Rédigé par Lucie Ceccarelli le Dimanche 7 Août 2022 à 15:42 | Lu 1835 fois