Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Chine: opération séduction de Huawei auprès de start-ups françaises



Beijing, China | AFP | vendredi 31/10/2014 - Une vingtaine de start-ups et petites entreprises françaises spécialisées dans le numérique participaient jeudi et vendredi en Chine à un forum organisé par le géant des télécoms Huawei, qui a promis d'ambitieux investissements dans l'hexagone... notamment en direction des PME.

A Shenzhen (sud de la Chine), où est basé Huawei, avaient notamment été conviées 13 firmes lauréates de deux concours organisés en France, a souligné Isabelle Leung, directrice de la communication de Huawei France.

Au programme de cet évènement franco-chinois coparrainé par Ubifrance (agence française pour le développement international des entreprises): visite du "campus" de Huawei, rencontres avec des firmes locales, et discussions sur les meilleurs moyens de doper le développement de ces startups françaises.

"C'est une occasion de découvrir l'écosystème chinois" du secteur, s'est réjoui Thierry Sergent, patron de la société Expway. Celle-ci propose des solutions pour améliorer les débits de vidéos sur les réseaux télécoms et "travaille avec Huawei" depuis un an et demi, a-t-il expliqué.

"C'est non seulement une ouverture vers le marché chinois, mais aussi une porte vers le marché africain et d'autres", a-t-il insisté, pointant le développement fulgurant de Huawei dans les économies émergentes.

Au-delà de la Californie, les firmes françaises du numérique et de la high tech "n'échapperont pas à terme à une implantation à Shenzhen" pour toucher un marché chinois qui "avec son milliard d'usager fait rêver tout le monde", a-t-il assuré.

Cette opération-séduction de Huawei en direction des startups et PME françaises "innovantes" intervient alors que le groupe a dévoilé fin septembre un plan d'investissement d'un milliard et demi d'euros sur cinq ans en France.

Il avait insisté à cette occasion sur son intention de diversifier son réseau de fournisseurs dans le pays.

"La plateforme d'achat de Huawei à Shenzhen n'a pas besoin de Huawei France pour rencontrer de grands acteurs du secteur comme STMicro" --chez qui le chinois se fournit déjà en composants pour ses smartphones-- "mais c'était plus compliqué de rentrer en contact avec les PME françaises", a souligné Isabelle Leung.

Au deuxième trimestre, Huawei se trouvait au troisième rang mondial pour les ventes de smartphones avec un quasi doublement de ses ventes en un an, à 20,3 millions d'unités, s'adjugeant 7% des parts de marché derrière Apple et Samsung, selon le cabinet IDC. Il a perdu un peu de son éclat au troisième trimestre, supplanté par son compatriote Xiaomi.

Malgré des controverses sur des risques invoqués de sécurité et de cyberespionnage, Huawei est par ailleurs numéro deux mondial des équipements en télécommunications.

Rédigé par () le Vendredi 31 Octobre 2014 à 04:42 | Lu 394 fois





Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies