Tahiti Infos

Brigitte Macron soutient les femmes du fenua


Tahiti, le 7 décembre 2021 - La présidente du Conseil des femmes de Polynésie Minarii Galenon a rencontré mardi à l’Élysée Brigitte Macron rapporte nos confrères d'Outremers 360°. La Première dame s'intéresse à la cause des femmes en Polynésie et Minarii Galenon lui a présenté le projet d’extension du centre d’hébergement Pu O Te Hau (“Source de paix”). Pour contribuer au projet, une aide de l’État de 82.7 millions de Fcfp (700 000 euros), avait déjà été annoncée en juillet dernier par le Président de la République.
 
Après déjà six ans d’activisme, Minarii Galenon a été réélue le mois dernier à la présidence du Conseil des femmes de Polynésie et poursuit donc sa lutte contre les violences intrafamiliales faites aux femmes et à leurs enfants en Polynésie française. A sa demande, elle a été reçue mardi à l'Élysée par Brigitte Macron. L'occasion de remercier la Première dame pour l'aide de la France à la cause des femmes polynésiennes et donc du Conseil des femmes. Cette fédération, qui dirige dès lors 18 associations, s’est lancée dans un projet d’extension du centre d’hébergement Pu O Te Hau qui reçoit déjà une quarantaine de femmes et d’enfants. La fédération bénéficie d’une aide de 60 millions de Fcfp du Pays et de 82,7 millions de l’État.
 
Le projet d’extension vise à augmenter sa capacité d’accueil à 70 personnes, mais également à permettre l’accès aux femmes retraitées. Aussi, un troisième module a été pensé et serait dédié à une structure de formation puisque selon la présidente du Conseil : “L’éducation des femmes et des filles est la clé de l’éradication des violences”.
 

Un projet visant des résultats considérables
 
Concernant les prévisions liées à ce projet, Brigitte Macron a soumis l’idée de “déléguer un de ses conseillers en Polynésie”. La Première dame est donc prête à s’investir activement dans le projet puisqu’elle a affirmé vouloir être en contact direct avec ces femmes, une vidéoconférence est donc prévue prochainement. Elle a aussi suggéré “la mise en place d’un dispositif permettant de détecter toutes les formes de violence qui peuvent exister chez les enfants”. Il ne reste plus qu’à convenir avec le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, de la manière dont ce dispositif pourrait être mis en place en Polynésie française.
 
De plus, la présidente de la fédération a évidemment évoqué le besoin pour ces femmes violentées d’être indépendantes financièrement. Ainsi, Minarii Galenon envisage d’élaborer un projet de loi pour que les femmes battues puissent percevoir une aide financière. Le sujet sera discuté avec Anne-Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des Femmes et partenaire de la fédération du Conseil des femmes de Polynésie depuis 2018.
 

Organiser des événements
 
Chantal Galenon et Anne-Cécile Mailfert projettent d’organiser une Nuit des Relais en Polynésie puisque cette course est déjà un événement annuel dans l’Hexagone et permet une récolte de fonds pour venir en aide aux associations. En outre, la présidente du Conseil des femmes de Polynésie tient à valoriser la culture polynésienne en y ajoutant des courses de pirogues traditionnelles.
 
Dans le même registre, notons que la Hia’ai Run, une course de solidarité organisée par la Direction des solidarités, de la famille et de l’égalité (DSFE), se tiendra ce samedi 11 décembre 2021 au Parc Paofai à partir de 13h30 pour sensibiliser à la violence faites aux femmes en Polynésie.
 

Rédigé par Meleana CHE FAT le Mardi 7 Décembre 2021 à 19:04 | Lu 1511 fois