Tahiti Infos

Air Tahiti Nui, Air France : turbulences simultanées dans le ciel polynésien


Mathieu Bechonnet, directeur général de la compagnie Air Tahiti Nui s'est exprimé ce lundi après-midi devant les médias locaux pour expliquer les raisons des annulations et des retards de vols de la compagnie depuis samedi.
Mathieu Bechonnet, directeur général de la compagnie Air Tahiti Nui s'est exprimé ce lundi après-midi devant les médias locaux pour expliquer les raisons des annulations et des retards de vols de la compagnie depuis samedi.
PAPEETE, le 14 décembre 2015. Pour certains voyageurs le début des vacances de Noël rime avec galère. Au cours du week-end dernier, deux vols d'Air Tahiti Nui ont été annulés, entraînant des retards en chaîne sur les suivants. Pendant ce temps à l'agence Air France de Papeete, alors qu'un préavis de grève est déposé depuis le 11 décembre, les négociations commencent à peine.

Deux vols annulés, des reports de vols et des retards en chaîne au moins jusqu'à demain, mercredi 16 décembre. Pour la compagnie Air Tahiti Nui, le début des vacances scolaires de Noël a coïncidé avec une pagaille, comme on n'en avait pas vu depuis longtemps au sein de la compagnie au tiare. Hormis en période de grève. Sauf que de grève, justement, il n'y en a pas ! Il n'y a eu aucun préavis de grève déposé ni par les syndicats de pilotes de la compagnie, ni par le personnel navigant. En fait, ce sont uniquement les messages diffusés par la compagnie, via sa page Facebook dans le courant du week-end dernier, qui faisaient allusion à un "mouvement social". Initialement, dans un communiqué de la direction commerciale adressé aux rédactions, il n'était question que "d'un problème d'équipage".

"La situation est assez particulière : on subit quelques perturbations sur la programmation des vols qui résultent d'une difficulté à armer certains vols subitement modifiés par des arrêts maladies notamment" commence Mathieu Bechonnet, directeur général de la compagnie Air Tahiti Nui. En l'absence du P-dg, Michel Monvoisin en déplacement à l'étranger pour des raisons personnelles, c'est le directeur général qui prend le relais des décisions à prendre. En l'occurrence, par exemple, dans l'impossibilité dimanche de faire partir trois pilotes sur le vol vers le Japon comme la réglementation l'impose sur un vol d'une durée de plus de 12 heures, il a fallu en moins d'une heure trouver une solution technique. A savoir une escale à Nouméa pour respecter les 12 heures de repos des pilotes. Au passage, la compagnie a dû gérer les absences de visas pour la Nouvelle Calédonie d'une trentaine de passagers chinois, restés en transit le temps de cette escale forcée par Nouméa.

D'où proviennent ces problèmes d'armement de vols chez ATN ? En aucune façon d'une "mauvaise gestion des ressources humaines" de la compagnie se défend Mathieu Bechonnet. Il en veut pour preuve que l'an dernier, même en pleine épidémie de chikungunya, les arrêts maladies des pilotes ont pu être remplacés en temps et en heure par des pilotes acceptant une régulation de leurs programmes de vols. "On a assez de pilotes pour faire face à l'imprévu" ajoute-t-il. Mais en ce Noël 2015, la direction de la compagnie indique qu'une "consigne syndicale a été déposée par un syndicat de pilotes pour ne pas dépanner les vols (… ) Ce syndicat a écrit à ses adhérents et cela a des conséquences" admet-il. Bref, les imprévus deviennent nettement plus difficiles à gérer quand la volonté de dépanner n'est pas partagée par tous.

EN FILIGRANE LES DISCUSSIONS SOCIALES SUR L'ACCORD D'ENTREPRISE

Dans le collimateur de ce syndicat de pilotes (le SPNT syndicat de personnel navigant technique) d'Air Tahiti Nui, plus revendicatif que d'autres, les négociations sur l'accord d'entreprise qui s'éternisent depuis plus de deux ans et demi. Dénoncé par la direction de l'époque, cet accord d'entreprise reste depuis en discussion. "Nous sommes dans une zone hybride, mais nous sommes surpris car le dialogue social est ouvert et continu" poursuit Mathieu Bechonnet. Il affirme qu'il y a eu déjà de nombreuses avancées au cours de cette discussion sociale entamée depuis fin 2012. D'ailleurs une réunion, programmée de longue date, avec le P-dg Michel Monvoisin est prévue ce jeudi 17 décembre : elle aura lieu comme prévu mais dans un climat social sans doute un peu plus tendu que précédemment. Car pour la direction il ne fait aucun doute que ce refus inexpliqué et soudain de "dépanner les vols" lors des imprévus démontre que "certains syndicats souhaitent avancer plus vite que d'autres" au point de provoquer ces perturbations dans la programmation des vols de ces derniers jours. Il y a "un syndicat qui a pris le parti d'un coup de force".

Le président du SPNT, Jean-Yves Saint Marc refuse en bloc de parler de mouvement social, "il y a des vols recalés par manque d'équipages" affirme-t-il. La preuve selon lui : "les pilotes au tableau de service qui ne sont pas malades exécutent normalement leurs vols. En raison d'arrêts maladies, des pilotes en vacances sont revenus et vont pouvoir être reprogrammés. D'autres, non. Certains pilotes n'ont plus envie d'annuler leurs vacances pour assurer ces dépannages, c'est un problème de gestion" affirme-t-il dans un climat social difficile alors que la négociation de l'accord d'entreprise de la compagnie traîne depuis si longtemps.

Impossible dans ce contexte d'être certain que le plan de vols des prochains jours sera effectué sans nouveaux retards ou annulations chez Air Tahiti. La direction est néanmoins optimiste et estime que la situation revient à la normale. "Ce n'est pas une situation de blocage mais de discussion. On minime l'impact qui ne sera pas plus fort dans les jours à venir" assure Mathieu Bechonnet. Même optimisme ambiant auprès du syndicat SPNT : "on va réussir à faire partir tous les vols de la semaine" nous déclarait Jean-Yves Saint Marc, ce lundi matin. Les futurs vacanciers de ces fêtes de fin d'année ayant choisi ATN pour voyager croisent les doigts.


Les modifications de vols prévues chez ATN

Le vol TN102 du mardi 15 décembre Auckland - Papeete initialement prévu pour un départ à 16h00 est modifié comme suit :
--> Départ Auckland à 08h05 le mercredi 16 décembre arrivée Papeete le mardi 15 décembre à 14h10, sous le numéro de vol TN182.
Le vol TN102 du lundi 14 décembre Papeete - Los Angeles initialement prévu à 23h55 est modifié comme suit :
--> Départ Papeete à 04h50 du matin le mardi 15 décembre arrivée à Los Angeles le mardi 15 décembre à 15h00.

Pour toute information, consulter le site Internet www.airtahitinui.com/pf-fr ou contacter l'aéroport de Tahiti Faa'a au 40 86 60 61.

Air France : un premier contact entre syndicat et direction

Les syndicats USAF et UNSA d'Air France Papeete ont déposé, la semaine dernière, un préavis de grève dont le démarrage est fixé à ce mercredi 16 décembre. "Depuis plus de deux ans, toutes les instances - Comité d’Hygiène Sécurité et Condition de Travail (CHSCT), Comité d’Entreprise (CE), Délégué du Personnel (DP) et Syndicales ont alerté la hiérarchie Air France Papeete sur les méthodes managériales par la terreur, se traduisant par des pressions, des inégalités, de la violence au travail avec abus de sanctions disciplinaires ainsi que des licenciements ", indiquait le communiqué envoyé aux rédactions.

Ce lundi après-midi une première rencontre entre syndicats et direction a eu lieu. "Nous avons pu poser nos revendications qui ont été entendues et notées mais il n'y a eu aucune réaction spontanée" détaille le représentant syndical UNSA. Une nouvelle rencontre est prévue ce mardi.

Rédigé par Mireille Loubet le Lundi 14 Décembre 2015 à 18:06 | Lu 9106 fois