Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Agression de Yuriy: l'indignation après un déchaînement de violence toujours inexpliqué



Paris, France | AFP | lundi 25/01/2021 - Les images de l'agression de Yuriy, un collégien hospitalisé dans un état grave après avoir été passé à tabac à Paris par une bande de jeunes, ont continué lundi à susciter l'indignation, alors que l'enquête s'efforce d'éclaircir les motivations de ce déchaînement de violence.

L'enquête ouverte pour "tentative d'homicide volontaire en réunion" examine, entre autres, la piste d'une agression par une bande de jeunes de cités de l'ouest parisien et tente d'établir l'origine de la rixe ainsi que le rapport entre les différents protagonistes, selon une source proche de dossier.

L'adolescent de 15 ans a été frappé dans la soirée du 15 janvier alors qu'il se trouvait avec des amis sur la dalle de Beaugrenelle, le toit aménagé d'un centre commercial, face à la Seine, dans le XVe arrondissement.

La diffusion vendredi soir d'une vingtaine de secondes d'images de l'agression sur les réseaux sociaux a suscité un vif émoi.

"On ne peut pas tolérer qu'un garçon de 15 ans soit tabassé et lynché en plein Paris", a réagi sur LCI la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa.

"Comme partout, il y a ce phénomène de bandes qui se constituent, mais ce qui est nouveau ce sont leurs actes de plus en plus violents", a déploré de son côté le maire du XVe arrondissement, Philippe Goujeon (LR).

La préfecture de police de Paris a mis en place depuis 2010 une cellule de suivi du plan bandes (CSPB), qui en recense une quinzaine dans la capitale. Ce dispositif s'accompagne depuis 2016 d'un groupe local de traitement de la délinquance, associant police, mairies et services éducatifs sous l'égide du parquet.

Selon les autorités, ces rivalités entre bandes ont coûté la vie à 6 jeunes en 2017 et 2018. Un total de 83 affrontements ont été recensés en 2020 dans la capitale, contre 159 en 2016, impliquant quasi-exclusivement des hommes, mineurs dans les deux tiers des cas.

Le dernier exemple en date remonte à novembre dernier, lorsqu'un jeune de 18 ans est décédé dans le XVIIIe arrondissement lors d'un règlement de comptes entre rivaux des portes de Saint-Ouen et de Clignancourt. Six hommes, dont 2 mineurs, ont depuis été interpellés et mis en examen, notamment pour "meurtre en bande organisée" et "association de malfaiteurs", et écroués.

"Bon élève"

Dans le cas de Yuriy, l'Elysée a annoncé dimanche avoir eu "un échange" avec la mère de l'adolescent, tandis que plusieurs célébrités, dont le footballeur Antoine Griezmann et l'acteur Omar Sy, se sont émues du sort de la victime, toujours hospitalisée dans un état grave.

"Il va un tout petit peu mieux. Se réveille, essaie de s'exprimer", a indiqué sa mère lundi matin sur BFMTV.

Nataliya Kruchenyk avait lancé l'alerte dès le lendemain de l'agression sur les réseaux sociaux et en placardant des affichettes dans le quartier afin de retrouver d'éventuels témoins de l'agression de son fils. 

Sur les images qui ont fait le tour d'internet, une dizaine de jeunes en tenue de sport et blousons à cagoule s'acharnent à coups de pied et de battes ou bâtons sur une personne au sol, avant de l'abandonner.

Une enquête administrative a été confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour déterminer l'origine de la vidéo, publiée depuis un compte anonyme samedi sur Twitter, a-t-on appris de source policière.

Lundi matin devant le collège de Yuriy, un camarade de troisième l'a décrit à l'AFP comme "gentil, sympa" et du genre "dynamique". Le personnel de l'établissement l'a présenté comme un "bon élève", "avec beaucoup d'humour" et sans aucune appartenance connue à une bande de jeunes.

Une cellule d'écoute a été mise en place jeudi dans l'établissement, et une heure de débat consacrée à l'agression organisée lundi matin dans chaque classe. 

"Notre point de vigilance, c'est la violence de ces images", a assuré à l'AFP Grégory Prémom, le directeur académique adjoint, "il ne faut pas oublier que c'est leur camarade qui a été agressé et que ce traumatisme peut être amplifié par les réseaux sociaux qui les surexposent". 

le Lundi 25 Janvier 2021 à 05:32 | Lu 468 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus