Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


« Tahiti, le rêve pour développer l’énergie thermique des mers »



Le projet martiniquais devrait être achevé en 2019
Le projet martiniquais devrait être achevé en 2019
PAPEETE, le 15 juin 2015- Créer de l’énergie à partie de l’océan Pacifique. Une idée qui pourrait se concrétiser en 2016 grâce à une centrale d’énergie thermique marine (ETM) basée à 5 km des côtes de Tahiti. Pour convaincre de l’utilité d’un tel projet, le cluster maritime, présidé par Gérard Siu, a invité Sylvain de Mullenheim, directeur général du groupe DCNS (énergies marines), à rencontrer les acteurs économiques polynésiens du 8 au 12 juin.

Beaucoup de Polynésiens trouvent leur facture d’électricité trop élevée. Pour la diminuer il devient nécessaire de trouver d’autres sources d’énergie, et l’eau du Pacifique apparaît comme une bonne solution. Sylvain de Mullenheim, directeur général du groupe DCNS (énergies marines), est venu présenter son projet de centrale d’énergie thermique marine (ETM) à Tahiti du 8 au 12 juin. Celle-ci permettrait d’exploiter la différence de température de l’eau entre la surface et les profondeurs pour créer de l’énergie. « A la manière d’un frigidaire qui produit du chaud et du froid », explique Sylvain de Mullenheim. Les eaux du Pacifique s’avèrent donc idéales pour ce genre de centrale car en surface elle atteint les 26 degrés contre 4 degrés dans les abysses. « Tahiti serait le rêve pour développer l’énergie thermique des mers », confirme-t-il lors d’une conférence de presse de présentation du projet, le 12 juin.

Investissements privés

Reste à convaincre les investisseurs polynésiens. Et la partie n’est pas gagnée car DCNS, entreprise publique appartenant en majorité à l’Etat Français et à Thalès, n’en est pas à son coup d’essai. En 2010, un projet de centrale ETM avait déjà été lancé avec la société Pacific Otec mais il n’avait jamais vu le jour. « Nous n’avons pas été suffisamment bons collectivement », reconnaît Sylvain de Mullenheim. Pendant cinq ans, les recherches ont continué et une première centrale thermique de 10 Mégawatt sortira de l’eau en 2019 en Martinique. Si le futur projet tahitien voit le jour, le directeur du groupe DCNS « n’est pas inquiet sur le financement de cette centrale » mais ne donne pas le prix. « Nous souhaitons que les financements soient privés », précise-t-il. Pour lui, Tahiti doit être la première île du Pacifique à exploiter de l’énergie marine car son infrastructure demeure plus importante que dans d’autres îles (port profond, aéroport international, capacité d’accueil…).


De gauche à droite : Stanley Ellacott, vice-président du cluster maritime, Gérard Siu, président du cluster maritime et Sylvain Mullenheim, directeur général du groupe DCNS (énergies marines).
De gauche à droite : Stanley Ellacott, vice-président du cluster maritime, Gérard Siu, président du cluster maritime et Sylvain Mullenheim, directeur général du groupe DCNS (énergies marines).
La centrale serait ancrée à plus de 1000 mètres de profondeur et ferait la taille d’un immeuble de 10 mètres. Elle produirait ainsi entre 10 et 20 mégawatts d’énergie pour les Tahitiens. L’objectif serait également de former de la main-d’œuvre locale, capable d’exploiter la machine et ensuite exporter leur savoir-faire.

Pendant sa semaine à Tahiti, Sylvain De Mullenheim a notamment rencontré EDT, acteur majeur pour la réussite de ce projet. D’ici à la fin de l’année, il espère que « l’architecture » de l’ETM soit dessinée pour pouvoir la lancer par « phase » à partir de 2016. Reste à savoir si la centrale d’énergie thermique marine fera réellement baisser la facture d’électricité des Polynésiens.

Trois questions à Gérard Siu, président du Cluster maritime de Polynésie française

Pourquoi les énergies thermiques marines sont des énergies propres ?

Grâce à la centrale d’énergie thermique marine (ETM), on ne rejette rien dans la nature. Elle produit de l’énergie renouvelable basée sur la température de l’eau en surface et en profondeur. La Polynésie compte 99 % d’espace maritime et même pas 1 % de terre, nous avons largement de quoi exploiter cette énergie propre.

Quels sont les atouts concrets d’une telle centrale pour les Polynésiens ?

Les Polynésiens payent la facture de l’énergie. Les tarifs ne cessent de grimper. De plus, le niveau des eaux augmentent chaque année et à un moment donné les habitants de certaines îles vont devoir déménager. Aujourd’hui, nous avons une solution pour une énergie avec zéro impact sur les gaz à effet de serre. Les ETM permettraient également d’avoir une vision plus stable de la production d’énergie dans les années à venir. Pourquoi la Polynésie devrait-elle s’en passer?

La DCNS apporte son savoir-faire en matière d’ETM mais qui financera le projet ?

Cette semaine, nous avons rencontré différents acteurs qui, dans les 6 prochains mois, vont définir de quelle manière le projet se poursuivra. Celui-ci ne peut être que positif !



Rédigé par NDD le Samedi 13 Juin 2015 à 13:40 | Lu 3891 fois






Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

54.Posté par JoeLaFrite le 28/06/2015 16:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@wakrap J'admets m'être trompé sur le coût du kWh en sortie de centrale en Europe, mes souvenirs ne sont plus ce qu'ils étaient... Mais encore une fois, tu compares des choux et des carottes. Le coût européen sur d'énormes unités nucléaires ou charbon n'a rien à voir avec le coût de production sur une île de la taille de Tahiti. Si tu es capable de sortir un kWh à 9F ici, je te trouve les investisseurs sans souci, connivence capitaliste ou pas. Vu que le coût du fioul seul est déjà de 13F/kWh je ne prends pas beaucoup de risque...
Je ne comprends pas non plus ton discours sur la concurrence. Si tu veux que le client puisse choisir de lui-même qui produit son énergie, il faut sortir du système de DSP et créer un marché de la distribution d'électricité. Je ne vois pas du tout comment c'est possible (et souhaitable) techniquement...

53.Posté par wakrap le 27/06/2015 19:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tiens je tombe ce matin sur cet article dans lequel je pioche : 4 centimes soit 5 F le kwh prix de vente de l'électricité en France entre les producteurs. Bref c'est le prix et non les 7 à 10 que j'avais noté et que Joe trouvait trop bas. J'étais donc non trop bas mais au double de la réalité. Cet article est un plaisir à lire sur l'escrologie.
http://www.contrepoints.org/2015/06/28/212148-myrte-sous-le-soleil-le-contribuable

52.Posté par wakrap le 27/06/2015 18:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour Pierre, je se souviens de l'arrivée de leur dernier moteur transporté en 2 jour et qui avait abîmé la route. Tu sais que tes chiffres sont très intéressants mais aussi insuffisants. Ce projet ne vient pas concurrencer la production sur Moorea ou des îles ou hydroélectrique mais celle du moteur de la punaru et il faudrait extraire les données le concernant. Je me contenterais de rappeler un point pour Joe. La concurrence ce n'est pas la présence de plusieurs acteurs sur un marché, mais la liberté d'entrée sur un marché et un marché où le consommateur à le choix sans intervention réglementaire. Bref le contraire ici, et je ne fais que dénoncer ce capitalisme de connivence qui engraisse les initiés au détriment des clients captifs.

51.Posté par Pierre Carabasse le 26/06/2015 17:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour Wakrap et JoeLaFrite. Au 31/12/2013, le montant brut des installations techniques s'élevait à 2.970.881.787 cfp, le total des amortissements était de 2.426.634.782, soit un montant net comptable des inst. techn. = 544.247.005 cfp. La dotation "amortissements" pour ce matériel en 2013 a été de 226.435.000 cfp. Parmi ces matériels, les générateurs sont amortis en 10 ou 25 ans selon le type. Chaque année, il y a des acquisitions (175.411.000 cfp /2013 ) et des diminutions (vente ou réforme, 23.320.00 cfp /2013). Le résultat de l'exercice s'élève à 1.027.701.721 cfp après Impôt/Société de 664.948110 cfp. Á vos calculettes...

50.Posté par JoeLaFrite le 25/06/2015 16:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@wakrap C'est bien, on revient presque à une discussion constructive. Ca n'empêche que je ne suis pas du tout d'accord avec ton explication sur l'amortissement. Un groupe thermique s'use quand il tourne, sinon le maintenir en bon état coûte peu cher. Sinon on paierait aujourd'hui encore plein pot le coût d'amortissement et exploitation de toute la centrale de Vairaatoa, or ce n'est pas du tout le cas. Et puis si tu pars du principe que nous sommes de toute façon condamnés à payer l'existant, ça n'autorise aucun changement nulle part, surtout ne touchons à rien ! Faut arrêter d'avoir peur : si on introduit un concurrent, c'est sûr qu'il y aura un surcoût temporaire lié à la surcapacité de production d'EDT (ou du concurrent). Mais c'est eux qui absorberont la baisse, pas le consommateur.

49.Posté par emere cunning le 18/06/2015 22:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ wakrap,
Forcément, nous serons tous des trolls-hors-sujet tant que tu fermeras le bon oeil.
Haere atu hoi, 'ua mohi mohi roa ta 'oe mori, cé carrément la fin des beans (comme dit l'autre). Taua iti e !
Allez, on te laisse à tes carcasses de centrales nucléaires, en priant le ciel que vous n'irez pas caser vos saloperies de déchets radioactifs chez les plus miséreux.

48.Posté par wakrap le 18/06/2015 14:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Chaque KW produit par le machin maritime coutera 30 F environ et ne fera économiser que le prix du fioul à l'EDT, faudra toujours payer l'exploitation et l'amortissement. Donc cette centrale supplémentaire va couter 30F plus environ 15F de la Punaruu par KWh produit. Avoir deux centrales pour produire le même nombre de KWh est totalement stupide, quand la première est déjà là. La deuxième est un sourcoût car il faut toujours exploiter et amortir la première. En réalité, du point de vue économique, il faut simplement comparer l'apport en cout de la nouvelle(30F le KWh) à l'économie sur l'ancienne (5 F de fioul). Economiquement crétin.

47.Posté par wakrap le 18/06/2015 14:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hola, Joe, ma femme se nourrit de bébés EELV au petit dej, bien grillés, elle les trouve très croustillants, mais elle a de plus en plus de mal à en trouver de ce mouvement rouge dedans et vert dehors. Et oui, 20 F en sortie Punaruu, prix qui inclut l'amortissement de la centrale, le fioul et l'exploitation. Enlève l'exploitation au tarif expat local, le fioul et on retombe sur un prix normal. Si tu rajoutes une production au milieu des petits poissons, tu gardes toujours le prix d'exploitation et l'amortissement de la centrale qui est alors à rajouter au prix du machin maritime. Eh, oui, c'est con la réalité, la comptabilité d'une entreprise. Suite...

46.Posté par wakrap le 18/06/2015 08:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ emere, tu es hors sujet, on ne parle pas de la France mais sache que la France a l'électricité la moins chère d'Europe à la production(hors hydrolique), justement par le nucléaire. Et que les projets de centrales se multiplient de par le monde. Le japon revient après 2 ans au nucléaire, Toshiba est en pointe sur la réalisation de micro centrales nucléaires et en commence la commercialisation, la Chine a des dizaines de centrales en projet et est en pointe sur les prochaines au Thorium. Bref, tu fréquentes trop les escrololgistes après avoir trop fréquenté les escrolitiques. https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9acteur_nucl%C3%A9aire_%C3%A0_sels_fondus http://www.enerzine.com/419/toshiba-invente-le-reacteur-nucleaire-domestique/participatif.html

45.Posté par JoeLaFrite le 18/06/2015 07:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@wakrap 9F/kWh pour du thermique... quelle blague. Même au charbon pour des grosses centrales on a du mal à descendre aussi bas aujourd'hui. Pour info (si jamais qqun d'autre que toi lis ces lignes), le coût de revient sortie de Punaruu sans subvention aujourd'hui est de 20F/kWh (avec un litre de fioul importé à 50F) et il était de 27F/kWh en 2011 (80F/litre fioul). Evidemment c'est cher (because marge indue EDT), mais quand même on est très très loin des 9F. Donc oui je maintiens, tu ne sais pas de quoi tu parles ou alors tu es malhonnête. Mais bon tu feras semblant de ne pas me croire vu que je suis un "escrologiste" (ta femme s'est barrée avec un adhérent d'europe écologie ou quoi ?).

44.Posté par Stéphane le 18/06/2015 07:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Rhoo. Wakrap. S'il te plait. Encore une fois ta posture idéologique l'emporte sur tes facultés. Tu tiens tellement à démontrer que toutes celles et ceux qui portent ces dossiers sont des escrocs que tu t'égares tout seul. Oui, le coût de l'énergie — sur l'hexagone — et à minima moitié moindre que le nôtre. Même sur le thermique seulement. Et même avec un pétrole bas. C'est bien pour cela, notamment, que l'implantation de ces technologies n'est pas aussi débile que tu le prétends en Polynésie. Restons calme. On à 6 mois pour examiner tout cela. Posément. Et voir si le projet peut être viable, ou pas.

43.Posté par emere cunning le 17/06/2015 23:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ wakrap (suite),
Et forcément, elle a TOTALEMENT négligé tout le reste, ETM, solaire, and so on. Et ô surprise, elle y revient ! But for sure, ce ne sont certainement pas les clopinettes investies jusqu'ici et en Martinique qui prouvent quoi que ce soit.

42.Posté par emere cunning le 17/06/2015 23:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ wakrap,
C’est ça, passe, mais fais gaffe à pas trépasser de honte. T’as décidément le chic de pondre des trolls de ci de là. Sure, it’s the best way to cut out with other’s opinion hoping it will give yours some credit. Hey man, it's far time for you to realize… YOU are the troll.
Il n’empêche que, quand tu auras répondu à ces questions, tu réaliseras que la France, dans ce domaine et tout bien additionné, a foncé tête baissée et tout misé dans sa course au nucléaire qui lui pose aujourd’hui de sérieux problèmes. Comme un retour de bâton, je dirais même. La voilà ta pompe à « phynance ». What’s that writing, by the way, a special one given it’s DELIRIOUS EXPENSES ?

41.Posté par wakrap le 17/06/2015 17:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@joe.Merci de me permettre de montrer simplement que tu mens effrontément comme tout bon escrologiste. Je ne contredis pas ton chiffre de 22F/KwH pour le seul investissement qui passera à un bon 30 avec l'exploitation, les salaires des escrologistes qu'il faudra rémunérer, ceci si tout va bien. C'est simplement le triple d'une centrale thermique(dans les 9F /KWh en France(thermique, pas nucléaire). https://www.lenergieenquestions.fr/les-couts-de-production-des-differentes-sources-denergie-en-france-infographie/ les chiffres sont ceux de la cours de comptes. Voili voila. Mais comme tu dis, je n'y connais rien, je me contente d'observer la réalité des chiffres. C'est con la réalité, surtout quand on est escrologiste.

40.Posté par JoeLaFrite le 17/06/2015 14:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@wakrap : sérieux, t'en as pas marre de parler de trucs que tu connais pas ? A chaque fois que tu fais des commentaires sur des sujets liés à l'énergie, c'est une catastrophe de désinformation. Alors reprenons pour voir où ton calcul est foireux :
- tu compares l'investissement photovoltaïque avec l'ETM, mais ça n'a rien à voir en termes de disponibilité et de qualité de l'électricité délivrée. Le PV produit à puissance nominale 1300 heures par an à Tahiti, alors que l'ETM est conçu pour tourner en continu soit minimum 8000 heures par an (ça laisse 3 jours entiers par mois pour la maintenance, je compte large). Donc si on fait le calcul, 35 milliards divisés par 20 MW (et pas mw ou Mw) pendant 8000 heures par an pendant 10 ans ça donne 22 F/kWh. En fait ça sera certainement plus cher (cause coût de maintenance, pertes en ligne, taux d'emprunt etc.) mais on reste dans les ordres de grandeur du thermique. Et c'est beaucoup mieux que du solaire puisqu'on a une production quasi-constante et pas intermittente.
- évidemment que les panneaux PV sont rentables aujourd'hui pour les particuliers, même sans défisc. On n'est plus dans les années 90. D'ailleurs petit rappel : le fioul de Punar...

39.Posté par Stéphane le 17/06/2015 08:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Effectivement Wakrap "rien à discuter" pour le moment puisque le coût final peut aussi bien être de 15 que de 35 Mds pour une centrale à Tahiti, et que pour le moment il n'est pas prévu un franc d'argent public pour ce projet. :-) C'est tout l'enjeu des débats à mener pendant les 6 prochains mois avant de savoir si le projet est viable et mérite d'être porté, ou pas.

38.Posté par wakrap le 17/06/2015 01:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Pierre. Pour le solaire, on est en bout de course car les panneaux ne valent presque plus rien venant de Chine. Le plus gros du prix est maintenant dans l'installation, l'onduleur qui lache à 10 ans, l'entretien la vétusté et c'est incompressible.
Donc Stephane, ta centrale de 2 eme génération c'est 35 Milliards pour 20 Mw. On en revient toujours au même point. Non rentable, qu'ils jouent avec leur argent, pas le notre. Rien à discuter. Si ils veulent vendre à perte leur production, qu'il le fassent, avec leur argent.

37.Posté par Pierre Carabasse le 16/06/2015 16:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bien vu Wakrap et Teva. Mais je ne suis pas opposé à la proposition de Stéphane ; des essais scientifiques en Polynésie, pourquoi pas ? nous en avons l'habitude, les précédents nous ont pas couté un rond et la grande majorité n'entre nous en ont profité (certains même beaucoup)... pourvu que le financement soit DCNS (ou état) et, surtout, que cette énergie ne soit pas nucléaire. Faire appel à des investisseurs privés me parait douteux , ils chercheront obligatoirement à rentabiliser sur le dos des collectivités (contribuables) et des consommateurs. Je confirme Wakrap :il y a quelques temps j'avais calculé le prix du kw si je mettais du solaire pour ma maison : c'était le double du prix EDT. Mais les prix se sont peut-être améliorés depuis.

36.Posté par Stéphane le 16/06/2015 15:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@TevaTamahine Aujourd'hui les projets sérieux sur la ceinture tropicale, dans le monde entier, auprès des deux fournisseurs industriels leader (US et FR), atteignent déjà quasiment le GWe. Tahiti se positionne en effet pour accueillir la centrale de 2nde génération, juste après la Martinique. Pour une puissance double, avec un bien meilleur gradient thermique et des avantages comparatifs d'approvisionnement (en pétrole ou gaz) sans équivoque. @Wakrap, c'est bien ça. Nos seules alternatives actuelles — hors EMR, solaire ou éolien — c'est gaz, fuel ou hydrolique. Les discussions sont en cours pour parvenir à un coût de production du Kw/h comparable (avec amortissement dans la durée, sans achat de matière première), pour une énergie stable et dispo 24/24.

35.Posté par wakrap le 16/06/2015 15:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ teva, c'est exactement ce que tu décris en 34. Je crois simplement indispensable de compléter cette description par des éléments de réalité tournant dans le monde escrologiste. Les scandales financiers autour des éloliennes commencent à faire la une des journaux même en France. L'Allemagne s'est tiré une balle dans le pied avec ses projets éoliens et solaires, il n'y a plus eu aucun euro d'investissement dans l'indistrie lourde chimique et de transformation, grande consommatrice d'énergie depuis deux ans chez eux en raison de la flambée du prix de leur énergie escrologiste. Ici, nous avons 30% de chômeurs et pas un franc à jeter dans ces projets non rentables; mais si tout est pris en charge par d'autres, qu'il s'amusent avec leur argent et leurs chômeurs.

34.Posté par TevaTamahine le 16/06/2015 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

(suite) Cela ressemble plus à un ballon d'essai de la part de la DCNS qui souhaite approfondir ses recherches à l'aide de financements extérieures avec l'appui de la puissance publique pour diverses exonérations douanières et fiscales y compris en associant la collectivité au projet comme en Martinique et au final le contribuable ne sera pas épargné. Il serait plus sage d'attendre les résultats de la centrale martiniquaise "Nemo" qui devrait être opérationnelle 4 ans après le démarrage des travaux, lesquels sauf erreur n'ont pas encore débuté. A suivre.

33.Posté par TevaTamahine le 16/06/2015 14:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ stephane et @wakrap, je suis en partie d'accord avec vos analyses à chacun, sauf que le point de vue de @wakrap semble plus logique. En effet si la faisabilité, la fiabilité et la rentabilité d'un tel projet étaient avérées je pense que les investisseurs ne manqueraient pas de se manifester. Le premier réflexe d'un investisseur est de s'assurer du retour sur investissement et là il y a encore à l'évidence une grande inconnue, alors le doute demeure.

32.Posté par wakrap le 16/06/2015 10:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ stephane, je relis mon dernier messge et je ne vois pas le moindre emportement. Pour répondre à ton message 30, tu affirmes la rupture technologique est là. Soit. Mais l'article et la comm de ces escrologistes donnent comme élément 35 milliards d'investissement pour 20 Mw de production. C'est non rentable et hors de prix. Il n'y a pas de rupture techno rendant ce machin rentable. Si tu as d'autres infos, apporte les.

31.Posté par wakrap le 16/06/2015 10:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ stéphane: la rupture technologique est prête? Ah, bien , première nouvelle: liens, références s'il te plait. Pace que là, aujourd'hui je ne vois rien susceptible de produire de l'électricité à un prix inférieur au prix actuel en faisant un bilan avec amortissement de l'investissement et sa durée de vie.
A ce jour, pour parler du passé jusqu'à hier, il n'existe aucune réalisation dans le monde qui produise de l'électricité moins chère que les centrales diverses et variées actuelle qu'elles soient nucléaires, charbon, gaz ou fioul ou hydroliques.
Donc, nous attendons des éléments. Ne te prive pas.

30.Posté par Stéphane le 16/06/2015 09:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Désolé, mais tu t'emportes et méconnais complètement le sujet. Tu es uniquement dans un positionnement idéologique sans rien connaitre ni de Nemo (la centrale Martinique en cours) ni des projets de réalisation pour Tahiti — et pour cause, les contours doivent encore être précisé par les acteurs qui voudront le porter. La rupture technologique est prête. L'application industrielle doit commencer.

1 2 3
Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance