Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Maltraitance : Le calvaire d'une jeune handicapée devant le tribunal



PAPEETE, le 24 août 2016 - H est une jeune fille handicapée qui, pendant plusieurs mois, a vécu un calvaire. Dénutrie, battue, délaissée, son cauchemar s'est achevé le 26 juillet 2012 lorsque les gendarmes de la brigade de Faa'a l'ont retrouvée. Le procès de ses bourreaux s'ouvre jeudi.

Jeudi matin, le tribunal correctionnel de Papeete doit juger une affaire de maltraitance qui fait froid dans le dos. Le 26 juillet 2012, les gendarmes de Faa'a trouvent une jeune femme hagarde qui erre sur le bord de la route. Elle est dans un état "d'extrême délabrement physique". Aussitôt, militaires et pompiers, accompagnent la jeune femme, alors âgée de 21 ans, au Centre hospitalier du Taaone. Accueillie en urgence elle est immédiatement hospitalisée. La jeune femme mesure alors 1m65 et ne pèse que 33 kilos. Elle présente, par ailleurs, de grosses plaies aux jambes qui semblent infectées.

Le cas de la jeune fille, que nous appellerons H., est aussitôt signalé aux services sociaux qui après l'avoir entendue transmettent un signalement au Parquet.

L'enquête ouverte par le parquet révèle que la jeune femme aurait vécu des mois de sévices et de mauvais traitements quotidiens.

La victime portait des cicatrices dans le dos, des plaies au niveau des jambes et un état de maigreur important.

Les parents sont soupçonnés de lui avoir fait subir des violences quotidiennes. Sa mère est poursuivie par le parquet pour des faits de violences habituelles sur une personne vulnérable suivie de mutilation ou d'une infirmité permanente et délaissement d'une personne hors d'état de se protéger ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente et non-assistance à personne en péril. Le beau-père est quant à lui poursuivi pour non-assistance à personne en péril.

Entendue par les services sociaux, les gendarmes et le juge d'instruction, H. raconte les violences qu'elle a subies. Elle déclare qu'elle se faisait battre et qu'on ne lui donnait que rarement à manger. Elle indique aussi avoir été mordue par les chiens et frappée régulièrement à coup de balai niau, de ceinture et avec le manche d'un râteau. Elle dit enfin avoir reçu des coups de poing sur le visage et avoir été obligée de dormir dehors avec les chiens.

Le rapport du médecin légiste fait état "d'une maigreur importante montrant des signes de sous-nutrition depuis plusieurs mois, des blessures d'origine traumatiques anciennes ainsi que la perte de vision de l'œil droit qui pourrait également être d'origine traumatique". Le médecin retient dans son rapport : "des coups instrumentés multiples sur le dos et possiblement sur les membres inférieurs; une dénutrition extrêmement profonde aboutissant à un état cachectique historique avec avitaminose (scorbut); des défauts de soins prolongés à trois blessures invétérées de faces antérieures des deux jambes; des lésions traumatiques faciales avec lésions du nez". Selon le rapport médical, ces lésions étaient de haute gravité "avec engagement du pronostic vital." Il précise par ailleurs que "c'est la privation de nourriture et non une autre cause médicale qui était à l'origine de l'amaigrissement et l'état cachectique et carentiel".

Par ailleurs, la victime avait indiqué avoir perdu la vue des suites de coups portés au visage : "c'est comme ça que j'ai perdu mon œil droit, depuis les coups de j'ai reçus. Je vois un peu de mon œil gauche." De son côté, le médecin indique dans son rapport que " la perte complète de l'œil droit, et les lésions de l'œil gauche pouvaient être d'origine traumatique", c’est-à-dire due à des coups.

Le dossier médical de la victime pointe qu'elle est victime de maltraitance infantile depuis son plus jeune âge. En 1992, alors qu’elle n’avait qu’un an, un médecin avait déjà constaté plusieurs signes de maltraitance. L'enfant avait fini par être placée dans une famille d'accueil à Raiatea en 1994.

La mère réussit à obtenir de nouveau la garde de la victime en 2007 après avoir prouvé qu'elle avait refait sa vie. De 2007 à février 2011, elle fait régulièrement suivre sa fille par divers médecins et psychiatre. En 2011 la mère obtient le placement sous tutelle de la victime. Elle est désignée tutrice. La mère de la famille d'accueil tente de revoir la victime à plusieurs reprises, à chaque fois les parents prétextent l'absence de la jeune fille.

Dans ses déclarations, la maman va réfuter tout mauvais traitement avant d'admettre l'avoir en effet frappée. Elle nie en revanche avoir affamé sa fille indiquant lors de l'enquête qu'elle "lui donnait normalement à manger, mais qu'il lui arrivait de la punir en ne lui donnant rien le soir deux fois par semaine." La mère justifie les punitions du fait du comportement de la jeune femme, qui selon ses déclarations tentait de séduire son mari et faisait ses besoins dans la maison. L'enquête de voisinage révélera que la victime allait régulièrement demander à manger aux voisins.

De son côté, le beau-père aurait déclaré ne pas s'être rendu compte que l'état de santé de la victime se dégradait parce qu'il la voyait tous les jours.

Quand elle a appris l'hospitalisation de la jeune femme, la responsable de son ancienne famille d'accueil s'est immédiatement rendue au chevet de la victime. Elle est aujourd'hui la tutrice de cette jeune handicapée.

Le tribunal correctionnel décide jeudi du sort des parents de la victime. Ce délibéré aura un impact considérable sur la vie de H et de son entourage.

Rédigé par Marie Caroline Carrère le Mercredi 24 Août 2016 à 16:54 | Lu 7592 fois







1.Posté par zozo le 24/08/2016 17:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

encore une conséquence des essais nucléaires ?. L'ONU va nous aider c'est sur ! Et les voisins dans tout ça ? personne n'avait rien remarqué ? En fait au delà de sa cour personne ne voit rien. Comment leur reprocher quand les hommes d'église eux même préfère les feux de la rampe et la politique aux misères de ceux qu'il cotoit tous les jours . Enfants, vieillard ,femmes maltraité , battus, abandonnés à la rue , habitat insalubre, il est beau le paradis. Le paradis des nantis ,hommes de pouvoir et d'église voilà en fait le paradis polynésiens . 54 millions pour le départ des fonctionnaires de ILM qui iront direct prendre des postes dans le privé mais toujours pas de structure d'accueil digne de ce nom pour les exclus !

2.Posté par Vl le 24/08/2016 20:01 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu''est ce que ça vient foutre ton nucléaire l''ONU homme d''église dans une affaire de maltraitance vielle comme le monde

Tellement mieux de pointer du doigt QUE DAGIR REELEMENT
malheureux est bien maigre pour vous définir cher zozo

3.Posté par tea_rii le 24/08/2016 20:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

quelle horreur ce genre de tahitien ! la honte du fenua !! l'horreur de ce paradis !!

4.Posté par puipui le 25/08/2016 07:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ zozo +1

5.Posté par Tiama au le 25/08/2016 08:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La torture sur nos enfants est une tradition ancestrale Maohi, il sera inscrit dans la constitution de Maohi Land.

6.Posté par Miri Rapa le 25/08/2016 08:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est bizarre tout de même que les services en charge de ce dossier aient été, et le sont toujours, d'un silence assourdissant . Comme les voisins qui n'ont pas porté assistance à une personne en danger. Il est vrai que lors d' un signalement à la police ou à la gendarmerie , nous faisons *office* de premier suspect. R.Ch

7.Posté par Dora le 25/08/2016 08:43 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J''espere que ces deux malades mentaux seront jugés à perpetuité ils méritent de pourrir en prison.on aurait du interné la mère et elle n''aurait jamais du obtenir la garde sous pretexte qu''elle a refait sa vie du grand n''importe quoi le juge de 2007

8.Posté par ms le 25/08/2016 08:57 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comment ils peuvent fair sa? C horrible de fair sa la pauvre! :( djo jespere qu''ils iront en toll bande de cons va surtt la maman t horrible c ta fille merde fallait pas la reprendre si c pr la fair vivre sa.

9.Posté par mathius le 25/08/2016 11:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore une fois les services sociaux démontrent leurs foutisme , et bien-sûr le gouvernement ferme les yeux car il vaut mieux payér des conseillés à s'occuper à détourner l'argent publique que d'embaucher des assistantes sociales.
Oscar va dénoncer à l'ONU l' irresponsabilité de nos maires.

10.Posté par paku le 25/08/2016 11:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

arette de zozoter zizite
étonnant maltraitance est dans larousse robert et cie

11.Posté par Cool Ruler le 25/08/2016 12:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Question : la "mère" de la victime touchait elle des subventions consécutives au handicap de sa fille et si oui, combien ? Ça "expliquerait" une partie des choses ...

12.Posté par CITRUS le 25/08/2016 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BONJOUR

bien vue poste un ,BRAVO ,.........

13.Posté par Lydie le 25/08/2016 14:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cet acte de cruauté est à condamner absolument.On est en droit de se poser les questions suivantes ;
" Les travailleurs sociaux sont - ils suffisamment nombreux pour mener à bien leurs actions ?"
"Qu'en est-il des crédits qui leurs sont octroyés ? - " Quelles sont leurs conditions de travail ?"
Il y a tant à faire socialement, mais c'est un domaine dans lequel le Pays ne veut pas trop s'investir . Il a d'autres chats à fouetter....comme les prochaines élections.

14.Posté par emere cunning le 25/08/2016 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Elle souffre de maltraitance depuis l'enfance, et personne n'a rien vu, rien fait. Les services sociaux ne l'ont pas suivie alors qu'elle a fait l'objet d'un placement en famille d'accueil !!! Incroyable quand même.

@ zozo, Tiama au
Tu n'es qu'un hutu painu zozo, tu ne sais pas de quoi tu parles. Les églises, les frères de Ploërmel et soeurs de AM Javouhey, les clarisses... ont tant fait pour les polynésiens que nous leur serons reconnaissants à vie.
Tous les deux, vous n'êtes pas mieux que ces parents indignes. Il n'y a pire tare que la haine qui transpire de chacun de vos pores. A se demander ce que vous faites encore ici. Vivement que vous décampiez, trop écoeurés de vos langues de vipère.

15.Posté par CITRUS le 25/08/2016 17:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

REMOI

tu a raison poste14 , ''on'' doit tant a tous ses curés qui sont venue nous sortir
de notre torpeur , avant eux ,..... nous étions des êtres primitifs anthropophage , adorant des dieux
en bois ....il est vrais que le christ sur la croix est bien plus rel que nos tiki;Et heureusement ''ils'' nous on bien aidaient
a .........gérer nos terres
je sait ,c'est ,...... HORS SUJET ,mais comme c'est toi qui en parle ,.......

16.Posté par zozo le 26/08/2016 11:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Mt jacqueline EMERE anti France TAVINI -TAHOERAA
et si c'était toi qui quittait le pays avec tes religieux colonisateurs avide de médiatisation ? Tu pourrais même emmener O T la polynésie ne s'en porterais que mieux LOL bien le bonjour à ton copain TUTUA.
C'est celui qui dit que les autres devraient partir qui doit s'en aller . Tu craches dans la soupe et tu tiens des propos de plus en plus raciste. Elle est où la fifille pro etat reçu à l'élysée et chez les présidents ,elle est où ???

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 17 Novembre 2017 - 13:23 64 élèves de Ruatama au Conservatoire

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance