TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Une ex-porteuse de prothèses PIP témoigne de son explantation




Le chirurgien a opéré sur la même cicatrice, presque invisible après une semaine.
Le chirurgien a opéré sur la même cicatrice, presque invisible après une semaine.
"Je n'ai même pas discuté du prix". Pour L., c'était une urgence. Cette mère de trois enfants, âgée de 34 ans, n'avait qu'une hâte : se faire retirer le plus rapidement possible ses prothèses PIP posées en 2005 à Tahiti. L. a été opérée la semaine dernière par le même chirurgien, et accepte de nous montrer ses cicatrices sous les aisselles: elles sont déjà presque invisibles. "Contrairement à ce que j'ai pu entendre dire, on peut se faire opérer par la voie axillaire la seconde fois aussi, si la prothèse n'est pas rompue" témoigne-t-elle. Cette nouvelle a été un grand soulagement pour la jeune femme, qui redoutait cette seconde opération au point d'en pleurer au bloc, avant l'anesthésie.

Inquiète, c'est avec son mari qu'elle s'était rendue peu avant à son rendez-vous chez le chirurgien esthétique. Entrepreneur, il tenait à assister à l'entretien. "Sur le coup, j'étais très remonté car quand j'ai un problème avec un client, c'est à moi d'assumer, et ensuite de me retourner vers mon fournisseur" explique-t-il.

Face à eux, selon leurs propres mots, un praticien qui n'est "pas insensible à la situation" et qui leur rappelle les responsabilités de chacun. "Maintenant, on se met à sa place, ces prothèses avaient été certifiées conformes par l'Afssaps" expliquent aujourd'hui L. et son mari, qui n'en veulent plus au chirurgien.

La jeune femme encourage toutes les porteuses de prothèses PIP à se faire opérer rapidement.

"Je témoigne aujourd'hui pour dire à toutes les femmes concernées et qui ont la chance d'avoir les moyens de ne pas attendre, car on ne sait pas du tout si la CPS prendra en charge le retrait, ni quand. Pendant ce temps, on risque des ruptures, des fissures, avec des conséquences qu'on ignore sur la santé. Je ne pouvais pas vivre avec ce risque" explique L., à qui il en a coûté 400 000 F. Car le chirurgien a renoncé à une partie de ses honoraires. Une partie seulement.

L. a opté pour les prothèses en hydrogel. "Elles ne sont pas plus chères et le résultat est beaucoup plus naturel", explique-t-elle. Mais pour elle, l'essentiel est ailleurs : "si jamais elles se rompaient, je le saurais immédiatement car le chirurgien m'a expliqué que les seins gonfleraient. Et ça, c'est rassurant". Avec une prothèse en silicone en revanche, la rupture est n'est pas forcément visible à l'oeil nu. C'est pourquoi le seul moyen pour les porteuses de prothèses PIP d'être fixées sur leur état est de réaliser une échographie tous les six mois.

Et la chirurgie esthétique, qu'en pense L. aujourd'hui, suite à cette expérience douloureuse? "Il n'y a pas de risque zéro. Cela fait réfléchir" avoue la jeune femme.

Constitution d'une association de porteuses de prothèses PIP

Les porteuses de prothèses PIP sont attendues mercredi à 17H30 à la CCISM pour participer à la constitution de l'association qui leur permettra de faire valoir leurs droits et d'engager d'éventuelles poursuites.

Projet d'ordre du jour :

1- Constitution du statut de l'association : les différents membres du bureau et leur rôle
2-Election du bureau avec vote
3-Définition des objectifs à atteindre, surtout dans la participation au comité de suivi
4-Donner un nom à cette association et définir le prix de la cotisation
5-Distribution d'autres rôles importants dans l'association
6-Questions diverses

Rédigé par F K le Lundi 9 Janvier 2012 à 14:17 | Lu 6383 fois



Notez


Commentaires

1.Posté par cotisant de la CPS le 09/01/2012 15:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voila au moins une qui assume !!! félicitation. Que toutes celles qui ont fait çà par pur choix esthétique assument aussi. Pour les 100 qui ont subit cette opération suite à des problèmes de santé, il est normal et urgent que la CPS agisse au plus vite.

2.Posté par hans le 09/01/2012 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Votre commentaire a été modéré, merci de votre compréhension. La rédaction

3.Posté par azerty le 09/01/2012 17:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On ne voit pas tres bien la photo avec les ptits carrés !

4.Posté par Amata le 09/01/2012 22:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui, elle assume grave, un grand nombre de femmes malheureusement n'ont plus ou pas les moyens de se les faire retirer et en remettre de nouvelles. Même si à l'époque ou ça a été fait, elles avaient les sous ou les prothèses ont été offertes par une personne quelconque! Celles qui ont les moyens ne devraient plus attendre, celles qui ne l'ont pas, quel inquiétude! Courage à toutes ces femmes, c'est pas évident de savoir qu'on a des bombes dans le corps.

5.Posté par VATEA le 10/01/2012 07:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout fou le camp .. notre dernière richesse s'en va !! Et moi qui voulait devenir riche pour avoir une femme avec des grosses PIP !! sniffffffffff

6.Posté par nicolas le 10/01/2012 07:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

déja ça été dur pour certaine femme de payer ces protheses, donc les retirer il faut payer encore, une chance pour celles qui ont les moyens financier, ah je connais certains chirurgiens qui vont augmenter leur chiffre d'affaire en 2012, comme on dit LA SANTE NE CONNAIT PAS LA CRISE !!

7.Posté par uncle sam le 10/01/2012 08:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Amata
"Même si à l'époque ou ça a été fait,elles avaient les sous ou les prothèses ont été offertes par une personne quelconque!"

On se demande qui sont ces grands patrons prêt a offrir des titis plastic sur le fenua hahaha !!!
Et ben ca vole pas haut non plus chez elles ... ces maitresses bimbos qui se retrouvent sans sous pour entretenir leur poitrine en plastic !

8.Posté par sandra le 10/01/2012 12:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme le dit le mari de la patiente, c'est au coupable de payer et pas aux victimes!
l'État et le pays devraient s'en mêler en obligeant la firme malhonnête à payer le retrait de ces implants dangereux.
Quant aux chirurgiens ils doivent se frotter les mains. Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Ils pourraient eux aussi faire un geste notable pour aider toutes ces patientes en danger.

9.Posté par Gabs le 10/01/2012 21:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@sandra : tu te rends compte de ce que tu écris par rapport aux chirurgiens ? C'est comme leur retirer leur caviar de leur bouche ! Et après, ils vont faire la grève parce qu'ils ne pourront plus subvenir à leur besoin tellement ils seront "sous-payés" !

10.Posté par Hinamoana DOOM le 23/01/2012 20:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

écoeurant pour toutes celles qui ont économisé sou par sou des années parfois pour se payer ce petit plaisir personnel (oui cela existe ! arrêtez de raconter n'importe quoi sur les porteuses de prothèses ! comme si c'était toutes des bimbos , des nanas en mal de reconnaissance, si vous êtes jaloux, jalouse tant pis pour vous c'est votre problème, il y a de nombreuses femmes qui ont voulu se faire ce plaisir car justement par ailleurs elles économisent toute l'année sur de multiples autres soins en beauté (coiffeur, esthéticienne etc..) et elles ont bien le droit de se payer une jolie poitrine, car ici en plus avec la chaleur, nous les femmes nous portons souvent des petits hauts, des robes avec des décoltés et évidemment aussi nos maillots de bains, donc nous sommes souvent amenées à porter des vêtements légers où justement le fait d"avoir une jolie poitrine est plus important que dans d'autres contrées moins chaudes..alors je ne vois pas pourquoi ce plaisir serai un luxe inacessible surtout que souvent ce sont les vahinés elles même qui économisent sur leur propre salaire une telle intervention, est-ce que nous râlons quand les mecs s'achètent la dernière moto, le dernier scoot...

Signaler un abus


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 29 Juillet 2013 - 19:00 L'OPT rêve de sa Banque Postale

Sports | SportLive | Parau Ha'uti | OPEN | La video de la semaine | En exclu sur TAHITI INFOS | Faire-parts | Décès | Mieux comprendre | La tribune politique | Expression libre | CCISM | Le savez-vous? | SERVICES | Archives | TIFO, la monarquenovela | programme TV | Evènement | Observatoire des Prix | Tiki