Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Travaux publics à Makemo : une gabegie à 16 millions de Fcfp



"Les aménagements réalisés sont aux antipodes des objectifs poursuivis. M. Maroto est décédé, il manque à ce dossier, c'est lui qui a tiré les marrons du feu", a fait remarquer le parquet à l'audience.
"Les aménagements réalisés sont aux antipodes des objectifs poursuivis. M. Maroto est décédé, il manque à ce dossier, c'est lui qui a tiré les marrons du feu", a fait remarquer le parquet à l'audience.
PAPEETE, le 29 septembre 2015 - Des peines de 3 à 8 mois de prison avec sursis et 1 à 5 millions d'amende ont été requises, ce mardi par le tribunal correctionnel, contre quatre anciens fonctionnaires de la subdivision des Tuamotu-Gambier. Détachés au service de l'Equipement à l'époque des faits qui leur sont reprochés, entre 2009 et 2010 à Makemo, ils avaient été renvoyés en justice des chefs de détournement de fonds publics pour avoir largement dévié de la feuille de route des travaux qu'ils devaient réaliser au profit d'aménagements dictés par un adjoint au maire.

Responsables chacun à leur niveau de la mise en œuvre et de la réalisation de deux projets d'aménagement votés par l'assemblée -la réfection du réseau routier et notamment la portion desservant l'aéroport d'une part, et la construction d'un mur de protection à Marutea Nord d'autre part- l'équipe avait "perdu" ses objectifs en route, au profit de constructions dictées par le premier adjoint au maire de l'époque, Marere Mairoto, décédé depuis.

"On s'est rendu compte que la route de l'aéroport était déjà bitumée" raconte l'un d'eux, qui se défend comme les autres de toute mauvaise intention. "Du coup on nous a dit de bitumer d'autres portions de routes, ce que nous avons fait". "J'avais confiance dans le tavana, il connaissait son atoll", explique pour sa part la responsable des opérations. Affectée au service des routes à la direction de l'Equipement, et censée veiller au respect du cahier des charges, elle s'est rangée aux observations de l'adjoint au maire sans vérifier le caractère privé des routes ainsi refaites et qui desservaient en réalité la propriété de l'élu.

Pareil pour le mur de protection de Marutea Nord, qui n'aura finalement de mur que le nom puisque c'est un débarcadère qui verra en réalité le jour, ouvrage que Marere Mairoto n'avait pas manqué de s'approprier là-encore.

La Polynésie française, partie civile dans cette affaire, a estimé le montant de ces détournements de fonds publics à 16 millions de Fcfp, tout en reconnaissant que les fonctionnaires incriminés avaient sûrement "subi la pression d'un adjoint au maire qui gouvernait son île avec une certaine poigne".

"Les élus des îles ont l'habitude de court-circuiter la hiérarchie"

"C'est fréquent à la subdivision, de réaliser des travaux qui ne sont pas initialement ceux qui ont été prévus ? Qu'on ferme les yeux ?", interroge, faussement naïve, la présidente du tribunal Denise Lacroix. On lui jure que non. "J'ai du mal à vous croire".
D'autant plus que d'autres éléments du dossier sont là pour planter le décor. Les matériaux de construction et outils en rabe après l'achèvement des travaux, bien que propriété du territoire, ont en effet fini dans l'escarcelle du tavana "pour faire ériger des fare pour abriter ses fils" note le parquet. "Les aménagements réalisés sont aux antipodes des objectifs poursuivis. M. Maroto est décédé, il manque à ce dossier, c'est lui qui a tiré les marrons du feu".

Un édile dont il a en effet été beaucoup question hier, tant les protagonistes de ce dossier ont semblé agir entre confiance et soumission à son autorité. "Les élus des îles ont l'habitude de court-circuiter la hiérarchie à l'Equipement" relève l'avocat d'un des deux chefs de chantier, qu'il considère comme un simple exécutant dans cette affaire. "On lui dit de faire un débarcadère, il fait un débarcadère. On ne peut pas lui reprocher de ne pas avoir lu les autorisations de programme". Pareil pour le second, "qui n'avait pas les moyens de savoir quelle portion de route était publique ou privée".

La fonctionnaire qui devait le savoir, elle, chargée de superviser les travaux, a admis une certaine négligence mais s'est défendue en précisant qu'elle ne passait pas son temps sur tous les chantiers, et qu'elle avait été mise devant le fait accompli. "Le maire impose souvent sa vision des choses au personnel détaché, spécialement dans les îles éloignées, elle a suivi les indications du maire et les exécutants ont bétonné", s'est défendu son avocat.

"C'est la petite chaîne du désordre, un échantillon de ce qu'il se passe dans les îles éloignées", relève l'avocat d'un autre responsable. "Le tavana, c'est à lui qu'on demande. Il y a eu pression du maire et les fonctionnaires ont lâché, il y a des règles d'usage à ne pas enfreindre pour ne pas être mis à l'écart du circuit, du tableau d'avancement". "On connait le poids politique des îliens à l'assemblée où dans les administrations…", abonde l'avocat du fonctionnaire superviseur.

A noter qu'à part une caisse de dix kilos de langoustes qui serait arrivée fortuitement dans les mains de l'un des deux chefs de chantier, l'enquête n'a révélée aucune contrepartie dans ces réalisations qui ont bénéficié à l'élu aujourd'hui décédé.
Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 24 novembre.

Rédigé par Raphaël Pierre le Mardi 29 Septembre 2015 à 17:24 | Lu 2380 fois

Tags : JUSTICE






1.Posté par UNO-DOUE le 29/09/2015 21:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette affaire ce n'est pas Aujourd’hui des années sa dur dans la Polynésie-Française il y a pas que dans Tuamotu Système FLOSS .
Les éoliennes de Makemo ça nous à couté environ 1 milliard et quelque million ....des subvention 30 000 000 F cfp par an pour des éolienne qui na jamais été mis marche .
Et ça continue encore à Makemo 2015 des gaspillages , détournements . favoritisme,abus de pouvoir, pas de transparente dans la commune , prise illégale intérêt.
Des concourt bidant des agents , comme la nouvelle Secrétaire -Général de Makemo, elle à été déjà nommé par le Maire affaire à suivre .
Un Association qui défens son atoll le seul que je connais dans les iles Tuamotu Ass. KATALINA qui dépose plainte et dénonce les injustice .
Maruru KATALINA continu sa va chauffé la gamelle .

2.Posté par LEPETANT le 30/09/2015 07:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis MDR. Ce genre de choses arrive tous les jours chez nous. C'est une spécificité polynésienne. Pas de quoi fouetter un chat.

3.Posté par xixi le 30/09/2015 08:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Grâce a la lenteur judiciaire , l'élu aujourd'hui décédé échappe a la justice.

4.Posté par Cool Ruler le 30/09/2015 12:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A post 2, pas de quoi fouetter un chat certes, mais de quoi construire des routes là ou la population en a besoin, de quoi financer des installations, des services destinée à la population qui en a besoin. Ton acceptation des faits, que je peux comprendre, fait que ce genre de choses continue a arriver dans l'indifférence générale. Et ça, ça m'attriste fortement.

5.Posté par etienne le 30/09/2015 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

post1, en effet le bon sens aurait commandé de développer le solaire aux tuamotu et l’éolienne aux australes...continuons a faire n'importe quoi, c'est pas comme si tout allait mal!!!!

6.Posté par Toki le 30/09/2015 16:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils me font rire les employés de la subdivision avec leur argument à deux balles: on a fait confiance, on ne savait pas... et sinon, ils avaient bien un responsable sur Ppt pour l'informer de la situation et lui demander ce qu'ils devaient faire, non?! Ils se sont surtout pris pour des petits chefs et on mis de côté leur hierarchie! C'est une faute grave en matière de droit du travail, j'espère qu'ils seront licenciés parce que des zozos comme ça ne font pas long feu dans le privé.

7.Posté par UNO-DOUE le 30/09/2015 16:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hééé Fonctionnaires ma arrêté de mentir comme:

("On s'est rendu compte que la route de l'aéroport était déjà bitumée" raconte l'un d'eux, )
la route de l'aéroport na jamais été bitumée jusqu’à aujourd’hui 2015 je suis de Makemo et vous avez pris avion en voie de la haut HAYYYY Les PABLO-EXCOBAR mae faea te haavare.
Paye addition et laisse la place ,inscrivez vous comme C.A.E Bay

8.Posté par soleil le 15/10/2015 15:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salut UNO-DOUE

que sais-tu sur le recrutement de la SG stp?

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Novembre 2017 - 17:44 Le nouvel ATR d’Air Tahiti béni à Rurutu

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance