Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Tourisme : plus de visiteurs qui restent moins longtemps



Tourisme : plus de visiteurs qui restent moins longtemps
PAPEETE, le 3 décembre 2015 - L'ISPF vient de publier les chiffres du tourisme pour août 2015. Le dernier mois des grandes vacances a été très bon, avec 14,2% de touristes supplémentaires par rapport à août 2014.

Sur les huit premier mois de l'année, cette belle performance du mois d’août permet de repasser en positif sur l'année et d'avoir un nombre de visiteurs en croissance de 1,5%. Le tourisme de croisière comme le "tourisme terrestre" sont en croissance, mais ce sont les "excursionnistes", donc des croisières trans-pacifiques qui s'arrêtent quelques jours à peine dans nos îles, qui tirent vraiment les chiffres en août avec +13% et 36 696 visiteurs... Des excursionnistes qui rapportent beaucoup moins à nos économies que les croisiéristes et touristes "classiques".

Du coup, malgré ces bons chiffres, le nombre de nuitées touristiques est en baisse sur les huit premiers mois de l'année. Car nos visiteurs étaient plus nombreux mais sont restés moins longtemps : 14,4 jours en moyenne contre 14,6 jours l'année précédente. Et pour les hôtels c'est encore pire, puisque les visiteurs en hébergement non-marchand, principalement du tourisme affinitaire venant de métropole pour visiter amis et famille, a augmenté sa durée de séjour d'un jour et demi (à 32 jours en moyenne) , alors que la durée de séjour en hébergement payant a diminué à 12,4 jours en moyenne (contre 12,7 en 2014).

Malgré ces deux chiffres en porte-à-faux, la situation des hôtels polynésiens s'améliore légèrement, à 62,3% de remplissage entre janvier et aout. Un effet statistique causé par la fermeture d'un hôtel à Raiatea en début d'année (le Hawaiki Nui, qui avait bien du mal à remplir ses chambres). Le secteur continue donc de se concentrer autour des hôtels de très grand luxe de Bora Bora, ce qui explique également pourquoi le revenu moyen par chambre disponible a explosé, à 34 162 francs sur les huit premiers mois de l'année (3000 Fcfp de plus que l'année dernière) : les hôtels les moins chers ferment les uns après les autres.


(NDA : Concernant le premier paragraphe de cet article, aucun chiffre n'est disponible sur les dépenses des excursionnistes en Polynésie. Le seul commentaire de l'ISPF : "Les dépenses des seuls croisiéristes sont estimées à 8,9 milliards de F CFP en 2013 (hors transport aérien international ... dont 60% pour le seul coût de la croisière), auxquelles il conviendrait d’ajouter celles des excursionnistes en transit, difficiles à estimer." L'article a été clarifié.)

Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Jeudi 3 Décembre 2015 à 14:37 | Lu 1700 fois







1.Posté par Stéphane Renard le 03/12/2015 17:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore une affirmation non vérifiée, sans fondement, sans aucune "enquête" journalistique, juste pour on-ne-sait quel racolage : « les excursionnistes rapportent très peu à nos économies ». Allez dire cela aux prestataires d'activités qui peuvent ainsi rentabiliser leurs investissements (dont profitent ensuite les clients des hôtels), allez dire cela aux commerçants des îles concernées, aux transporteurs, aux fournisseurs de services, à ceux qui font l'approvisionnement en fruits, légumes ou poissons frais, allez dire cela à toutes entreprises et aux emplois qui en dépendent !!!!!

2.Posté par Stéphane Renard le 03/12/2015 17:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A votre disposition pour étudier les chiffres, vraiment, de manière sérieuse et détaillée, tant sur les retombées économiques (qui pourraient être encore meilleures, en effet) à la fois des croisiéristes et excursionnistes. On a besoin de tous les types de touristes pour développer l'activité dans son ensemble dans le Pays. Chaque segment (hôtel, pension, croisière, nautisme...) renforce l'autre, chacun vient compléter les manques de l'autre, chacun renforce l'économie des îles (pensez à l'impact économique d'un paquebot à Nuku Hiva, à Fakarava, à Huahine, pour l'économie locale !!!!).

3.Posté par maohi le 04/12/2015 11:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je comprend les touristes, vous avez vu les prix des hotels? des activités? rien que le billet coûte un bras, ensuite tu es super mal accueillis, tout est cher à Tahiti, ensuite les billets d'avion pour visiter les i^les sont bcp trop élevés.

Tout le monde applique leurs tarifs, mais aucune vérification n'est effectué de la part du territoire, et de toute manière même le territoire en tire partie.

4.Posté par Stéphane Renard le 04/12/2015 14:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour ces modifications au sein de l'article. L'effort est noté. Pour information, pour 2013 (année de référence citée dans le complément), soit 50 000 excursionnistes, le Tahiti Cruise Club estime un minima de 1,2 Milliards XPF de retombées directes (dépenses passagers), auxquels s'ajoutent les dépenses des compagnies de croisières concernées, estimées à 400 millions XPF. L'ensemble des retombées économiques Croisiéristes + Excursionnistes, on approche les 11 Milliards XPF. A disposition pour fournir la liste des postes de dépenses liés à la croisière.

5.Posté par Stéphane Renard le 04/12/2015 15:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et juste pour mettre en perspective, si on reste sur 2013, l'ensemble de la croisière pèse donc quasiment à égalité avec l'ensemble des exportations du Pays. Les excursionnistes, à eux seuls, pèsent autant, en retombées économiques pour le Pays, que les filières d'export du Poisson+Noni+Coprah+Vanille+Nacre+Monoi. Merci d'avoir ouvert le débat. :-)

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Octobre 2017 - 15:28 Ohana Tahiti, c’est reparti !

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance