Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Tourisme : Nicole Bouteau, "Nous avons les moyens de nos ambitions"



Tourisme : Nicole Bouteau, "Nous avons les moyens de nos ambitions"
PAPEETE, le 02 février 2017 - La nouvelle ministre du tourisme, Nicole Bouteau dresse le bilan du secteur pour l'année 2016 et nous révèle quel sera le fil rouge de son ministère : montrer une Polynésie authentique, vraie et fidèle à elle-même. Elle annonce également une enveloppe de 2,8 milliards de Francs pour le tourisme en 2017.

Pouvez-vous nous dresser un bilan de l'année 2016 ?
2016 a été pour le gouvernement l’année de la mise en œuvre de la stratégie de développement touristique 2015-2020.Près de la moitié des 134 actions qui sont décrites dans la stratégie ont été engagées, à des degrés divers. Plus d’une trentaine sont abouties. En infrastructures, même si ce n’est qu’un début, le Pays s’est mis en ordre de marche et les réhabilitations et réalisations tant à Tahiti que Moorea ont été nombreuses. En marketing aussi, chacun a pu le constater, les nouvelles orientations ont porté leurs fruits et la fréquentation touristique globale continue de progresser, malgré un contexte international complexe.
Nous sommes environ à +5% de touristes en année pleine de plus que l’année dernière. A novembre 2016, ce sont de 223 000 visiteurs que nous avons reçu en Polynésie (177 637 touristes – 45 941 excursionnistes). Nous devons conserver ce rythme de croissance, qui est solide et n’est pas conjoncturel. Les équipes touristiques, les hébergeurs, les transporteurs, les pouvoirs publics, vont dans la même direction. C’est sur cette synergie que l’on peut continuer à construire notre développement touristique et économique.

Quelle énergie souhaitez-vous insuffler au ministère ? Quelles seront vos priorités ?
Ma priorité, c’est la proximité : rencontrer rapidement l’ensemble des professionnels du tourisme, ceux qui au jour le jour le font vivre, le développe, aller aussi à leur rencontre dans les archipels. Le développement, le tourisme, l’identité de notre Pays, celle que l’on donne à voir à nos visiteurs, tout cela repose sur ces acteurs. Je veux être à leurs côtés, au propre comme au figuré. Je mettrai toute mon énergie, et mes équipes aussi, pour que ce ne soit pas une posture, mais une réalité tout au long de cette année et la suivante.

Quels sont les grands chantiers 2017 ?
Il y en a plusieurs. Il nous faut développer l’offre de chambres. Les taux de remplissage ont été exceptionnels cette année. Pour cela la réouverture des hôtels qui ont fermé ces dernières années fait partie des discussions qu’avaient initiées mon prédécesseur. Je souhaite les poursuivre. Par ailleurs, la réalisation de nouvelles structures d’hébergement est nécessaire. Nous y travaillons avec le Président du Pays et le gouvernement notamment avec le projet autour du golf de Moorea et la poursuite des discussions avec les différents investisseurs intéressés par le domaine touristique d’Outumaoro. Je souhaite par ailleurs poursuivre la campagne de sensibilisation lancée l’année dernière car il est primordial que les polynésiens se sentent partie prenante de notre tourisme : ce seront notamment encore cette année de la sensibilisation aux formations et métiers du tourisme, les appels à projets touristiques pour créer de nouveaux produits et susciter auprès des jeunes des vocations.
La question de la gouvernance sera également au cœur de ma feuille de route. Comment les acteurs, les entrepreneurs, les gérants de pensions ou d’activités peuvent être mieux intégrés dans l’élaboration de notre produit touristique global ? Au travers des pôles locaux de développement touristique (PLDT), et d’une recomposition de la gouvernance. Cette phase de structuration, de retour sur nous–même, est essentielle pour les évolutions futures. Sinon, nous avons aussi cette année un fort volet règlementaire car il nous faire évoluer des règlementations qui pour certaines ont plus de 20 ans et ne correspondent plus à la réalité des pratiques.

Quelle sera l'enveloppe budgétaire consacrée au tourisme en 2017 ?
Toutes opérations confondues, infrastructures, marketing, subventions diverses, le Pays dégage près de 2,8 milliards en faveur de la croissance touristique. C’est un signe fort. Nous avons les moyens de nos ambitions. Il faut les mettre en œuvre. Nous nous inscrivons dans la continuité, nombre d’actions sont engagées au titre du budget, je veillerai à ce qu’elles soient réalisées comme prévues.

Tahiti Tourisme, bras armé de la promotion touristique ?
Oui, cela aussi rentre dans la gouvernance. Les équipes de Tahiti Tourisme sont essentiellement impliquées dans la promotion touristique internationale, et aussi dans l’accueil et l’information localement. Les canaux de communication et d’influence changent très vite dans le secteur du tourisme, le Tahiti Tourisme a dû se réinventer complètement ces dernières années. Ils ont su faire preuve de rigueur, d’audace, de détermination, d’inventivité. Il faut le souligner.

Et il faut les encourager, leur travail est crucial pour le Pays. La campagne Embraced by mana lancée l’année dernière fonctionne, fait écho sur nos marchés émetteurs. Par cette campagne nous avons su enfin nous démarquer de nos concurrents en mettant en avant notre plus grande richesse : les Polynésiens, notre patrimoine naturel et culturel, la diversité de nos îles....

Si de façon globale le nombre de visiteurs s'annonce à la hausse (+0,4%), les trois derniers mois étaient négatifs en terme de fréquentation touristique (-8,8% par rapport à novembre 2016) , est-ce inquiétant ?
Il ne faut pas s’arrêter au 3 derniers mois, mais avoir une vision globale sur les 11 premiers de l’année 2016 dont nous avons, aujourd’hui, les statistiques. Je le redis, sur les 11 premiers mois de l’année, nous avons reçu 5% de visiteurs en plus alors qu’entre 2014 et 2015, elle était d’une peu plus de 1%. Le coefficient moyen de remplissage de l’hôtellerie internationale à novembre 2016 était de près de 70%. 2016 est une très bonne année pour notre tourisme.
Donc, non, ce n’est ni inquiétant ni préoccupant. Le tourisme n’est pas une activité linéaire. D’une année sur l’autre, d’un trimestre sur l’autre, d’un mois sur l’autre, les variations sont incessantes, souvent liées à la conjoncture, aux variations monétaires, climatiques, aux rachats entre tour-opérateurs, compagnies de croisière ou groupe hôtelier international…
Pour compenser ces à-coups, incessants, sur chaque marché, chaque niche, chaque segment, il faut être solides sur des marchés très différents. Le Pays, Tahiti Tourisme, nos gestionnaires hôteliers, Air Tahiti Nui, l’ensemble des professionnels sont rassemblés et mobilisés sur ces questions.
Donc une vigilance oui, mais pas d’inquiétude. Il convient juste d’apporter les réponses appropriées, marché par marché. Nous sommes bien mieux armés aujourd’hui que nous l’étions il y a 5 ans où nous étions bien plus affectés, bien plus démunis, face aux variations internationales. Du travail de fond a été réalisé, par tous les acteurs, individuellement et collectivement, c’est primordial de le souligner.

L'objectif de 300 000 visiteurs, à l'horizon 2017-2018, annoncé par votre prédécesseur en 2013 est-il maintenu? Quelles stratégies allez-vous mettre en place pour y arriver ?
Si l’on maintient le rythme de croissance de ces 3 dernières années, nous serons à 280 000 visiteurs en 2018. Donc, il va falloir être offensifs, ne pas se reposer sur ces bons résultats, continuer à gagner des points de compétitivité et des parts de marchés chaque fois que c’est possible, sur chacun des différents segments. Après, vous me connaissez, faire du volume pour faire du volume, ce n’est pas mon ambition. Ce que souhaite le gouvernement c’est que ce développement touristique participe surtout au développement du Pays.
Nous voulons une Polynésie de partage, dynamique, -et qui se sente bien dans sa peau.
Il faut travailler, il faut que chacune et chacun se sente responsable de ce développement, se sente impliqué, se sente considéré aussi, et respecté.
Il n’y a pas qu’une manière de faire du développement touristique. Il n’y a pas qu’une vérité. Et nous avons une véritable diversité, d’îles, de cultures, d’histoires, de paysages, d’expériences et d’émotions à partager.- Plus nous pourrons valoriser qui nous sommes, ce que nous sommes, plus nous serons désirés et visités.

Comment comptez-vous répondre au recul constant du nombre de croisiéristes en Polynésie ?
La constance que vous évoquez est discutable. Le Pays a connu une forte augmentation en 2014 sur ce segment (des passagers de croisière qui embarquent à Papeete), puis un réajustement entre 2015 et 2016 du fait du départ d’un seul et unique opérateur — Princess Cruises… Ce départ a été compensé, en volume, sur l’ensemble de l’activité croisière, sur l’ensemble des passagers, avec un recul très marginal.
Depuis le début de ce mandat, notre stratégie spécifique sur la croisière est claire. Elle repose à la fois, ici en Polynésie, sur notre capacité réceptive, notre offre d’activités en escales, notre sérieux dans la gestion de ces escales, et sur notre positionnement régional comme un « hub » de croisière, en complément de Fidji et la Nouvelle-Zélande.
Cette stratégie, le Pays la porte avec constance depuis plusieurs années. Il y a des soubresauts, mais les tendances sur ces 5 dernières années sont très claires, nous sommes sur la bonne voie, nous devons persévérer.
Nous avons encore des efforts marketing à fournir, ciblés, construits, auprès des compagnies de croisière, et le Port Autonome a bien avancé sur le projet de construction d’un terminal de croisière internationale. Nous avons aussi d’autres points, de gestion, de réglementation ou d’infrastructures, sur lesquels nous sommes attendus par les professionnels. Je veux croire que dans les mois qui viennent, nous progresserons encore plus vite sur ces sujets.

Alors que les professionnels de la petite hôtellerie demandent à être plus considérés et annoncent des taux de remplissages d'environ 30% tandis que la grande hôtellerie affiche des taux de remplissages tournant autour de 80%, quelle politique allez-vous adopter pour gérer ces deux marchés différents ?
Cela rejoint parfaitement ce que je viens de dire. L’hôtellerie de famille se professionnalise, à plus d’un titre. Ils ont fait de réels efforts pour se structurer, depuis des années, pour améliorer la qualité, pour accroître leur visibilité et la lisibilité de leurs labels. Et maintenant, ils vont former des agents de voyage en France, aux Etats-Unis pour intégrer des réseaux de vente plus conséquents.L’accompagnement technique de Tahiti Tourisme est vraiment stratégique sur ce point. Il faut le saluer.
C’est un travail de fond, il n’y a pas de baguette magique. Et tous ces gérants de pensions, ils font le travail. Ils ne sont pas passifs. Ils avancent. Allez les voir à l’occasion du Salon du Tourisme, comment ils ont fait évoluer leur offre, année après année. C’est un vrai bonheur, et selon moi, ce n’est qu’un début. Le Pays se doit d’être à leurs côtés, c’est ce que nous faisons, c’est que nous ferons toute cette année encore.

Où en êtes-vous dans l'application du plan d'action de développement touristique mis en place jusqu'en 2020?
Déjà un quart de réalisé. Encore 20% de plus déjà engagé. Avec notre équipe, nous avons planifiés encore une trentaine d’actions supplémentaires — sans compter tous les à-côtés, les opportunités et les projets qui ne sont pas dans la stratégie initiale. Bref, si nous avançons convenablement, ce gouvernement aura déployé ou initié plus de 60% des actions d’ici à 2018. Sans doute faudra-t-il ensuite évaluer tout ce travail fait à mi-parcours, mais on est dans les temps par rapport aux objectifs fixés pour 2020.

Le tourisme asiatique est-il toujours une priorité pour la Polynésie ? Faut-il créer de nouvelles liaisons aériennes ?
J’ai eu l’occasion d’ores et déjà de rencontrer Michel Monvoisin, PCA d’Air Tahiti Nui et le chef de service de la direction polynésienne de l’aviation civile : de ces 2 rencontres, je constate que les routes aériennes nous sont ouvertes à travers le monde.
Mais le développement de ces dessertes ne se décrète pas. Il nous faut créer les conditions d’exploitations d’une telle ligne. Cela a été initié. Les accords avec les autorités aériennes chinoises le permettent. Il faut maintenant travailler avec les opérateurs chinois. Nous poursuivons les contacts, les échanges, les tests produits. Ainsi, nous serons prêts, tant en Polynésie que sur le continent asiatique, pour lancer une nouvelle ligne. Vous aurez notez que le marché chinois est celui qui a le plus progressé.

Si on lit les 134 actions prévues dans le plan de stratégie du développement touristique, la Polynésie tendrait vers un tourisme durable, un tourisme vert en 2020 Or ce n’est pas vraiment compatible avec le tourisme de masse qu’implique le tourisme chinois ?
Notre développement touristique s’est élaboré sur deux piliers : le tourisme balnéaire d’une part, et l’authenticité polynésienne d’autre part. Oui, nous avons besoin de flux, non pas de masse — on est très loin, vraiment très loin, des « destinations de masse » — mais je dirai de « flux balnéaires », des voyageurs qui consomment des vacances sans vraiment pleinement savourer ce qui peut l’être. Ces flux nous apportent un socle de revenus, des possibilités logistiques, de transports internationaux, d’économies d’échelles également, qui sont importantes pour structurer notre destination.
Mais, à côté, ce tourisme durable, culturel, vert et bleu, c’est véritablement là que nous sommes différents, que nous sommes uniques, que l’expérience que nous proposons n’a rien à voir avec celle des Seychelles, des Antilles, ni même de Samoa ou de Fidji.
Alors oui, c’est là qu’il faut appuyer, c’est en cela qu’il faut mettre nos moyens, nos efforts, pour être une destination « pas comme les autres ». Et vous verrez, j’en suis convaincue, que d’ici une décennie, pas plus, le tourisme chinois que nous recevrons ne viendra pas chez nous par hasard ou par effet de mode, mais par choix, par adhésion, par désir.

Où en est le projet du Tata'a beach ?
Le groupement d’investisseurs qui porte ce projet a rencontré le gouvernement. Ils en ont fait une présentation détaillée. D’autres groupes d’investisseurs ont fait part de leur intérêt pour la réalisation du projet d’aménagement du site de Outumaoro. Le Pays propose un cadre attractif. Teva Rohfritsch, Vice-Président en charge des grands projets d’investissements pilote désormais ce projet en liaison étroite avec les ministères concernés dont celui du tourisme.

Rédigé par Marie Caroline Carrère le Vendredi 3 Février 2017 à 04:30 | Lu 4648 fois






Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

35.Posté par emere cunning le 09/02/2017 23:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Lou,
malheureusement pour toi, nous avons des yeux pour voir. C'est toi qui es dans le déni, alors tu préfères déballer vos chiffres dont on sait bien ce qu'ils valent. Quant à toutes les acquisitions qu'il a faites, c'est autant d'argent investi en terrains qui se font rares, d'où tous ces logements sociaux qu'on a vu fleurir, il fut un temps, merci Gaston. Nettement mieux que de claquer le fric à se balader à Paris, NY ou San Francisco, toutes les occasions sont bonnes, n'est ce pas.
Enfin pour ta copine Bouteau, j'eusse préféré une liste de choses bien concrètes, un quai des paquebots par ci, de nouveaux hôtels et pensions de famille par là... mais t'inquiètes, nous nous contenterons de ta réponse. Faaea ra ia i te faahua.

34.Posté par TETUMU le 07/02/2017 13:45 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cric crac boum ! Je prédis que le tourisme va s''effondrer et que beaucoup d''hotels vont mettre la clef sous le paillasson? Des milliards en propagande Polynésie détournés pour satisfaires l''emploi des agents ATN et personnels du tourisme fainéants !

33.Posté par Lou le 07/02/2017 08:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@emere. Tu es vraiment dans le déni. Comme si tout était rose dans la maison orange! Le port de Faratea, qui sert qu'à produire du sable, ce ne sont pas les successeurs qui l'ont abandonné. Et les désastres financiers de l'immeuble Van Bastoaer ou de l'ancien hôtel Princesse Heiata, ou encore dans la construction de l'hôpital (combien?), et le palais présidentiel qui devait coûter un milliard et demi, et dont le bilan s'est finalement chiffré à 5, 5 milliards... reconnus par GF car en réalité d'autres chiffrages se montent à près de 7 milliards. Combien de logements sociaux on aurait pu construire avec ce dépassement d'au moins quatre milliards?
Quant à Nicole Bouteau, qui a contribué à mettre fin à cette gabegie grandiose (merci!), elle ne reste pas les bras croisés. Si la fréquentation touristique connaît maintenant une bonne croissance, c'est en partie grâce à elle.

32.Posté par emere cunning le 06/02/2017 22:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Lou,
Ne parlons même pas du GIP regretté par ces centaines de familles sinistrées lors des dernières inondations. Certaines ont tout perdu, les plus chanceuses se débrouillent seules pour nettoyer dans une puanteur irrespirable les montagnes de boue et d’arbres MORTS dans leur jardin. Ta « force tranquille » et E Fritch se seraient houspillés pour décrasser les rivières de Pira’e que ces familles n’en seraient pas là, d’autant que celles de Tenaho l’en avaient prié par courrier avant la saison des pluies. Tu parles d'une force tranquille, vous vous la coulez douce oui, et tant pis pour ceux qui trinquent, vous leur promettrez des milliards, comme vous leur avez promis du travail, et elles attendront, priorité à vos nantis (concessionnaires auto et autres qui ne se font pas assez de fric). Haama ‘ore !

31.Posté par emere cunning le 06/02/2017 21:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Lou,
Non, j’ai entièrement raison, et toutes ses réalisations sans exception PROFITENT AU PAYS ET AUX POLYNESIENS Que de temps et d’énergie perdus depuis. En passant, tu as omis de me lister les bonnes choses de ta Bouteau. Forcément, elle n’a fait que défaire et refaire, et s’écouter parler.
Nous avions besoin d’une présidence et bureaux dignes de ce nom plutôt que de traîner dans les dépendances du Haut commissariat. Il n’y a que les jaloux pour y voir un palais. De même, Faratea et Te Ara Nui étaient d’excellents projets pour nos habitants de la presqu’île ; G Flosse les aurait menés à terme si elle et Schyle n’avaient mis Oscar au pouvoir, avec sa souveraineté, la voilà ta folie des grandeurs. Et cela, par dépit d’avoir été virés et sûrement pas par souci d’alternance démocratique.

30.Posté par Lou le 06/02/2017 08:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@emere: Tu as en partie raison. On doit reconnaître qu'il a fait quelques bonnes choses (qui ont coûté très cher). Mais je ne suis pas certain que la balance pencherait du bon côté si l'on pesait l'ensemble de son oeuvre.
De toute façon, il commettait de plus en plus d'erreurs, et il était temps que Bouteau et Schyle fassent fonctionner l'alternance démocratique. On doit leur en être reconnaissants. Ils ont déclenché une "respiration démocratique".
La malchance, c'est que Boris Léontieff n'était plus là et que Oscar Temaru a trahi ses alliés autonomistes... pour un résultat pitoyable. Son obsession indépendantiste a pris le dessus sur l'intérêt général.
Mais "le vieux" a aggravé la situation en provoquant pendant dix ans une instabilité politique qui a bloqué le développement du Fenua. N'oublions pas que sur une dizaine de chutes de gouvernements il en provoqué au moins neuf.
Et le plus grave, c'est qu'il continue à vouloir reprendre le pouvoir (à son âge!). Mais cette fois, il a affaire à une "force tranquille" conduite par Edouard Fritch, renforcée par les anciens amis de Boris, et soutenue par "le Peuple". Nana Gaston!

29.Posté par Bruno le 06/02/2017 00:24 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui oui, et sur le terrain tu as plein de sergents Garcia surpayés que tu cherches dans les bureaux.. Houou, y''a quelqu''un ? . 7 mois pour un permis de construire lol. Votez Mélanchon, faites quelque chose.

28.Posté par emere cunning le 05/02/2017 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Hau, Lou
Tous les deux, vous avez besoin d'une paire de lunettes pour voir tout ce que l'homme que vous accusez a fait pour ce pays avec l'aide de toutes ces personnes qu'il a embauchées plutôt que de leur payer un RMI/RSA et bientôt votre "revenu universel..... à ne rien faire. Eiaha e pohehae, dites merci.
Et si vous nous dressiez la liste de ce que la Bouteau a, jusqu'ici, fait de bon pendant qu'on se balade dans les rues de Papeete pour voir ce qui nous attend.

27.Posté par Mon voisin aime les sous le 05/02/2017 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En faite il s'agit d'une histoire d'actionnaire...
Ici y'a que les intérêts entre caste qui comptent, le reste est un leurre....

26.Posté par Gheko le 05/02/2017 19:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un groupe hôtelier a proposé en 2015 d'investir dans la construction de 2 hôtels sur le golf de Moorea et de Atimaono.
Coût pour le Pays 0, nombre de touristes que le groupe se chargeait lui même de faire venir 75.000 touristes soit en moyenne pour le secteur 225.000 nuitées... Réponse de Buissou et Édouard : NON
Le parc aquatique qu'ils ont aussi refusé est en construction en Nouvelle-Calédonie ... Zestes sure que le gouvernement veut développer le Pays ? La formation : cuisinier, Couture, boulanger sont pleines, qui au vu quelque chose pour l'accueil, la relation cliente ? Rien... Réfléchissons avant les prochaines élections...

25.Posté par Pito le 04/02/2017 17:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand je vois tous les commentaires......tout est dit, prenez les avis de chacun et mettez en place une vrai politique de développement du tourisme et vous verrez la fréquentation touristique augmenter. Si on laisse les " techniciens actuels " on va droit dans le mur. Mr Monvoisin n'a rien compris au tourisme et pourtant il dirige une compagnie aérienne qui devrait être le premier vecteur d'apport de touristes, on voit le résultat. De plus Air France et ATN ne se font aucune concurrence, ce n'est pas cela qui va donner du punch à notre tourisme !!!!

24.Posté par One love le 04/02/2017 08:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Baissons les prix des tarifs d'avions (honteux) et ô miracle...la fréquentation doublera,triplera....

23.Posté par Uni-vert Tahiti le 03/02/2017 21:13 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ayé Mme Bouteau nous sort les beaux discours chiffrés des bons ptits bureaucrates ! Pourquoi feriez vous des miracles pour le tourisme si déjà vous n''arrivez pas à en faire pour votre propre santé?!Vous respirez l''opulence comme tous les autres!!!

22.Posté par Xenos le 03/02/2017 20:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ATN a tué le tourisme en Polynésie.

Tant que cette sangsue sera installée, pas d'espoir possible. Et à écouter Monvoisin, ce n'est pas demain que cela changera.

21.Posté par Jeremy le 03/02/2017 19:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et,pour terminer sur notre non-compétitivité touristique, il y a évidemment les prix des biens et services. Nos visiteurs Asiatiques aiment généralement s'offrir une bouteille de spiritueux ou de vin à apprécier le soir dans leur chambre ou sur leur terrasse. Ici c'est deux à trois fois plus cher que chez eux ! Voir par exemple le whisky ou une bouteille de vin Français, plus chère à Tahiti qu'à Auckland ou Tokyo...Même un taxi mal agencé et sans compteur à Tahiti est plus cher (à distance comparable) qu'un taxi à Tokyo ou Osaka, "nickel-chrome", conduit par un chauffeur ultra poli, habillé en costume et...les mains gantées en blanc. Les Japonais doivent être heureux de rentrer chez eux s'ils se sont fait attirer ici par une publicité promotionnelle alléchante. Ils ne reviendront pas. Et ils disent à leurs relations ce qu'ils pensent.

20.Posté par Jeremy le 03/02/2017 19:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La "pito"-manie aveugle nos dirigeants: de très nombreux pays offrent des environnements magnifiques et divers, souvent mieux entretenus que les nôtres. Et d'autres prestations plus attrayantes que les nôtres, quand elles existent...Citation: "...nous sommes différents, (...) nous sommes uniques, (...) l’expérience que nous proposons n’a rien à voir avec celle des Seychelles, des Antilles, ni même de Samoa ou de Fidji". Cette considération de notre ministre est en elle-même le signe de son obscure aveuglement ! Car si "notre expérience n'a rien à voir" avec celles qu'offrent d'autres pays, c'est qu'elle est effectivement moins compétitive (au sens complexe du terme) dans le marché international du tourisme !

19.Posté par Mataiea le 03/02/2017 18:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un slogan qui parait attirant : "1 000 euros pour aller à Tahiti" (hors taxe - ça fait le billet aux environs de 120 000 Fcfp) et ce prix est à la portée de beaucoup de monde - avec les 2,8 milliards de subvention ça pourrait le faire. Le problème c'est que l'idée est trop simple ...

18.Posté par bullshit le 03/02/2017 17:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mollesse et incompétence !! On est pas arrivés !!

17.Posté par JMCJ le 03/02/2017 15:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En France, il vont avoir un nouveau président : Macron, Fillon, Hamon ou Mélenchon. Nous ici, ça ne change pas, ce sont toujours des couillons qui nous gouvernent. Inch Allah...

16.Posté par TOM le 03/02/2017 15:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A BON a entièrement raison, 2.8 milliard ça fait 10 000 Fcp par habitant, quelle honte. Faites venir d'autres compagnies et elle feront la promotion de notre destination gratos !!! On a eu l'exemple de Corsair avec 260 000 touristes, depuis la création d'ATN on a fermé 25 hôtels !!! Bougez-vous et arrêtez de vous regarder le pito !!!

15.Posté par Lou le 03/02/2017 15:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Eric: Et moi je vois plutôt celle qui a contribué à mettre fin à la folie des grandeurs, aux gaspillages, aux dépenses grandioses et souvent inutiles telles que le palais présidentiel à six milliards, le port de Faratea (un milliard pour rien), la route Te Ara Nui (on ne saura jamais exactement mais quelques milliards encore), de multiples acquisitions hasardeuses et finalement coûteuses. Sans oublier les dérives illégales du GIP et du "service de documentation" (barbouzes) de la présidence. Vous en voulez encore?

14.Posté par yenamarre! le 03/02/2017 13:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pfffffff ! Elle a le sourire jusqu'aux oreilles !

Elle annonce également une enveloppe de 2,8 milliards de Francs pour le tourisme en 2017 !

Pourquoi faire ? entretenir le copinage !

13.Posté par patis le 03/02/2017 12:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et puis s'il vous plait arrêter de casser Bora. Tous les touristes que nous rencontrons, nous disent qu'ils sont venus à reculons en ayant entendu que du négatif sur cette île. Pas de la France, pas de l'Amérique ou d'ailleurs, mais des gens d'ici!!!C'est l'île qui marche, ne gâchez pas le rêve des touristes par jalousie! Bora est mythique et l'est encore. En la cassant vous cassez tout le pays! Réfléchissez un peu avant de dénigrer. On est tous sur la même pirogue

12.Posté par Jeremy le 03/02/2017 12:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De nombreux touristes sont choqués par l'état lamentable des infrastructures, mal conçues et mal entretenues: trottoirs défoncés, encombrés de véhicules stationnés illicitement (et non réprimés par nos "polices" municipales-, pistes cyclables envahies de lianes, graviers, détritus (voir Moorea), routes défoncées, caniveaux non curés, rivières non endiguées et traitées en dépotoirs par une population profondément incivique et négligée, gares maritimes très mal pratiques et parfois sales. Nos touristes ont été attirés par l'offre trompeuse d'un "paradis", ils se rendent compte que c'est au mieux un "purgatoire" touristique !

11.Posté par patis le 03/02/2017 12:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Discours entendu maintes et maintes fois... Les chiffres stagnes 180m 190m200m250m220m200m180m165m 180m 220m.... l’identité de notre Pay, des gens, de la culture...Des années ce même discours. Maintenant, Le Pays dégage près de 2,8 milliards en faveur de la croissance touristique durable, culturel, vert et bleu, c’est véritablement là que nous sommes différents,(???stoppons nos propres pollutions!) que nous sommes uniques, que l’expérience que nous proposons n’a rien à voir avec celle des Seychelles, des Antilles, ni même de Samoa ou de Fidji.l’authenticité polynésienne (SDF?!) d’autre partle tourisme chinois que nous recevrons ne viendra pas chez nous par hasard ou par effet de mode, mais par choix, par adhésion, par désir.(Pourquoi maintenant ils viennent poussés à la baïonnettes) je constate que les routes aériennes nous sont ouvertes à travers le monde. (Il faut qu'elles s'arrêtent chez nous!) Nous ne voulons pas de masse(Facile à dire:Essayer d'abord, après vous gérerez ce problème qui n'arrivera certainement pas!)

1 2
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Août 2017 - 17:22 Une nouvelle ère à Polynésie 1ère radio

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance