TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Surf de gros – Tikanui Smith entre dans la légende. Le récit.


Le jeune surfeur de Moorea a réalisé son rêve : Surfer Jaws, la référence mondiale du surf de gros, le spot mythique. Jeudi il faisait du surf tracté et vendredi il parvenait à prendre plusieurs vagues à la rame avant qu’un terrible ‘wipe out’ ne vienne lui rappeler que la nature est la plus forte. Le chemin est encore long mais il rêve désormais de participer au Big Wave World Tour organisé par la WSL.



Une session qui restera dans les mémoires © Bryan Berkowitz
Une session qui restera dans les mémoires © Bryan Berkowitz
HAWAI’I, le 27 février 2016. Le surf de grosses vagues est la dimension ultime de l’esprit ‘waterman’. Les Polynésiens ont eu depuis les temps immémoriaux une relation privilégiée avec l’océan et plusieurs surfeurs sont devenus des légendes du surf de grosses vagues comme Vetea David, Malik Joyeux, Manoa Drollet et quelques autres.
 
Tikanui Smith, contrairement aux surfeurs précités, est grand ce qui n’est pas vraiment un avantage pour la discipline. En 2013, le surfeur de Moorea prend une vague phénoménale à Teahupo’o qui le propulse sur le devant de la scène médiatique. Son ouverture d’esprit, son sourire, sa fougue lui permettront également de collaborer avec plusieurs productions de film comme la Nuit de la Glisse ou encore Point Break.
 
En juin dernier, il signe un contrat de sponsoring avec la marque Quiksilver, il est actuellement le seul polynésien ayant clairement dirigé sa carrière vers le surf de gros. Grâce à son frère professeur de sport, il suit un programme d’entrainement spécifique, alliant travail sur la souplesse, yoga, respiration et équilibre.
 
Alors qu’il sort tout juste de convalescence après une fracture du talon à Teahupo’o début janvier, son frère lui prend son billet pour Hawai’i au dernier moment, samedi dernier. Alors que les yeux de la ‘planète surf’ son rivés sur le spot de Waimea à Oahu pour l’Eddie Aikau qui sera remporté par John John Florence, Tikanui se rend à Maui pour surfer Jaws alors que le swell est annoncé comme le plus gros de la saison.
 
L’accomplissement de son rêve le plus fou n’arrive pas seul puis qu’il apprend dans la foulée qu’il fera la couverture du magasine mythique Surf Session, au mois de mars. Son rêve avait pourtant failli virer au cauchemar vendredi lors d’un terrible wipe out. Grâce à son sang froid et grâce à une préparation sans faille, il a pu se sortir de cette situation extrême.

La couverture du Surf Session du mois de mars
La couverture du Surf Session du mois de mars
Tikanui Smith en exclusivité pour Tahiti Infos :
 
Tu as pu réaliser ton rêve ?
 
« Oui, c’est exactement ce que j’espérais, avoir de grosses vagues à Peahi. La veille, j’avais peur que le vent nous empêche de surfer. Jeudi, le premier jour, c’était énorme, trop gros pour prendre les vagues à la rame.  On a fait du surf tracté, c’était top parce que tous les habitués du spot étaient à Oahu pour l’Eddie Aikau, on était quatre jet skis à attendre. On s’est vraiment amusés, c’était vraiment cool. On ne se rendait pas compte que c’était énorme à ce point. Une journée de folie. On prenait une vague, on se reposait, on buvait un peu d’eau, ensuite on prenait une autre vague…Toute la journée comme ça. C’est le plus gros jour de surf de ma vie. C’est sûr. »
 
Le deuxième jour a été tout aussi mémorable ?
 
« L’objectif ultime était de shoot Jaws à la nage. Le tow-in c’est ‘facile’, c’est ‘cool’, mais j’ai toujours favorisé le surf à la rame. Le deuxième jour, c’était toujours énorme mais un peu moins. D’autres prenaient aussi d’énormes vagues à la nage, c’était flippant mais avec la confiance engrangée la veille, la combi et les copains là pour te regarder, j’ai pas réfléchi plus de cinq minutes, j’ai waxé ma planche et j’ai sauté à l’eau. Top, j’ai eu cinq-six vagues à la nage, des petites, des moyennes, je voulais connaître un peu le spot. »
 
« Je suis revenu au pic et un Hawaiien m’a dit ‘wow, tu scores Jaws en tow in hier, aujourd’hui à la nage’. J’ose à peine le raconter, mais je lui ai répondu que ‘j’aurais aimé savoir à quoi ça ressemble de bouffer à Jaws’. Cinq minutes après une grosse est arrivée et je me tapais le ‘wipe out’ de la journée. »

Tikanui Smith a mis toutes les chances de son côté pour réaliser ses rêves
Tikanui Smith a mis toutes les chances de son côté pour réaliser ses rêves
Que s’est-il passé ?
 
« J’étais confiant, j’ai nagé à fond, après le take off, en milieu de vague, il y a eu un genre de ‘bump’ qui m’a fait faire un petit saut, mon pied a glissé sur la planche et je me suis éclaté sur la vague. J’ai fait cinq tonneaux et je suis parti avec la lèvre. A partir de là, c’est devenu le cauchemar. »
 
« J’ai tiré une première bonbonne et le gilet s’est gonflé puis dégonflé, la deuxième pareil. J’ai tapé le fond puis j’ai été plaqué au fond, j’ai poussé avec mes pieds pour remonter, j’ai tiré une troisième bonbonne et là le gilet s’est regonflé et je suis remonté à la surface. J’ai eu à peine le temps de respirer qu’une énorme mousse est arrivée sur moi. Boum ! J’étais à deux doigts de faire les deux vagues sous l’eau. Trois copains en jet ski me cherchaient partout. Quand je suis tombé, ils ont eu l’impression que ma tête avait tapé la planche donc ils ont cru que j’étais inconscient. Heureusement, lors de la deuxième vague mon gilet était gonflé à fond donc je ne suis pas resté longtemps au fond, moins de dix secondes. »
 
Qu’as-tu ressenti quand tu as touché le fond ?
 
« Il paraît que c’est rare de toucher le fond à Jaws, car là où la vague casse c’est profond, genre 8-10 mètres. J’ai eu peur au fond quand j’ai touché. J’ai cru que j’allais mourir. Avec la pression, j’ai eu du mal à attraper les lanières du gilet et quand j’ai ouvert les yeux c’était noir, noir, noir. J’en tremble encore en en parlant. Heureusement, j’ai pu actionner la troisième bonbonne car à deux-trois secondes près, j’aurais fait les deux vagues sous l’eau, cela aurait été trop hot. »
 
« Je suis content que mon pied ait tenu. Ce matin j’ai des courbatures un peu partout, comme si j’avais reçu des coups de poings sur tout le corps. Mais je suis sain et sauf. Après mon ‘wipe out’, le vent a tourné et on est rapidement rentrés. Du coup le timing a été parfait. »

Tikanui Smith à Teahupo'o © John DeTemple
Tikanui Smith à Teahupo'o © John DeTemple
Tu regrettes qu’aucun Tahitien ne soit présent pour l’Eddie Aikau ou le Big Wave World Tour ?
 
« Oui, mais je comprends qu’on ne soit pas invité pour l’Eddie Aikau parce que ce n’est pas du tout notre style de vague. On a Teahupo’o et on a que ça comme référence. Je pense qu’il faut ‘charge’ Waimea ou Jaws pendant quelques années, c’est un truc qui se mérite. Il y aussi le côté spirituel. C’est valable aussi pour le Big Wave World Tour où il faut être encore plus assidu. La participation aux six épreuves se fait sur invitation. »
 
« Pour cela, il faut faire une vidéo avec trois vagues sur au moins quatre spots. Idéalement, il faudrait aller sur chaque spot une fois que la compétition est déclenchée et shooter des vagues avant et après la compet’ pour se faire remarquer par ceux qui choisissent les invités. Il faudrait donc aller à Maverick’s, Jaws, Todos Santos, Nazaré pour espérer être invité. Il faut aussi y aller pour prendre les bombes, par les moyennes. »
 
Ton sponsor te soutiendrait pour un tel investissement ?
 
« Avec les derniers résultats, ils sont super contents, je pense qu’ils vont me pousser encore plus, il n’attendent qu’une chose c’est que des jeunes veuillent prendre ce chemin. C’est sûr qu’avec l’aide d’une compagnie aérienne, comme Air Tahiti Nui par exemple, ce serait le top, ce serait plus facile pour les déplacements. »
 
Un remerciement ?
 
« Merci à ma famille, à mes deux frères et ma mère qui me poussent depuis petit et qui croient en moi. C’est grâce à eux car ils m’ont laissé faire ce que je voulais faire dans la vie, c’est à dire surfer dans le sens professionnel du terme. Merci à mes sponsors Blast et Aremiti et bien sûr Quiksilver qui s’occupe de moi. Merci à tous ceux qui croient en moi, qui m’encouragent à faire ce que je fais. Je reçois beaucoup de messages de gens qui m’encouragent et c’est cool, cela aide pour le moral. Et merci à Tahiti Infos d’avoir parlé de moi avant même que tout cela n’arrive. » SB


Sa vague a été sélectionnée pour les Big Wave Awards 2016
Sa vague a été sélectionnée pour les Big Wave Awards 2016

Rédigé par SB le Samedi 27 Février 2016 à 21:56 | Lu 5484 fois


Notez


Commentaires

1.Posté par Chocopos le 28/02/2016 05:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tamari'i eimeo afa'i te pua'i o te nunaa maohi i havai! U rock brother.

2.Posté par OTIA le 28/02/2016 06:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Magnifique,j'espère qu'il a contracté une assurance...

3.Posté par Dada le 29/02/2016 07:39 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Fa''ito''ito brada. Peace and ride the swell for life.

Signaler un abus

Sports | SportLive | Parau Ha'uti | OPEN | La video de la semaine | En exclu sur TAHITI INFOS | Faire-parts | Décès | Mieux comprendre | La tribune politique | Expression libre | CCISM | Le savez-vous? | SERVICES | Archives | TIFO, la monarquenovela | programme TV | Evènement | Observatoire des Prix | Tiki