Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Suède: une mine menace le mode de vie de la communauté sami



JOKKMOKK, 3 janvier 2014 (AFP) - A l'approche de l'hiver, les Samis, un peuple autochtone du nord de la Suède, déplacent des milliers de rennes depuis les montagnes enneigées jusqu'aux plaines. Une tradition perpétrée depuis des siècles, aujourd'hui menacée par le monde moderne.

Pour les Samis de Jaahkaagasska, l'industrie minière de la région est une épée de Damoclès. Mais cette petite communauté, qui appartient au seul peuple autochtone d'Europe, défend ses intérêts.

La centaine d'habitants de Jaahkaagasska, situé près de la ville subarctique de Jokkmokk, s'inquiètent de ce qui se passerait si la mine de fer de Kallak devait voir le jour.

"Il n'y aura aucune possibilité de continuer à nous occuper de nos troupeaux de rennes", explique à l'AFP un porte-parole de la communauté sami de Jaahkaagasska, Niklas Spik. "Ils ne pourront plus se déplacer librement".

Environ 80.000 Samis (ou Lapons) vivent sur un territoire qui s'étend de la Norvège jusqu'à la Finlande et la Russie, en passant par la Suède. Il n'est pas rare que des tensions ressurgissent dues à la cohabitation avec l'économie du XXIème siècle, mais elles prennent rarement une tournure aussi dramatique.

Durant toute l'année dernière, Samis et défenseurs de l'environnement ont protesté contre les projets de la mine.

Malin Norrby, 27 ans, vient de recevoir une amende de 223 euros pour un incident survenu en juillet, alors qu'avec d'autres militants elle bloquait l'accès à la mine, à Jokkmokk.

"Je suis allée à Jokkmokk pour protester contre le développement de la mine et l'utilisation de ressources non-renouvelables", dit-elle à l'AFP.

Mme Norrby et d'autres militants soutiennent que la mine ne prend pas en compte la spécificité du territoire qu'occupent les Samis à Jaahkaagasska, une longue et étroite bande de terre regroupant différents types de végétation répondant aux besoins des éleveurs aux différentes saisons.

Selon M. Spik, si la mine venait occuper l'espace situé entre les montagnes utilisées pour les pâturages à l'ouest et les plaines utilisées pendant l'hiver à l'est, les animaux ne pourraient se déplacer entre chaque saison, et ils mourraient de faim.

"Les villages samis sont déjà confrontés à différentes formes d'empiètements sur leur territoire (...), comme les routes ou les éoliennes, et là, c'est trop", insiste le responsable de la section des droits de l'homme au sein du conseil sami, qui regroupe différentes organisations lapones, Mattias Aahren.

Le problème se pose aussi pour les projets de mines de Kiruna et Rönnbäck, également dans le nord de la Suède. Elles coupent en deux l'espace utilisé pour les pâturages, et ont un impact négatif sur l'environnement avec les rejets de poussière et le développement des transports, selon leurs détracteurs.

"Les mines sont situées dans le pire endroit pour les rennes", déplore M. Aahren, qui représente les villages affectés, comme celui de Rönnbäck qui a soumis une pétition en septembre au comité des droits de l'homme de l'ONU.

Pour le directeur général de la filiale suédoise (JIMAB) du groupe britannique Beowulf, Fred Boman, ces craintes sont exagérées. Il reste convaincu que le projet de la mine sera approuvé par le gouvernement.

"C'est un gisement massif et sa valeur économique pèse plus que l'élevage local de rennes", assure-t-il à l'AFP. "Mais (l'élevage) a une importance culturelle et nous sommes absolument convaincus que nous pouvons concilier les deux".

Pour les partisans de la mine, ce projet va permettre de créer des emplois dans des zones où les taux de chômage sont élevés. A Jokkmokk - 5.000 habitants - la mine de Kallak amènera 500 emplois pour au moins 14 ans, d'après eux.

Un militant local, Tor Lundberg, est très sceptique: "L'État suédois colonise depuis 300 ans ces terres où les Samis vivent depuis des milliers d'années", explique-t-il à l'AFP.

Au-delà de l'environnement et de leur gagne-pain, les Samis veulent préserver leur culture qui a connu de nombreuses transformations dans le temps mais a gardé une constante: l'importance du renne.

Rédigé par () le Vendredi 3 Janvier 2014 à 06:13 | Lu 868 fois





Dans la même rubrique :
< >

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies