TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Soie et tapa, le mariage est possible




PAPEETE, le 1er décembre 2016 - Le salon des Marquises reçoit Isabelle Arciero-Mahier. Artiste peintre, plasticienne, créatrice de textile, elle travaille différentes matières dont la soie. Les organisateurs du salon de la Terre des hommes l’ont rencontrée au Quai Branly à l’occasion de l’exposition Matahoata. Le courant est tout de suite passé. Aujourd’hui, il se traduit par la présentation d’un modèle de vêtement en soie et tapa. Une nouvelle aventure commence.

"L’idée", explique Isabelle Arciero-Mahier, peintre, plasticienne et créatrice de textile, "était de voir si l’on pouvait mêler nos savoir-faire et, à travers eux, les matières premières que nous utilisions. Je travaille la soie brute ou finement tressée par les soieries de Charlieu et le papier chiffon du Moulin de Richard de Bas, les artisanes des Marquises font du tapa, de différentes couleurs." Après plus d’une semaine de tests la réponse, à l’unisson, est "oui".

"Le premier jour, quand on a commencé à tisser de la soie et du tapa, qu’on a vu que ça marchait notamment avec le tapa du murier, ça a été vraiment génial", se rappelle Isabelle Arciero-Mahier. "Depuis on travaille à la réalisation d’une tenue qui sera présentée ce vendredi en fin de matinée." Tenue qui "dans l’idéal", n’est que le début d’une collection. "J’espère que d’ici deux ans, on pourra présenter un défilé complet, ici ou ailleurs dans le monde. En plus des tenues on peut imaginer plein de choses, des tentures, des paravents, des tableaux, jouer avec la transparence… Les déclinaisons sont infinies. "

Et si le projet ne voit pas le bout, l’artiste se contentera de "l’émulation née des échanges" qu’elle aura eue avec les artisanes des Marquises. "La rencontre fait la richesse, tout cela sera fructueux quoi qu’il arrive", résume-t-elle. "Le partage n’est pas là pour mettre un terme à une tradition de toujours, au contraire, il est là pour donner un nouveau souffle et permettre à celles qui ont ce savoir-faire traditionnel de le conserver et le perpétuer".

Cette idée de marier soie et tapa est née il y a quelques mois, de l’autre côté de la terre, au musée du Quai Branly. Sarah Vaki, présidente de la fédération Te Tuhuka o te Henua Enana, y a fait une démonstration à l’occasion de l’exposition Matahoata. Isabelle Arciero-Mahier, de passage, est tombée sous le charme.

L’artiste est d’abord une grande voyageuse. Elle s’imprègne de ses rencontres et découvertes aux quatre coins de la terre pour créer. Au-delà de la matière et des techniques, c’est l’assistance de scientifiques, d’artistes, de dentellières, de brodeuses, de maîtres parfumeurs, de maîtres confiseurs, de teinturiers ou bien encore de maîtres papetiers qui font la différence. Toutefois les créations d’Isabelle Arciero-Mahier ont un point commun. Quelles que soient leurs sources d’inspiration et les guides qui se placent le long du processus créatif. Elles relient les traditions ancestrales à des techniques contemporaines.

De passage au fenua, Isabelle Arceiero-Mahier s’est imprégnée de nouvelles matières, de nouvelles techniques, de nouvelles façons de penser l’art et la création. Elle espère pouvoir accueillir chez elle, dans l’année, une artisane des Marquises. Et, à termes, se rendre sur la Terre des hommes. En attendant, elle a été tellement marquée par "la douceur, la beauté et les senteurs de Tahiti, par l’harmonie qui règne ici comme nulle part ailleurs" qu’elle assure restituer un peu de Polynésie dans ses prochaines œuvres. "J’ai beaucoup voyagé mais je n’ai jamais vu tant de beauté ailleurs. C’est pur, aérien, éphémère et sans comparaison possible."

"L’idée", explique Isabelle Arciero-Mahier, peintre, plasticienne et créatrice de textile, "était de voir si l’on pouvait mêler nos savoir-faire et, à travers eux, les matières premières que nous utilisions.
"L’idée", explique Isabelle Arciero-Mahier, peintre, plasticienne et créatrice de textile, "était de voir si l’on pouvait mêler nos savoir-faire et, à travers eux, les matières premières que nous utilisions.

Programme

Le salon est gratuit et ouvert de 8 heures (8h30 le dimanche) à 19 heures

Vendredi 2
9h30 à 17 heures : animation musicale par les New’s Bare Foot
11h30 : présentation de la réalisation des œuvres communes par Isabelle et les artisans.
Kaikai enana au restaurant Mado

Samedi 3
9 heures à 17 heures : animation musicale par les New’s Bare Foot
9 heures à 15 heures : démonstrations de tatouage, sculpture sur bois, sur os, fabrication de tapa, peinture sur tapa, confection de kumu hei et enfilage de collier en graine
11 heures à midi : animation au son du pahu & du mave. Prestation du groupe de danse Kaikaia
11 heures : démonstration de l’art culinaire marquisien : préparation de kaaku et de poisson mito
11h30 : dégustation et vente de Kaikai enana au restaurant Mado

Dimanche 4
6h30 : messe
9h30 à 17 heures : animation musicale par les New’s Bare Foot
11h30 à midi : prestation du groupe de danse Kaipeka
Kaikai enana au restaurant Mado


Rédigé par Delphine Barrais le Jeudi 1 Décembre 2016 à 15:59 | Lu 643 fois



Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus


Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance