Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Snapchat, une star partie pour durer ou une étoile filante?



L'application américaine Snapchat doit sa popularité à ses messages qui disparaissent après quelques secondes. Son succès sera-t-il tout aussi éphémère, ou a-t-il au contraire une chance de durer?

La croissance de Snapchat semble toujours météorique: l'application vient de passer le cap des 6 milliards de vidéos regardées par jour sur son service. Mais un de ses investisseurs vient aussi de réduire drastiquement la valeur de sa participation dans l'entreprise.

Deux documents détaillant la composition du portefeuille d'un fonds de la société d'investissement Fidelity montrent qu'il a amputé d'environ un quart la valeur de sa participation dans Snapchat entre fin août et fin septembre. 

Ces documents ne permettent pas de dire avec certitude si Fidelity a estimé que Snapchat avait perdu de la valeur depuis sa dernière levée de fonds au printemps, qui l'avait estimé à plus de 15 milliards de dollars, ou s'il a vendu une partie de sa participation.

C'est dans tous les cas de nature à alimenter les craintes d'une nouvelle bulle dans le secteur technologique, 15 ans après celle des valeurs internet, concernant cette fois les valorisations des jeunes entreprises non cotées qui ont flambé jusqu'à des niveaux astronomiques.

"Actuellement, les investisseurs sont désorientés", commente Trip Chowdhry, analyste chez Global Equity Research. "Ces sociétés appartenant à la catégorie des médias sociaux s'élèvent rapidement, et tombent rapidement."

Les investisseurs peuvent se laisser séduire par les startups à la mode, mais ils doivent après "chercher un plus grand fou qu'eux-mêmes" à qui revendre leur participation avec une plus-value, lors d'un nouveau tour de table ou d'une entrée en Bourse, note l'analyste.

 

- Pas de lassitude -

 

Snapchat, lancée en septembre 2011, était rapidement devenue très populaire aux Etats-Unis, en particulier parmi les jeunes, et revendiquait une centaine de millions d'utilisateurs quotidiens en mai dernier.

Si les investisseurs peuvent s'inquiéter sur sa valorisation, ses utilisateurs ne semblent montrer aucun signe de lassitude.

Six milliards de vidéos quotidiennes, c'est trois fois mieux qu'au printemps dernier, et cela rapproche Snapchat du réseau social Facebook, qui avec 8 milliards de vues quotidiennes semble aujourd'hui le rival le plus sérieux du roi de la vidéo en ligne YouTube.

Rob Enderle, un analyste spécialiste du secteur technologique, reconnaît que le chiffre est "énorme" pour Snapchat, "mais on doit s'inquiéter de la nature des vidéos", surtout si certaines sont "illicites", prévient-il.

"Je ne suis pas sûr de la manière dont on peut les monétiser", reconnaît-il également, estimant que c'est probablement plus difficile pour ces vidéos envoyées d'un individu à un autre et disparaissant très vite que pour celles qui restent disponibles plus longtemps et pour un grand nombre de personnes sur d'autres plateformes en ligne.

 

- Payer pour revoir les vidéos -

 

Snapchat cherche toutefois à gagner de l'argent. Il a commencé l'an dernier à tester l'intégration de publicités, et depuis septembre propose à ses utilisateurs de payer pour revoir des messages.

Il a peu à peu élargi son offre, en proposant d'envoyer des séries de messages racontant des "histoires" qui restent disponibles pendant 24 heures pour leurs destinataires, ou en permettant d'utiliser son service pour envoyer de l'argent grâce à un partenariat avec la société de paiements mobiles Square.

De grandes marques comme Audi ou General Electric ont utilisé Snapchat pour tenter de promouvoir leur marque. Burberry y a aussi présenté sa dernière collection.

Pour Erna Alfred Liousas du cabinet de recherche Forrester, l'élément clé est que l'application "a gagné beaucoup de terrain parmi le public des +Millenials+ (que Forrester définit comme la tranche d'âge de 18 à 26 ans) et ne montre aucun signe de ralentissement. Maintenant, ils doivent se montrer responsables envers leurs investisseurs".

Pour l'analyste, la croissance dans la vidéo est plutôt de bon augure: "s'ils ne perdent pas d'utilisateurs et continuent de croître, et que les visionnages de vidéos augmentent, cela devrait signifier qu'ils ont une sauce spéciale, qui intéresse vraiment les utilisateurs."

Trip Chowdhry prévient à l'inverse que Snapchat peut encore rejoindre les rangs des étoiles déchues du secteur internet. 

"Il n'y a pas si longtemps, Groupon allait conquérir le monde, Box allait révolutionner le stockage (de données) et Zynga allait détruire (le géant des jeux vidéos) Electronic Arts", rappelle-t-il, trois prédictions qui ne se sont jamais réalisées. 

"Le problème, c'est qu'il y a une grande différence entre quelque chose de cool et quelque chose de durable."


le Jeudi 12 Novembre 2015 à 04:11 | Lu 245 fois





Dans la même rubrique :
< >

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies