Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Servitudes : la libre circulation est une obligation juridique



Quand des "servitudes" sont revendiquées comme privées en Polynésie française et que quelqu'un y entrave la libre circulation de tous, il s'agit alors d'un "abus de propriété" explique le procureur de la République.
Quand des "servitudes" sont revendiquées comme privées en Polynésie française et que quelqu'un y entrave la libre circulation de tous, il s'agit alors d'un "abus de propriété" explique le procureur de la République.
PAPEETE, le 30 mars 2016. Une mauvaise interprétation de la réalité juridique conduit selon le procureur de la République à des entraves à la liberté de circulation en Polynésie française. Selon le procureur, si une "servitude" dessert plusieurs habitations, elle doit être ouverte à la circulation publique.

"Tout part d'un quiproquo de vocabulaire. Une servitude est une notion très particulière du droit civil pour qu'une personne obtienne le désenclavement d'une parcelle et obtienne un droit de passage sur une propriété privée. Mais ici, en Polynésie française, on parle de servitude pour des voies qui desservent des quartiers, des lotissements entiers. Au sens du droit, ce ne sont pas des servitudes". Le procureur de la République, José Thorel sait qu'il s'attaque à gros, dans le sens d'un changement des mentalités. Au début du mois de mars, à l'occasion de la présentation du plan de lutte contre la délinquance de la Polynésie française, il indiquait vouloir obtenir la clarification du régime juridique des servitudes desservant les habitations, dans le but d'arriver "à un texte commun qui posera le système juridique de chacune des voies de circulation afin que certains ne se fourvoient pas en indiquant que des chemins sont privés alors qu'ils doivent être ouverts à la circulation publique".

Pour le procureur de la République qui se réfère constamment au droit en vigueur et à la jurisprudence, "une voie privée, ouverte à la circulation publique" n'est pas un non sens. Bien au contraire, c'est du bon sens. A partir de l'instant où un chemin dessert plusieurs maisons, même s'il a été réalisé sur des terrains privés, doit être ouvert à la circulation publique. Et le public, ce sont "les gens, c'est-à-dire tout le monde". Dans ces voies, il faut que les secours, les livreurs, les agents d'EDT ou des compagnies des eaux, que les médecins, les habitants des maisons et leurs visiteurs puissent circuler librement.

ABUS DE PROPRIÉTÉ

Quand des "servitudes" sont revendiquées comme privées en Polynésie française et que quelqu'un y entrave la libre circulation de tous, il s'agit alors d'un "abus de propriété" explique encore José Thorel. Parfois, ces interdictions de passage conduisent à des faits de violences : on se souvient de la famille Bennett qui a été condamnée en 2015 pour avoir entravé la circulation sur la route Traversière et dont la cour d'appel vient de confirmer le jugement ; il y a eu aussi l'incroyable feuilleton de Papi et Mami Lee en juin/juillet 2015, vivant emmurés dans leur maison du quartier de La Mission à Papeete quand leur chemin d'accès avait été cloisonné. Depuis d'autres affaires moins médiatisées ont conduit à des condamnations, "nous avons eu le cas, à Papara, d'un propriétaire refusant le passage à ses voisins de l'ambulance qui venait chercher un malade dialysé" poursuit le procureur. "Ces refus du droit de passage génèrent en Polynésie française des violences, des troubles graves de l'ordre public, des mises en danger de la vie d'autrui". Toutes ces affaires d'entraves à la circulation ont démarré avec la justification par l'auteur du blocage du caractère privé (donc inviolable selon lui) de la voie utilisée. Ce qui constitue, au sens juridique, une interprétation erronée.

Le souci, c'est qu'en Polynésie française où la terre a un caractère sacré, défendre cette position de "voie privée ouverte à la circulation publique" - quand bien même la loi va dans ce sens – n'est pas naturel. Bien au contraire. Le procureur de la République en est bien conscient. "Il y a actuellement une mauvaise interprétation de la réalité juridique par différents acteurs de la vie locale. On a des maires, des avocats et même certaines administrations qui peuvent considérer que le propriétaire d'une servitude a le droit de bloquer en invoquant son droit de propriété" détaille José Thorel. Il sait, parfois, il a eu recours à des agents de la force de l'ordre pour faire lever un barrage, qui ne comprenaient pas le sens de cette intervention exigée au nom de la loi. Les mentalités seront longues à changer. Le travail de rédaction d'un texte commun entre l'Etat (haut commissariat et justice), le Pays (ministères de l'équipement d'une part et des affaires foncières d'autres parts) et les maires sera certainement long et ce travail de rédaction n'a d'ailleurs même pas encore commencé. L'objectif est d'obtenir un consensus sur ce texte (sous la forme d'une circulaire ou d'une note de situation) pour faire admettre à toutes ces parties prenantes le droit de libre circulation sur ces "servitudes" afin qu'elles le fassent respecter partout en Polynésie française. Pour qu'enfin, il n'y ait plus de "tabu" au droit de passage.




Des textes parfois anciens, une jurisprudence constante

Quels sont les textes qui fondent l'interprétation de la justice qui a constamment condamné ces dernières années les auteurs d'entraves à la circulation ? Il s'agit d'abord d'un texte de 1932, signé par le gouverneur des Établissements français d'Océanie qui classe les voies de communication et précise que sont considérés comme des chemins vicinaux "toutes les voies carrossables remontant les vallées ou se dirigeant vers l'intérieur des îles…" Cet arrêté est ancien, mais en l'absence d'une réglementation plus récente (la Polynésie française n'exerce pas encore toutes les compétences qui lui sont dévolues), il continue de s'appliquer. Cela a été confirmé par le conseil d'Etat en 1999.

Enfin, l'article 265 du Code de la route de la Polynésie française (il s'agit là d'une réglementation strictement locale) pénalise l'entrave. "Quiconque aura, avec l’intention d’entraver ou de gêner la circulation, placé ou tenté de placer, sur une voie ouverte à la circulation publique un objet faisant obstacle au passage des véhicules ou qui aura employé ou tenté d’employer un moyen quelconque pour y mettre obstacle sera puni à un emprisonnement de trois mois à deux ans et d’une amende de 18 000 à 500 000 Fcfp ou de l’une de ces deux peines seulement".

Rédigé par Mireille Loubet le Mercredi 30 Mars 2016 à 18:35 | Lu 3631 fois







1.Posté par jason le 31/03/2016 00:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et quand les voisins utilisent la servitude pour jouer au foot ? ou faire de la moto ? c'est autorisé ?

2.Posté par LEPETANT le 31/03/2016 07:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si les textes existent, il faut donc les appliquer. Pourquoi tous ces discours inutiles ?

3.Posté par Teva le 31/03/2016 08:28 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ca veux dire qu on va redonner acces aux montagnes?...pic vert, papenoo et les autres seront reouvert????pfffff....lol...cette loi sera pas appliquee et les montagnes et plages resteront privee bloques pour tous...bien essaye mais rien changera...

4.Posté par Koolavie le 31/03/2016 08:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est sûrement un poisson d'avril mais il a raison. on en reste sans voies . La privatisation commence en général par un tas d'ordures en bordure du terrain ,ensuite une guirlande rouge et blanche pour imiter un faux chantier ou des travaux ,puis quelques rochers, ensuite un cable signalant un danger quelconque puis carrément la chaîne avec cadenas,un barbelé si il y a des intrusions et 6 mois plus tard une belle pancarte avec de belles fotes d'orthographe de préférence du genre VOIX PRIVE . sans oublier les anglophiles qui préfèrent PRIVATE ROAD ou plus menaçant TABU ...

5.Posté par Cool Ruler le 31/03/2016 09:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

100% d'accord. Il faudrait juste que les personnes censées appliquer la loi le fasse et ça résoudrait tellement de pea pea.
D'ailleurs, un minimum de bon sens (et d'honnêteté) changerait beaucoup de choses en ce bas monde ...

6.Posté par simone grand le 31/03/2016 09:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Par ailleurs, les servitudes de curage de 4m de chaque côté d'un cours d'eau sont considérées désormais par le "Pays" propriétés domaniales... sans expropriation ne serait-ce que pour 1F symbolique. N'y aurait-il pas là un abus de pouvoir et une spoliation de la part du Pays?

7.Posté par Miri Rapa le 31/03/2016 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Question : A qui incombe les frais d'entretien de la Servitude ???

8.Posté par Hiro le 31/03/2016 11:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ça tombe bien, et quand un membre de ta famille, bloque volontairement l'entrée ou la sortie d'une servitude.

vous faite quoi mr le procureur, puisque ni la DSP, ni la Police Municipal, font rien, ils ce renvoie la balle entre eux.

Ex : c'est une affaire civils, et ne dépende pas de notre ressort.........pfffff, n'importe quoi.

Venez a PAPARA, vous serais en première position.

Elle est ou la lois Française.

Sur ce.....salut

PS: commentaire a 2 balles, passez votre chemin, plusieurs personnes, sont dans le même cas que moi

9.Posté par gaston le 31/03/2016 12:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour les gens qui ont des montagnes des vallées payent t'il un impôt foncier ?

10.Posté par Cool Ruler le 31/03/2016 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout à fait d'accord avec toi Gaston, je l'ai posté sur le sujet de Vaitavere. Alors que beaucoup de gens ne peuvent se loger, peut être que ceux qui possèdent beaucoup seraient plus enclins à faire quelque chose de leur terre si cela devait leur couter quelque chose ...

11.Posté par Hans le 02/04/2016 00:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au fait,
Concernant le cas des BENNETT à Vaihiria, l'affaire a été jugée et le tribunal leur a donné raison. Ils ont accepté l'expropriation pour cause d'utilité publique, car le Territoire va les indemniser. Mais reste l'EDT/MARAMA NUI qui se sont fait du fric sur leur dos pendant des années, et les BENNETT attendent leur proposition. Indemnités ou pas indemnités ? Si EDT/MARAMUI vont leur verser quelque chose tous le mois, qu'en est-il des autres proprios tout le long de la vallée de Vaihiria ? S'ils ne les indemnisent pas, cela fera jurisprudence. Et combien EDT/MARAMA NUI va leur verser ? Ça risque de ruiner la société et je dis, bien fait pour eux.....Toujours ces gros requins, prêts à dévorer tout ce qui bouge...

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance