Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Santé : regroupement du CHPF et des hôpitaux de Taravao, Uturoa et Taiohae



Le centre hospitalier du Taaone et les hôpitaux périphériques de Taravao, Uturoa (Raiatea) et Taiohae (Nuku Hiva-Marquises) seront regroupés au sein de la "communauté hospitalière polynésienne".
Le centre hospitalier du Taaone et les hôpitaux périphériques de Taravao, Uturoa (Raiatea) et Taiohae (Nuku Hiva-Marquises) seront regroupés au sein de la "communauté hospitalière polynésienne".
PAPEETE, le 29 octobre 2015. Dans son discours prononcé ce jeudi matin en ouverture du débat d'orientations budgétaires pour 2016, le président Edouard Fritch a annoncé qu'en matière de santé "l’année 2016 sera consacrée à la mise en œuvre des principales orientations stratégiques décrites dans le nouveau Schéma d’Organisation Sanitaire 2015-2020". Ce SOS, les élus territoriaux ne l'ont pas encore eu en mains, officiellement, mais il leur sera présenté "prochainement".

Edouard Fritch a néanmoins listé quelques-unes des mesures qui seront prises, et on comprend qu'une nouvelle articulation des missions sanitaires va se mettre en place avec de nouveaux modes opératoires et la création de nouvelles structures. Ainsi, sera mise en place une "Autorité de régulation de la santé et de la Protection sociale chargée de la définition des orientations stratégiques, de la mise en œuvre et de la régulation de la politique de santé". Il est prévu, par ailleurs, un regroupement de l’ensemble des structures publiques de santé de soins primaires et de prévention au sein d’un établissement public de soins primaires et de prévention.

Plus concrètement, le centre hospitalier du Taaone et les hôpitaux périphériques de Taravao, Uturoa (Raiatea) et Taiohae (Nuku Hiva-Marquises) seront regroupés au sein de la "communauté hospitalière polynésienne". Toutefois, le président du Pays n'a rien révélé du mode opératoire, ni des missions qui seront confiées à ces différentes entités. Il s'agit pourtant d'une révolution des us et coutumes : en effet, le CHPF est un établissement public et administratif du Pays (EPA) avec un budget propre et dont les agents sont intégrés à la fonction publique hospitalière territoriale. De leur côté, les hôpitaux périphériques sont pour l'instant placés sous la gestion directe de la Direction de la santé et leurs agents ne relèvent pas de la fonction publique hospitalière. Ce qui n'est pas allé sans mal, particulièrement depuis le début de l'année en cours à Taravao.

Dans les archipels éloignés sera également instauré un établissement public de soins primaires et de prévention pour permettre "une allocation des moyens plus ciblée". Ce futur établissement public des soins donnera "un rôle majeur aux infirmiers exerçant en poste isolé par la mise en place, dès 2016, d’un DU infirmier en soins de santé primaire insulaire permettant de renforcer les compétences de ces agents, souvent première porte d’entrée dans le circuit de soins" détaillait le président Fritch. Toujours dans les îles, l'amélioration de la santé passe par un renforcement des équipements de transport sanitaire. "La construction d’hélistations au niveau des hôpitaux de Moorea et de Uturoa rendront effective les rotations héliportées vers le CHPF améliorant la prise en charge des urgences vitales". Ces projets seront initiés en 2016 indique Edouard Fritch.

Dans les archipels éloignés encore, des mesures incitatives d'installation de médecins libéraux dans les îles seront étudiées pour assurer une meilleure couverture des soins. Enfin, dans les endroits les plus reculés de la Polynésie française, "une offre itinérante privée pourrait éventuellement se mettre en place par le biais d’un appel à projet".

D'entrée de jeu sur le chapitre de la santé, Edouard Fritch a annoncé que la priorité sanitaire du Pays vise la réduction du surpoids et de l’obésité "avec un objectif de réduction des prévalences de – 30 % dans les dix prochaines années". Mais, en dehors de cette déclaration d'intention faite par le président du Pays, rien n'a été détaillé dans son discours sur la manière d'aborder ces questions et de parvenir à cet objectif.

Rédigé par Mireille Loubet le Jeudi 29 Octobre 2015 à 13:10 | Lu 1183 fois







1.Posté par John Devant le 29/10/2015 14:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Demain, on rase gratis !!!
Merci Président de nous faire rêver !

2.Posté par circonspect le 30/10/2015 04:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut remettre des dispensaires avec des médecins dans les iles et autours de l'ile de Tahiti pour ne pas voir tout nos cytoyens ( jeunes ou vieux ) se précipiter au CHT du Taaone pour un petit bobo !

Attention cela coutera cher mais la qualité de vie n'a pas de prix ? ! …

N'oublions pas que une bonne publicité d'hygiène de vie ( à la TV quotidiennement ) + de la prévention nous permettrai de faire des économies, ( il faut taxer très fortement le sucre + les limonades ) car le diabète progresse ! ...

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Octobre 2017 - 15:28 Ohana Tahiti, c’est reparti !

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance