Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Quelles alternatives pour les jeunes délinquants ?



PAPEETE, le 15 juillet 2016. Il existe très peu d'alternatives au fenua pour les jeunes délinquants. Soit ils sont placés en famille d'accueil ou au foyer d'action éducative de Punaauia. Mais c'est insuffisant. Les rapports se succèdent et tous préconisent la création d'une unité d'hébergement éducatif diversifié.

A Punaauia, au-dessus de l'université, le foyer d'action éducative accueille neuf jeunes garçons et cinq adolescentes. Ils ont été placés suite à une mesure d'assistance éducative ou de protection judiciaire de la jeunesse. "Ce sont des jeunes délinquants ou en voie de délinquance. Cela va du simple vol à la récidive jusqu'aux violences avec autrui", explique Christiane Ah Scha, directrice du foyer d'action éducative.

Géré par l'association Te Pare, le centre est le seul du type au fenua. Depuis 1998, il accueille des adolescents.
Parmi les jeunes délinquants, on retrouve un profil similaire : "Les mineurs les plus difficiles ne sont pas forcément ceux qui ont des pathologies psychiatriques, mais aussi ceux qui ont un problème avec l'autorité", constatait Delphine Thibierge, juge des enfants au tribunal pour enfants de Papeete dans le magazine Tahiti Pacifique Hebdo en septembre dernier. "Le plus souvent, ce sont des jeunes qui sont marqués par une rupture affective, qui passent d'un parent à l'autre. Ces enfants se sont souvent barricadés pour ne pas souffrir de ces ruptures, ont peu de limites et développent peu d'empathie."

L’analyse des chiffres de la délinquance en 2015 montre que les jeunes sont plus largement 'représentés' dans les faits d’atteintes aux biens, où ils représentent plus d’un tiers des personnes mises en cause. "Les mineurs représentent également près de 9% des auteurs de violences, et plus de 13% des auteurs de violences sexuelles", notait en mars dernier le Conseil de prévention de la délinquance de Polynésie française. Composé de représentants du haut-commissariat, de la justice, du Pays, des communes, de la police, de la gendarmerie, de l'Education nationale et des associations, celui-ci a recommandé de créer "une unité éducative d’hébergement renforcé de la protection judiciaire de la jeunesse".


Le foyer d'action éducative existe à Punaauia depuis 1998. C'est le seul de ce type au fenua.
Le foyer d'action éducative existe à Punaauia depuis 1998. C'est le seul de ce type au fenua.
DES MINEURS "ACCROS" AUX DROGUES
Cette idée est aussi reprise par le Plan famille, rédigé par le comité de pilotage de la conférence de la famille, composé d’une dizaine de personnalités reconnues pour leur implication dans ce domaine.
Aujourd'hui, les mineurs sous main de justice sont soit placés au foyer d'action éducative de Punaauia soit en familles d'accueil. "Il est extrêmement difficile de trouver des solutions susceptibles de correspondre aux projets de sortie de prison des mineurs, aux aménagements de peine ou encore aux alternatives à l'incarcération", lit-on dans le rapport du comité de pilotage qui préconise, en plus de créer une unité d'hébergement éducatif diversifié, la construction d'un centre de désintoxication.

Au Foyer d'action éducative, les éducateurs doivent apprendre aux jeunes à faire face à leurs addictions. "Depuis cinq ans, je vois que les problématiques ont évolué. Avant, on était sur des conflits intrafamiliaux, de la maltraitance physique et psychologique. Aujourd'hui, les conduites addictives, avec la consommation excessive d'alcool et de cannabis viennent s'ajouter. C'est ce qu'on retrouve ici. Il y a une démarche de soins avant une prise en charge éducative proprement dite."

Le comité de pilotage a estimé le coût de la place de l'unité d'hébergement diversifié : "En admettant que le Pays mette à disposition le foncier et les locaux, il faut prévoir un budget global de 73 millions de Fcfp qui comprend uniquement le fonctionnement, calculé sur la base du prix de journée du FAE", soit 18 583 Fcfp par jeune par jour.
Le Plan famille, qui a reçu un avis positif du Conseil économique, social et culturel, doit maintenant passer entre les mains des représentants à l'assemblée.

Christiane Ah Scha, directrice du foyer d'action éducative

"On ne met personne à la porte tant qu'il n'y a pas de projet adapté"

Combien d'adolescents accueillez-vous ?
"On accueille neuf garçons et cinq filles de 13 à 17 ans. Au départ, il devait rester trois mois au maximum. Mais vu le contexte environnemental et le manque de solutions d'orientation après les trois mois, on a proposé une durée de six mois, qui, depuis deux ans, est devenu six mois renouvelable une fois.
Beaucoup restent un an voire plus par manque de solutions extérieurs au niveau de la famille et en terme d'établissement d'accueil. On ne met personne à la porte tant qu'il n'y a pas de projet adapté à leur situation."

Avez-vous vu le profil des jeunes que vous accueillez évoluer ?
"Depuis cinq ans, je vois que les problématiques ont évolué. Avant, on était sur des conflits intrafamiliaux, de la maltraitance physique et psychologique. Aujourd'hui, les conduites addictives, avec la consommation excessive d'alcool et de cannabis viennent s'ajouter. C'est ce qu'on retrouve ici. Il y a une démarche de soins avant une prise en charge éducative proprement dite."

Vous expliquent-ils comment ils deviennent "accros" à ces substances ?
"C'est pour oublier les problèmes à la maison. Dans certaines maisons, on plante et on vend même du paka. Ils ont l'impression que cela permet d'appartenir aussi à un groupe social autre que la famille. Tout notre travail va être de leur faire comprendre que leur place n'est pas là mais ailleurs, qu'ils doivent être un citoyen, devenir un bon parent."

Le foyer existe depuis 1998, que sont devenus les jeunes que vous avez accueillis ?
"Il y a quand même satisfaction. 70 % s'en sortent pas mal. Ils ont trouvé du travail, formé une famille, n'ont pas trop de difficultés. Le discours que j'apprécie quand je les croise c'est qu'ils me disent qu'ils n'ont pas envie que leurs enfants subissent les même choses qu'eux. Le message est passé s'ils parlent comme ça. Les 30 % restant sont ceux qui ont récidivé ou ont été incarcérés. On ne peut pas dire que c'est une réussite à 100%.

Rédigé par Mélanie Thomas le Dimanche 17 Juillet 2016 à 16:00 | Lu 1424 fois







1.Posté par TuladiBouffi le 17/07/2016 18:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"un budget global de 73 millions de Fcfp qui comprend uniquement le fonctionnement, calculé sur la base du prix de journée du FAE", soit 18 583 Fcfp par jeune par jour" . Quand on effectue le calcul un jeune garçon ou une jeune fille coûte à la collectivité 6 782 795 Fcfp par an. On arrive ainsi à une effectif de 11 jeunes gens et jeunes filles pour une rotation annuelle. Difficile de porter un jugement quand il s'agit du devenir d'un adolescent ou adolescente. Si le taux de réussite est de 70 % comme indiqué, c'est encourageant.

2.Posté par Fab. le 17/07/2016 21:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelles alternatives pour les jeunes délinquants ?
Créer une école de la 2ème chance avec des stages dans les entreprises à temps plein ou à mi-temps.
Cela peut être une possibilité.

3.Posté par Cool Ruler le 18/07/2016 07:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Félicitations à toute l'équipe et bon courage !

4.Posté par simone grand le 18/07/2016 08:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Faaitoito Christiane et toute l'équipe

5.Posté par emere cunning le 18/07/2016 17:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Fab,
Exactly, c'est sûr qu’il faut s'en inquiéter en amont avant qu'ils finissent oisifs et à la rue. Mais qu’est ce que je lis dans un autre article un peu plus haut ? Que des classes vont être fermées notamment dans les CETAD et les filières justement adaptées à ces jeunes en décrochage scolaire (Activités familiales, artisanes et touristiques et Gestion et entretien en milieu marin avec respectivement neuf et huit fermetures de divisions. Les filières Construction et entretien du bâtiment et Gestion et entretien de la petite exploitation perdent respectivement quatre et trois divisions.). Ce n’est pas possible, du n’importe quoi ! FAR TIME TO WAKE UP BEFORE IT'S TOO LATE !

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance