Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Près de 500 agriculteurs, horticulteurs et éleveurs vous attendent, dès demain, à Vaitupa



Marere et son fils, venu l'aider pour la mise en place de son stand avant l'inauguration ce jeudi matin
Marere et son fils, venu l'aider pour la mise en place de son stand avant l'inauguration ce jeudi matin
FAAA, le 23/09/2015 - La 30e édition de la foire agricole ouvre ses portes demain, sur le site de Vaitupa, à Faa'a. Agriculteurs, horticulteurs et éleveurs seront présents durant 11 jours pour vous faire découvrir leurs produits. La foire agricole est un rendez-vous incontournable en Polynésie française, et cette année ils sont près de 500 à s'être déplacés. Rencontre avec un agriculteur de Raiatea.

Marere Tetuanui a 63 ans, la foire agricole est LE rendez-vous de l'année qu'il ne veut pas rater. La veille de l'ouverture de ce grand rendez-vous, l'heure est à la préparation du stand. Palettes, clous, marteaux, avec un de ses fils, ils font en sorte d'accueillir le public, dans de bonnes conditions.

Marere est un des pionniers de l'agriculture, il baigne dans ce milieu depuis son plus jeune âge. "J'avais 6 ans quand je suivais mes parents dans leurs champs". À son adolescence, Marere quitte son île natale, Raiatea, pour venir travailler à Tahiti. Mais son amour pour son île et le manque de sa famille, le poussent à rentrer chez lui afin de reprendre l'agriculture, il a 21 ans. "Je n'avais pas oublié l'enseignement de mes parents", explique-t-il.

De retour chez lui, les gestes familiers reviennent naturellement et il décide de cultiver les produits qu'il connait déjà : taro, manioc, tarua, fe'i, banane, et à partir des années 1960 il se lance dans la culture de l'igname.

Aujourd'hui, ce père de famille travaille dur et met en pratique l'enseignement de ses parents. "Je cultive certains de mes produits, comme le manioc ou le tarua, dans la montagne parce que la terre est plus ferme. Par contre, le taro c'est plus dur, car il est cultivé en contre-bas. Il faut tout un rituel, avant de le mettre en terre. Il faut retourner la terre parce qu'elle est molle, donc c'est plus compliqué. Ensuite, il y a les caniveaux à tracer pour que l'eau puisse s'écouler, sinon mes tubercules s'abimeront, si l'eau stagne dans mon champs. Donc il faut que je fasse une tranchée afin que l'eau puisse être rejetée dans la mer. Une fois, l'eau évacuée, je travaille la terre et la recouvre avec des palmes de cocotier ou des feuilles de bananiers, pour ne pas qu'elle se défraîchisse. Une fois qu'elle est prête, je peux commencer à planter mes taro".

Un métier pas toujours évident, mais Marere est avant tout un passionné et un homme de la terre. Une activité qu'il pratique à la force de ses bras, "Nous ne travaillons pas avec les machines comme à Tahiti, mais nous utilisons la barre à mine pour travailler la terre jusqu'à la plantation de nos légumes".

LA METEO, ELEMENT IMPORTANT POUR CE SECTEUR D'ACTIVITE

Chaque année, Marere Tetuanui sait exactement à quel moment planter ses produits. "Nous regardons les périodes de pluie, et c'est à ce moment-là que nous commençons à planter nos légumes. Quand arrive la sécheresse, et bien nos légumes sont biens fermes et prêts à être récoltés. Il faut être en accord avec la nature, parce que sinon, on se retrouve en période de sècheresse. Et ce n'est pas bon, car nos produits prendront du temps à mûrir parce qu'il n'y a pas d'eau, et cela peut nous causer beaucoup de problèmes".

Selon Marere, les tubercules prennent en général huit à neuf mois pour mûrir, avant d'être consommés. Donc les produits qu'il exposera durant la foire agricole ont été travaillés l'an dernier.

LES MOEURS ONT EVOLUE

Marere Tetuanui a cinq enfants, mais malheureusement pour lui, aucun n'est intéressé à reprendre le flambeau. "À mon époque, la mentalité des jeunes était différente. Quand nos parents nous demandaient d'aller dans le champs et bien on le faisait et on aimait cela, parce que c'était toute notre vie. Aujourd'hui, c'est différent. Quand mes enfants viennent avec moi, et bien ça ne dure jamais très longtemps, après ils sont fatigués, ils rentrent chez eux. Je pense que la jeunesse d'aujourd'hui n'a pas envie de retourner à la terre, c'est vraiment dommage", regrette Marere. "Ils préfèrent suivre ce qu'on leur apprend à l'école, et, selon moi, c'est ce qui a cassé leur façon de voir les choses".

Au fil des années, les mentalités changent, et le monde dans lequel nous vivons évolue. La société est devenue matérialiste. "L'agriculture est un travail qui demande beaucoup de patience, car l'argent tu ne n'as pas aussitôt. On peut attendre jusqu'à un an, pour pouvoir récolter le fruit de notre dur labeur. Ce n'est pas ce que veulent les jeunes, aujourd'hui. Ils veulent un travail où ils pourront avoir un salaire à la fin du mois. Je pense que c'est ce qui les pousse à ne pas se lancer dans le secteur primaire".

Mais le soixantenaire garde espoir et lance un message à la jeunesse polynésienne : "La terre nous appelle à retourner vers elle. Elle est là et elle nous attend. Je sais que nos jeunes ne m'écouteront pas, je leur dirai simplement restez courageux et faites en sortes de trouver un travail qui vous permettra de vous épanouir et de vivre décemment".

Yvette Temauri, présidente de la Chambre de l'agriculture
Yvette Temauri, présidente de la Chambre de l'agriculture
Onze jours de foire agricole

Cette année, ils seront près de 500 professionnels à se retrouver sur le site de Vaitupa, à partir de demain. "C'est un moment important pour les Polynésiens parce que c'est le seul moment où ils peuvent écouler leurs produits, mais aussi se rencontrer et échanger leurs expériences", explique Yvette Temauri, présidente de la chambre d'agriculture.

La foire agricole représente un budget de 33 millions Fcfp, entre l'acheminement des délégations des îles et leurs produits, et l'entretien du terrain.

Elle se tiendra jusqu'au 4 octobre, de 9 heures à 18 heures.

Fleurs, fruits et légumes ou encore animaux, la 30ème édition de la foire agricole accueille près de 500 professionnels
Fleurs, fruits et légumes ou encore animaux, la 30ème édition de la foire agricole accueille près de 500 professionnels

Différents types d'animaux seront vendus...
Différents types d'animaux seront vendus...

... Et toujours avec le beau sourire des mamas
... Et toujours avec le beau sourire des mamas


Rédigé par Corinne Tehetia le Mercredi 23 Septembre 2015 à 16:06 | Lu 694 fois






Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Octobre 2017 - 15:28 Ohana Tahiti, c’est reparti !

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance