Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Paris : malade et au RST, Michel risque de se retrouver à la rue



Michel 67 ans pourrait se retrouver à la rue d'ici quelques jours. (Photo facebook)
Michel 67 ans pourrait se retrouver à la rue d'ici quelques jours. (Photo facebook)
PARIS, le 01/08/2016 - Michel Van Bastolaer a quitté le fenua, le 9 juin dernier, pour se faire soigner en métropole, sans l'accord de la CPS. Avec une tumeur de 2 cm de diamètre dans la deuxième vertèbre à l'intérieur de la moelle épinière, cet ancien patron d'une entreprise en bâtiment inscrit au régime du RST ne peut pas se faire opérer car "la CPS ne va pas prendre en charge son dossier". Après avoir rencontré un médecin en métropole, l'intervention coûterait 25 000 euros, soit 3 millions de francs pacifiques.

Son histoire fait le buzz sur les réseaux sociaux, où Michel Van Bastolaer parle de sa mésaventure. Avec une tumeur de 2 cm de diamètre dans la deuxième vertèbre à l'intérieur de la moelle épinière, cet ancien patron d'une entreprise en bâtiment, a quitté la Polynésie le 9 juin dernier pour se rendre en France, afin d'y subir une opération.

Désabusé et sous traitement, Michel se sent délaissé. "Je suis venu grâce à la continuité territoriale et j'ai tout fait moi-même", explique-t-il.

Pour Michel pas question de se faire opérer en Polynésie. "J'ai subi une abdominoplastie et ça a été un échec. En 2015, j'ai eu trois opérations, dont une, au genou et aujourd'hui, je prends des calmants pour calmer la douleur. Je suis obligé aussi de me droguer en médicaments sinon je ne dors pas", confie-t-il.

Pour sa tumeur, le médecin de la CPS lui aurait préconisé de se faire opérer au fenua, "mais je ne suis pas candidat au fauteuil roulant, si cela se passait mal. Je n'ai pas envie de me faire charcuter non plus". Avec l'aide d'un ami, il a réussi à récolter les fonds nécessaires pour financer son billet d'avion, malgré le désaccord du médecin de la CPS.

"Je ne connais pas son dossier", rétorque Taote Tumahai, de la médecine de la CPS. Et de poursuivre, "avant de partir, il n'est pas venu nous consulter et il n'a fait aucune demande d'évasan".

Depuis plus de 40 jours, Michel se bat tant bien que mal pour tenter de trouver une solution en France. "J'ai tout transmis à la CPS mais je n'ai eu aucun retour et en plus ils m'ont vraiment mal reçu". Aujourd'hui, cet ancien infirmier se sent abandonné et heureusement que quelques personnes viennent à sa rencontre et essayent de l'aider. "Marc Hélias de la délégation a bien compris mon message, il a pris mon dossier sous son aile".

Des membres de l'association "A Tauturu Ia Na" à Paris le suivent également. "Il est atteint d'une pathologie assez grave, on le voit souvent et ce serait bien que quelque chose soit fait pour lui", prévient Nini Topata.

"J'AI DONNE UNE CENTAINE DE MILLIONS À LA CPS"

Perdu et désemparé, Michel ne comprend pas la non-réactivité de la CPS. "J'avais une grande entreprise à l'époque. J'ai payé plus d'une centaine de millions à la CPS, je ne leur dois plus rien aujourd'hui puisque je suis à jour, et ils ne peuvent même pas m'accompagner pour que je puisse me faire soigner ?"

"Par contre, les jeunes accidentés en état d'ébriété, ils sont très bien accueillis et accompagnés", regrette-t-il.

En métropole, Michel est allé rendre visite un médecin spécialisé dans sa pathologie au centre hospitalier de Sainte-Anne, dans le 14ème arrondissement de Paris. "La consultation m'a coûté 150 euros", inscrit au régime de solidarité territorial (RST), cet investissement a été nécessaire pour lui. Durant cet échange avec le médecin, un devis a pu être établi. "L'intervention coûterait 25 000 euros (3 millions de francs), et je n'ai pas cette somme".

Autre souci pour Michel : son logement. Actuellement, il se trouve au centre d'hébergement du Rosier Rouge à Vanves. "Je dois payer 2 180 euros pour 48 jours, et là aussi la CPS ne prend pas en charge". Et le délai arrivera à échéance ce mercredi, "une personne de la délégation a contacté le centre d'hébergement pour me laisser une journée en plus, donc j'ai jusqu'à jeudi", prévient-il.

"Une femme de Hao qui vit à Metz m'a proposé son aide pour le logement. Heureusement qu'il y a encore des âmes charitables", souffle-t-il.

Avec un billet d'avion open, Michel pourra rester en métropole jusqu'en juin 2017. Il souhaiterait que la CPS prenne en charge son logement et son hospitalisation, "je m'en fiche du ma'a, ce n'est pas ce qui m'importe".

Du côté de la médecine de la CPS, on assure que seuls les soins et les frais médicaux seront pris en charge. "J'ai l'impression que c'est plus un problème d'hébergement qu'il rencontre, et là, ce n'est pas de notre ressort. Il va falloir se rapprocher du service social du Pays puisqu'il est affilié au RST", conclu Taote Tumahai.


Rédigé par Corinne Tehetia le Lundi 1 Août 2016 à 16:05 | Lu 16841 fois

Tags : CPS, EVASAN, PARIS






1.Posté par Mathius le 01/08/2016 17:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a un véritable problème d'honneté sanitaire en POLYNESIE, le nombre de mal soigné devient scandaleux et n'a pas l'air d'interppelé les politiques. Qu attends le ministre pour demander une enquête judiciaire à ce sujet.

2.Posté par lolo98719 le 01/08/2016 22:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous ne pouvons plus supporter les disparités du système de santé polynésien ni son régime sociale incoherent RST RSS RSA ou une injustice et une opacité incompréhensible règne. La famille n'est pas soutenue comme en métropole. J'ai calculé que je gagnais avec ma sur-pension qui est modeste et ma famille de quatre enfants beaucoup moins qu'en métro. Pourtant mes centres intérêts sont ici car mon épouse est polynésienne et mes enfants demi. Je ne suis pas loin de tout revendre car les taux d’intérêts pour l'habitat sont exorbitants. Nous vivons depuis dix ans ici pourtant mais les prix augmentent alors que normalement au vue des taux d’intérêts presque nuls ailleurs ils restent stables. Je suis dépité.

3.Posté par Walker le 02/08/2016 00:34 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En train je suis à 1 heure de Bordeaux et de bergonier centre anticancéreux si cela peux t aider ns sommes près à te recevoir

4.Posté par Teissier maire le 02/08/2016 05:55 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merciiiiiii à tout les tahitiens de France de l''aider si j''avais cette somme ,je t''aurais aidé faitoito que DIEU sois avec toi

5.Posté par mouahaha le 02/08/2016 07:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

voila ce qui nous attend avec notre chere et charitable CPS ............... je vais vomir et je reviens

6.Posté par taramea le 02/08/2016 08:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est à croire que la CPS appartient au taote de la CPS, au directeur de la CPS, aux cadres de la CPS, au pays, eh bien non, cette caisse appartient aux employeurs et aux salariés, ceux qui mettent de l'argent à l'intérieur, et ceux-là, non pas leur mot à dire, c'est vraiment bizarre comme fonctionnement, certains syndicats et certains employeurs ne bronchent pas, il faudrait que les côtisants à cette caisse se mobilisent et donnent leur point de vue.

7.Posté par Cool Ruler le 02/08/2016 08:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le gars trouve trop risqué de se faire opérer au fenua, part sans l'avis de la CPS pour Paris et vient maintenant se plaindre de la non prise en charge par la CPS de ses frais ... Hallucinant. Même pas honte ...

8.Posté par Faut pas pousser! le 02/08/2016 08:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pauvre Michel, l’exemple même de "Grandeur et décadence" version Polynésie. Un des hommes les plus riches du Fenua dans les années 80, désormais ruiné et très malade ; pour ceux qui le connaissent on ne peut que constater qu'il n'a jamais rien fait dans les règles....J'espère que cette histoire trouvera une issue favorable.

9.Posté par Pierre DURGTEL dit Tian le 02/08/2016 09:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Par manque de coordination des lois sociales territoriales (ou de Péi), un français du Pacifique ne peut se faire correctement soigner, malgré des millions de cotisation............

10.Posté par Cotisant le 02/08/2016 11:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Selon l'article, il a été proposé à ce monsieur de se faire soigner en Polynésie mais comme çà ne lui plait pas, il décide de faire autrement. Ben oui chacun fait ce qu'il lui plait et envoie la facture à la CPS ? C'est génial comme système. Et comme la CPS ne prend pas en charge, on essaye de faire pleurer pour mettre de la pression.

11.Posté par poko lala le 02/08/2016 13:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour la douleur
Cannabis thérapeutique !!!

12.Posté par hotutea le 02/08/2016 14:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai entendu, dans sa déclaration phonique en tahitien, que c'est lui qui a construit l'immeuble déformé, hideuse et non sécurisé dans le quartier "Paraita" et que le pays a acquis une trentaine d'année après pour le détruire, hé bin il n'a pas honte le Mec et il continue ses conneries...
hotutea.

13.Posté par Pavlova le 02/08/2016 19:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Michel, arretes de prendre les gens pour des cons, tu as passe ta vie a escroquer les petites gens sans pitie aucune en nous laissant cette honteuse pourriture d'immeuble a Paraita. Messieurs et Mesdames ne vous laissez pas amadouer et attendrir par ses elucubrations grotesques...rien ne l'arretera ce mec !

14.Posté par santucci le 02/08/2016 22:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

trés bizzare cette histoire , il a eu les moyens de se payer son billet d'avion , de plus en FRANCE à PARIS il y a la délégation tahitenne , déjà e 1969 ET PLUS nous habitions ANTHONY beaucoup de tahitiens venaient se faire soigner surtout pour les dialysés en attente de greffe , nous les avons toujours accueillient généreusement , et d'autres aussi étudiants tahitiens , demander donc à jams SALMON ou BARFF ou PATRICK REVAULT ET D4AUTRES ?JE POSSEDE PLEIN DE PHOTOS DE CETTE période qu'il ne nous joue pas la comédie car se nom m'interpelle enfin à vous de voir en france on acceuile des migrant et on mettrait un TAHITIEN à la rue !!!!!! je n'y crois pas

15.Posté par emere cunning le 03/08/2016 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Cotisant,
opérer des vertèbres hautes de la moëlle épinière, ce n'est pas de la tarte. C'est arrivé à l'une de mes proches et les SPECIALISTES en France m'ont expliqué en long et en large à quel point c'est délicat... comme si elle pouvait ne pas en sortir, ET PIRE. Les médecins de la CPS le savent et ne s'amusaient pas à ce petit jeu sachant que ça peut coûter beaucoup plus cher si l'opération est loupée, mais que le malade survit. Mais on sait où sont leurs priorités à ceux là. Bref, je ne te souhaite pas d'avoir à la subir, mais sait-on jamais.
@ Santucci,
It was loooong ago ! Il te suffit pourtant de lire certains commentateurs pour constater que de l'eau est passé sous les ponts. Plus aucun respect, pas même de nos malades !!!

16.Posté par santucci le 04/08/2016 02:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je suis bien placée pour le savoir , en étant aller aider mon fils à TAHITI car sa femme agée de 42ans était en fin de vie à tahiti pas de maison médicalisée pour recevoir ses malades , heureusement , j'ai pu avec mon fils demander a la CPS lit médicalisé ect ect , mais j'avais 68ans et aucune aide ,pas d'aide soignante à domicile il a fallut que mon fils et moi nous débrouillons mais je l'ai fais pour ma belle fille et mon fils pour le respect de ses pauvres malades enfin , je suis sur que la FRANCE et les tahitiens de PARIS ne laisseront pas un tahitien sans aide ,j ,y crois

17.Posté par santucci le 04/08/2016 02:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je suis bien placée pour le savoir , en étant aller aider mon fils à TAHITI car sa femme agée de 42ans était en fin de vie à tahiti pas de maison médicalisée pour recevoir ses malades , heureusement , j'ai pu avec mon fils demander a la CPS lit médicalisé ect ect , mais j'avais 68ans et aucune aide ,pas d'aide soignante à domicile il a fallut que mon fils et moi nous débrouillons mais je l'ai fais pour ma belle fille et mon fils pour le respect de ses pauvres malades enfin , je suis sur que la FRANCE et les tahitiens de PARIS ne laisseront pas un tahitien sans aide ,j ,y crois

18.Posté par emere cunning le 08/08/2016 17:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Santucci,
Il y a quelque chose qui ne colle pas dans ce que tu nous racontes. Ici à Tahiti, tu n’as reçu « aucune aide » et il a fallu que ton fils et toi vous vous débrouilliez pour ta belle fille. Et en France, les tahitiens pourront l’aider alors que c’est la galère pour eux là-bas ? Bref ! C’est à la CPS de faire son boulot comme il le faut et ceux qui la dirigent et ses médecins sont bien assez payés pour faire mieux que gérer à la petite semaine, ou à la tête du client. Surtout si ce client a payé toutes ses charges patronales, pas le cas de certains.


19.Posté par santucci le 08/08/2016 21:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tu ne comprends rien oui , tout ce que je dis est vrai , en france on ne laisse pas les malades , j'étais aide-soignante , je sais de quoi je parle et de plus à tahiti les médecins sont grassement payés

20.Posté par Anaiti le 10/08/2016 04:59 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La CPS veut rien payer pour payer leur voyage gratuit à L étranger pour des vacance il peuvent lol sont des voleurs

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Octobre 2017 - 15:28 Ohana Tahiti, c’est reparti !

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance